La vie des soldats dans les tranchées

La vie des soldats dans les tranchées

  • Enterrement d'un officier dans les Vosges, juillet 1915.

    BOUCHOR Joseph Félix (1853 - 1937)

  • Le poste le plus avancé devant le « Vieux Thann », Vieux Moulin, 26 avril 1916.

    BOUCHOR Joseph Félix (1853 - 1937)

  • Poilu gazé alertant les soldats américains.

    BOUCHOR Joseph Félix (1853 - 1937)

Enterrement d'un officier dans les Vosges, juillet 1915.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Le poste le plus avancé devant le « Vieux Thann », Vieux Moulin, 26 avril 1916.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Poilu gazé alertant les soldats américains.

© Photo RMN-Grand Palais - G. Blot

Date de publication : juin 2006

Contexte historique

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France et, dès le lendemain, chacun des deux belligérants engage le combat selon les modalités prévues par son état-major. Les conditions de vie des « poilus » dans cet univers sont excessivement dures : outre le froid, les rats, les poux, les odeurs pestilentielles et l’absence d’hygiène, l’ennemi le plus redoutable des combattants est la pluie, qui transforme les tranchées en fondrières malgré les caillebotis qui en garnissent le fond.

Analyse des images

Ami d’Édouard Manet (1832-1883), Joseph-Félix Bouchor (1853-1935) était un peintre de paysages et un portraitiste de talent. En 1914, âgé de soixante et un ans, il demande à être mobilisé et devient peintre attaché au musée de l’Armée, sillonnant le front et croquant sur le vif les combats et la vie quotidienne des soldats.

Ainsi, en juillet 1915, il est dans les Vosges où il immortalise les obsèques d’un officier, probablement tué dans les combats livrés au nord de Munster pour atteindre la crête du Linge. La cérémonie funèbre se déroule dans une clairière que dominent les pentes verdoyantes de la montagne vosgienne. Devant une assistance de militaires figés dans un garde-à-vous recueilli, le prêtre officie près du cercueil recouvert d’un drapeau tricolore.

L’année suivante, Joseph-Félix Bouchor est à nouveau sur le front de l’Est où les troupes françaises sont retranchées à l’entrée de la vallée de la Thur, aux portes de l’Alsace. Au poste placé devant le Vieux Thann, à peu de distance de Mulhouse – ville deux fois perdue, mais deux fois reprise par les Allemands –, il fixe sur la toile des combattants au repos entre deux offensives. Derrière un rempart de planches étayé par des poteaux entre lesquels ils ont mis leur linge à sécher, les soldats vaquent à de prosaïques occupations : lessive, jeux de société…

En 1918, en un lieu non précisé du front, il peint Poilu gazé alertant les soldats américains. Les gaz asphyxiants sont d’autant plus dangereux que, plus lourds que l’air, ils s’insinuent dans toutes les cavités et en particulier dans les abris. L’ypérite – ou gaz « moutarde », ainsi surnommé en raison de son odeur – provoque la terreur et a des conséquences physiologiques souvent irréversibles pour ceux qui l’inhalent. Victime de cette arme chimique, le poilu porte la tenue bleu horizon et la « bourguignotte », casque d’acier qui s’est substitué au képi rouge en 1915. À l’exception des zouaves et tirailleurs vêtus de kaki, toutes les troupes françaises portent désormais cet uniforme peu voyant qui remplace la tenue du « biffin » de 1914, trop colorée et mal adaptée à la guerre moderne.

Interprétation

Quand ils ne se mesurent pas à la boue, au danger et à la mort dans les tranchées de première ligne, les poilus peuvent se reposer à l’arrière du front dans des « cagnas », abris de fortune où ils sont protégés du froid et de la pluie, et où ils peuvent reprendre un semblant d’activités normales : ils y jouent aux cartes, lisent, écrivent, « cassent la croûte », s’épouillent mutuellement, lavent leur linge… Ces divers rituels propres aux poilus sont à la source de ce que l’on appelle « la culture du front », qui leur permit aussi de tenir.

Pour les belligérants, tous les moyens d’abréger cette guerre d’usure sont bons. Malgré la convention de La Haye du 29 juillet 1899 qui avait interdit l’emploi des gaz asphyxiants, les Allemands sont les premiers à en utiliser. Excessivement nocive pour l’adversaire, cette arme chimique a cependant peu d’effets sur le plan proprement militaire. Son emploi sera solennellement interdit après la guerre.

  • armée
  • Guerre de 14-18
  • poilus
  • tranchées

Bibliographie

Jacques BECKER, 14-18, Documentation photographique n° 6074, C.N.D.P., Paris, décembre 1984.Roger-Alexis COMBET, Les Témoins de la Grande Guerre, Paris, Ofrateme, Radiovision RV 150, 1974.Pierre VALLAUD, 14-18, la Première Guerre mondiale, Paris, Fayard, 2004.

Pour citer cet article

Alain GALOIN, « La vie des soldats dans les tranchées »


Video: Les tranchées - Histoire - 3e