Médaillon de Jupiter

Médaillon de Jupiter


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.


Saviez-vous que ces 23 célébrités vivaient dans la région de Jupiter ?

Note de l'éditeur : cette histoire publiée à l'origine en 2017. Elle a été mise à jour avec de nouvelles informations sur les célébrités répertoriées.

Le comté de Palm Beach a sa part de personnes célèbres qui y ont élu domicile. Quelles sont les célébrités de votre quartier ? Regardons Jupiter et ses voisins plus chics Jupiter Island et Jupiter Inlet Beach Colony, et les gens qui y vivent, y ont vécu ou y sont nés.

Burt Reynolds : le fils préféré de Jupiter, décédé en 2018 à l'âge de 82 ans, vivait dans toute la région, y compris son ancien ranch, son musée et son dîner-théâtre. Il a appelé Jupiter “le meilleur endroit au monde.”

Tiger Woods : le champion de golf vit sur l'île de Jupiter et possède également The Woods, un restaurant à Jupiter's Harborside Place.

Céline Dion : La chanteuse bien-aimée Dion et feu son mari René Angelil vivaient à Jupiter Island. Sa maison a été vendue plus tôt cette année.

Alan Jackson: Non seulement la légende country en direct sur l'île de Jupiter avant de vendre sa maison en 2013, mais il a filmé son célèbre & # 8220It & # 8217s 5 O & # 8217Clock Somewhere & # 8221 vidéo avec son compatriote Palm Beach Countian Jimmy Buffett Jupiter & # 8217s Place Bar Tiki au mérou.

Johnny Bench : La légende du baseball des Cincinnati Reds avait une maison à Jupiter.

Greg Norman : Le grand requin blanc a élu domicile sur Jupiter Island pendant des décennies avant de mettre sa propriété sur le marché en 2016.

Michael Jordan : Qu'en est-il de Jupiter et des légendes du sport ? Jordan vit au Bear’s Club et est copropriétaire du restaurant 1000 North à Jupiter.

Tico Torres : Le batteur de Bon Jovi vivait à Admiral’s Cove.

Bryant Gumbel: L'animateur vétéran de l'émission "Aujourd'hui" et l'animateur de l'émission sportive HBO avaient des manoirs dans le Loxahatchee Club de Jupiter.

Brent Musberger : Le diffuseur sportif vétéran a élu domicile à Jupiter pendant des années, mais a mis sa maison sur le marché.

Dara Torres : La nageuse médaillée d'or olympique, qui vit à Coral Springs, est née à Jupiter.

Kid Rock : Le rap-rockeur devenu rocker sudiste et maintenant espoir politique républicain a acheté une maison à Jupiter Inlet Colony.

Olivia Newton-John: La superstar de la pop et la star de "Grease" passaient ces "nuits d'été" chez elle à Jupiter Inlet Colony.

Perry Como : Le crooner, célèbre pour ses promotions annuelles de Noël, a vécu dans la colonie de Jupiter Inlet jusqu'à sa mort en 2001. Il a qualifié la région de « petit coin de paradis ».

Rickie Fowler : Le golfeur, vu en 2017 en train de dîner à Guanabana avec Justin Bieber, a vendu une maison de plusieurs millions de dollars à Jupiter en 2016, puis en a acheté une autre.

Brooks Koepka : Le natif de West Palm Beach et vainqueur de l'US Open vit à Jupiter. Vous vous souviendrez peut-être également de lui comme du gars dont la petite amie a été désignée par le nom de son ex lors d'une émission FOX.

Ernie Els : Le golfeur est né en Afrique du Sud mais vit à Jupiter. Lui et sa femme sont actifs dans la communauté de l'autisme, qui comprend leur fils, et ont ouvert le centre d'excellence Els à proximité pour les enfants atteints de la maladie.

Drew Garrett: Le natif de Jupiter et diplômé de la Dreyfoos School of the Arts a joué de nombreux rôles, y compris, pendant un certain temps, le scion de la mafia Michael Corinthos dans « Hôpital général ».

