Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), président de la République française

Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), président de la République française


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Accueil › Etudes › Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), président de la République française

Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), président de la République française.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Date de publication : mars 2016

Contexte historique

Au début de la IIIe République, régime qu’il a contribué à instaurer, Adolphe Thiers termine une longue carrière politique commencée sous la Restauration. Partisan d’une « république conservatrice », il se heurte cependant à la majorité monarchiste de la Chambre au point de devoir démissionner le 24 mai 1873 et céder la place au maréchal de Mac-Mahon.

Analyse des images

Bonnat, portraitiste des gloires de l’époque

Ce tableau est caractéristique du talent de Léon Bonnat, qui, après des débuts de peintre d’histoire sous le Second Empire, a été pendant un demi-siècle l’un des portraitistes français les plus renommés. Tout ce que la France (et l’étranger) comptait de personnalités politiques, littéraires, artistiques, défila dans son atelier. Il se concentre ici sur la physionomie de Thiers, qui exprime tout son caractère. Le décor – inexistant – n’évoque en rien la carrière de l’homme politique. Seuls ses traits sont ici pris en compte, ainsi que le nota un critique de l’époque, Duranty, dans La Gazette des Beaux-Arts, lorsque Bonnat exposa le portrait de Thiers au Salon de 1877: « Il est bien de notre temps ce petit bourgeois en lunettes ! Et les temps à venir se pencheront avec une avide curiosité vers sa figure. Le regard concentré, la bouche étonnante par sa ligne sinueuse, serrée, soucieuse, dans une attitude où se sent une arrière-pensée de lutte, mais où le combattant semble mesurer l’adversaire avec un certain dédain, tel nous apparaît l’illustre vieillard. »

Interprétation

Monsieur Thiers homme d’Etat

L’habit noir, presque indistinct du fond, conduit le regard de l’observateur sur le visage et les mains de Thiers. Sa petite taille légendaire et son aspect chétif s’en trouvent comme effacés. Bien qu’ayant quitté le pouvoir depuis plusieurs années au moment où le tableau a été peint, Thiers incarne ici la dignité et l’autorité d’un homme d’Etat, républicain non de cœur mais de raison. La tonalité de l’œuvre est bien à l’image de cette « république conservatrice » qu’il appelle de ses vœux. Longtemps considéré comme le bourreau de la Commune et l’incarnation d’une république bourgeoise et étriquée, Thiers a toutefois fait l’objet d’une certaine réhabilitation, l’historiographie récente ayant montré qu’il fut aussi l’un des pères fondateurs d’une République qu’il est parvenu peu à peu à faire accepter aux élites traditionnelles.

  • Thiers (Adolphe)
  • portrait
  • présidence de la République
  • IIIe République
  • France
  • République

Bibliographie

François FURET La Révolution : de Turgot à Jules Ferry, 1770-1880 Paris, Hachette, 1988, rééd.coll.« Pluriel », 1992.Pierre GUIRAL Adolphe Thiers ou De la nécessité en politique Paris, Fayard, 1986.Jean-Marie MAYEUR Les débuts de la IIIe République Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », 1973.Odile RUDELLE La République absolue : aux origines de l’instabilité constitutionnelle de la France républicaine 1870-1889 Paris, Publications de la Sorbonne, 1982.

Pour citer cet article

Barthélemy JOBERT et Pascal TORRÈS, « Louis-Adolphe Thiers (1797-1877), président de la République française »


Video: Passé Présent n169 - La perte de lInde


Commentaires:

  1. Meztidal

    Je trouve que vous n'avez pas raison. Je suis sûr. Nous discuterons. Écrivez dans PM, nous parlerons.

  2. Aldwyn

    Vous n'êtes pas correcte. Entrez, nous en discuterons.

  3. Balen

    Au moins deux personnes compréhensives ont été trouvées

  4. Stanwyk

    Tu te trompes. Écrivez-moi dans PM, nous communiquerons.

  5. Serafim

    Bravo, quelle phrase nécessaire ..., une magnifique idée

  6. Ubel

    A mon avis, tu fais une erreur. Je propose d'en discuter. Envoyez-moi un e-mail en MP, nous parlerons.

  7. Calvert

    Absolument avec vous, c'est d'accord. Je pense, quelle est la bonne idée.



Écrire un message