Mike Schmidt : Le membre du Temple de la renommée des Phillies de Philadelphie et survivant du cancer vit à Admirals Cove à Jupiter.

TimDotTV : La star et joueur populaire de YouTube, qui vit maintenant à Los Angeles, est né à Jupiter.

Shelby Chesnes : Le natif de Jupiter est un modèle et ancien Playboy Playmate qui a été Playmate du mois en juillet 2012.

Cody Parkey : Le Pro Bowler et le placekicker des Cleveland Browns sont allés à Jupiter High.

Tiffany Copeland : La native de Jupiter et membre de la distribution de Bravo’s “Below Deck Mediterranean” est une ancienne biologiste marine.


L'étoile à 8 branches des Anunnaki

Dans la mythologie antique, l'étoile à 8 branches représente le dieu du ciel qui s'appelait Anu (Aunu, Aun). Cette étoile n'est en fait pas une étoile du tout, mais la plus grande planète de notre système solaire, Jupiter.

L'étoile à 8 branches est le pentacle de Jupiter.

Cette image ci-dessous est un relief du British Museum qui montre le dieu sumérien Ninurta. Son père était Enlil et sa mère, Ninlil. L'emblème autour de son cou que vous trouverez est très similaire à la croix patée des Templiers.

La Croix Pattée à 8 pointes des Templiers

Les plus anciens enregistrements du mot Anu nous viennent des Sumériens, et on dit qu'il s'agit d'un mot akkadien apporté de l'Euphrate en Égypte, signifiant Ciel et Dieu.

Les anciens Akkadiens, Assyriens, Chinois et Phéniciens savaient qu'Anu était le roi des Anunnaki. Dans les hymnes et les incantations babyloniennes, les Igigi et les Anunnaki jouent un rôle très important, dans lequel Anu est représenté comme le père des deux groupes. Les Anunnaki, qui en tant qu'enfants d'Enki étaient les amis spéciaux des hommes nouvellement créés.

Jupiter est connue comme l'étoile de Babylone, celle dont on parle fréquemment dans les Inscriptions comme Marduk et Niribu (né-bé-ru) qui est appelé le dieu du soleil du matin et du printemps, ou ce que l'on peut appeler le matin flamboyant Star. Veuillez noter les 8 étoiles pointues sur ses vêtements

Le secret sous-jacent à cet article est l'alphabet grec dans le calcul de la guématrie de la langue allégorique du Nouveau Testament. Le chiffre huit correspond au Nouveau Testament, selon Ambroise. Dans le christianisme, il y a huit béatitudes : la pauvreté de l'esprit le deuil la douceur le désir de la justice la miséricorde la pureté du cœur le pacificateur et la souffrance pour la justice. C'est le nombre du salut, les fonts baptismaux sont octogonaux, et le signe de l'alliance de Dieu. 8 est le nombre du Nouveau Commencement trouvé dans la Résurrection du Seigneur Jésus-Christ, et dans l'Apocalypse, l'Antéchrist est le huitième roi. Chez les Juifs, 8 est le chiffre de la circoncision, car cette cérémonie avait lieu le huitième jour.

Le symbole de la croix sacrée Chi-Rho ‘XP’

La Croix à 8 pointes des Hospitaliers

Le nombre 8, que les arithmétiques appellent le premier carré actuel, a été nommé par le pythagoricien Philo laus, nom d'harmonie géométrique, parce qu'il croit y reconnaître toutes les relations harmoniques. Vous constaterez qu'en mathématiques le symbole de l'infini est représenté par un 8 posé. Ce sont les Pythagoriciens qui soutenaient qu'il y a dans l'homme huit organes de connaissance : sens, fantaisie, art, opinion, prudence, science, sagesse et esprit.

Les Grecs avaient dédié le nombre 8 à Dionysius, né le huitième mois de l'année. Les vrais principes de toutes choses, une illustration de Dionysius Andreas Freher pour la première édition anglaise des œuvres de Jacob Böhme, 1764


Médaillon de Jupiter - Histoire

Les critiques affirment que Joseph Smith avait un talisman de Jupiter sur lui lorsqu'il a été martyrisé et citent cela comme preuve de sa fascination pour l'occultisme. Par exemple, les écrivains anti-mormons Bill McKeever et Eric Johnson font usage de cette affirmation souvent répétée dans leur sombre ouvrage, Mormonism 101. Ils écrivent : « Le fait que Smith possédait un talisman de Jupiter montre que sa fascination pour l'occultisme n'était pas seulement mode enfantine. Au moment de sa mort, Smith avait sur lui ce talisman. [1] Joseph avait-il ce talisman sur lui lorsqu'il a été assassiné ? Quelle en serait la signification s'il le faisait ?

Cette affirmation bien diffusée[2] trouve son origine dans une conférence de 1974 du Dr Reed Durham. Durham a déclaré que Joseph « [avait manifestement un talisman] sur lui lorsqu'il a été martyrisé. identifié comme un talisman de Jupiter." [3]

La source de la désormais célèbre histoire de Talisman, sur laquelle le Dr Durham fonde ses conclusions, provient de Wilford C. Wood, qui l'a racontée par Charles Bidaman, qui était le fils illégitime de Lewis Bidaman. Lewis était le deuxième mari non mormon d'Emma Smith. Charles est né d'une liaison entre Lewis Bidaman et Nancy Abercrombie, survenue alors que Lewis était marié à Emma. Charles a été recueilli par Emma à l'âge de 4 ans et élevé par elle jusqu'à sa mort 11 ans plus tard.[4]

Richard Lloyd Anderson a écrit que le Talisman, ou pièce de poche en argent telle que décrite en 1937, a été mis en vente lorsque Charles Bidamon a fait la publicité d'articles qui auraient appartenu à Joseph Smith. Un article répertorié était « une pièce de poche en argent qui se trouvait dans la poche du prophète au moment de son assassinat. » [5] Wilford Wood, qui collectionnait des souvenirs mormons, l'a acheté en 1938 avec le certificat de Bidamon attestant que le prophète l'avait possédé lorsqu'il a été assassiné. L'affidavit sous serment de Charles Bidamon au moment de l'achat de Wilford C. Wood était très précis :

Anderson a noté que Bidamon a attendu cinquante-huit ans après la mort d'Emma pour faire sa certification, ce qui, au moment de sa mort, n'était qu'un garçon de quinze ans.

Durham a basé ses commentaires sur la description de Wood pour l'objet qui était : « Cette pièce [le Talisman] était dans la poche de Joseph Smith lorsqu'il a été martyrisé à la prison de Carthage. [7] Cependant, dans le rapport sur le contenu du corps du prophète après son martyre, qu'Emma Smith a pris en sa possession en tant qu'épouse, il n'y avait aucune mention d'un tel objet semblable à un talisman. S'il y avait eu un tel article, il serait répertorié.

En 1984, Anderson trouva et publia la liste détaillée du contenu des poches de Joseph Smith à sa mort. La liste a été publiée à l'origine en 1885 dans l'Iowa par James W. Woods, l'avocat de Smith, qui a rassemblé les effets personnels du prophète après le martyre. Le contenu de l'impression publiée en 1885 est le suivant :

Aucun talisman ou objet similaire n'est répertorié. Il ne pouvait pas être confondu avec une pièce de monnaie ou même un "bijou maçonnique", comme Durham l'a d'abord pensé. Anderson a décrit le talisman comme étant « d'un pouce et demi de diamètre et couvert de symboles et d'une prière d'un côté et d'un carré de seize caractères hébreux de l'autre ».[9] Significatif est le fait qu'aucun associé de Joseph Smith n'a jamais mentionné quelque chose comme ce médaillon. Il n'y a pas d'interviews qui enregistrent qu'Emma mentionne un tel élément, comme l'atteste Charles Bidamon. On s'attendrait au moins à ce qu'elle ait dit ou écrit quelque chose du genre "et il portait toujours ce médaillon" ou quelque chose du genre.

Des arguments plus récents soutiennent que la liste de Wood était exagérée ou était un type de liste tout à fait différent. Par exemple, comme ni l'arme ni le chapeau de Smith ne figuraient sur le rapport, la liste ne doit pas être complète. Il devrait être évident, cependant, que la raison pour laquelle ils n'étaient pas sur la liste des matières sur la personne de Joseph Smith est qu'ils n'étaient pas tous les deux sur lui dans le sens le plus littéral des sens. Le dossier indique clairement qu'il a laissé tomber son arme et l'a laissée derrière lui avant d'être assassiné et il est peu probable que s'il portait son chapeau dans la cellule de prison, il serait resté sur lui après une fusillade qui s'est terminée par un deuxième étage. la fenêtre. Les critiques soutiennent également qu'une autre raison pour laquelle le talisman n'a pas été pris en compte était que les talismans sont portés autour du cou d'une personne, cachés à la vue et secrets de tous (y compris Emma pas moins), ainsi, il a été négligé dans le cadre de l'inventaire. S'il est vrai qu'ils sont portés autour du cou, la certification indique très clairement que le Talisman était « dans la poche du Prophète lorsqu'il a été martyrisé ». Alors, lequel est-ce ? Dans sa poche comme un porte-bonheur ou secrètement porté autour du cou comme un tel objet doit être utilisé à bon escient ? Quoi qu'il en soit, il est clair qu'il n'avait pas de talisman sur lui au moment de sa mort. Le reste n'est que spéculation. On ne peut rien dire de plus pour l'argument qui discrédite le récit publié par Wood des possessions de Joseph. Les critiques soutiennent qu'un prisonnier n'aurait pas pu avoir un canif, alors à quel point la liste peut-elle être précise ? De toute évidence, le fait qu'il possédait une arme à feu rend la possession d'un couteau sans conséquence. [dix]

En guise de note finale à la saga, lorsqu'on a demandé plus tard à Durham ce qu'il pensait de son discours concernant le Talisman, il a répondu :

Il n'y a qu'une seule source de preuves qui prétend que Joseph Smith avait le talisman de Jupiter sur lui, et cette source est Charles Bidamon. L'existence de l'artefact a depuis longtemps été déformée, déformée et fabriquée dans une rhétorique anti-mormone conçue pour discréditer d'une manière ou d'une autre Joseph Smith. Si un tel artefact avait été en sa possession, cela ne ferait encore une fois que montrer le climat culturel qui prévalait à l'époque et ne refléterait certainement pas la validité de l'Église. De même, si l'inventaire des poches de Joseph pouvait être pris pour argent comptant, cela ne rendrait plus l'Église valable aux yeux du critique. La conclusion étant donc que la présence de tels artefacts n'a pas de sens du point de vue de notre culture et de notre compréhension actuelles et qu'ils ne servent pas à prouver ou à réfuter Joseph en tant que prophète. Si l'on peut accepter l'insistance de Quinn sur le fait que le talisman était littéralement, d'une manière ou d'une autre, en la possession de Joseph à sa mort, le sens et la conclusion seraient qu'un tel objet aurait été une protection contre les ennemis, la sorcellerie et la sorcellerie. Il aurait également pu être utilisé comme amulette de chance, d'amour, de protection, de guérison, d'astrologie ou de magie rituelle, comme il était utilisé par des milliers d'autres Américains qui portaient habituellement les amulettes ou talismans alors en vogue. [12] On doit se demander, si Joseph avait eu une patte de lapin porte-bonheur dans sa poche, serait-il soutenu qu'il avait une étrange fascination pour les lapins et qu'il adorait le dieu du lapin de velours ? Nul doute que ceux qui regardent en arrière sur notre génération seront consternés que certains aient transporté des morceaux d'animaux morts dans leur poche pour porter chance.

1. Mormonisme 101, p. 255. Cet article est extrait de ma critique de ce livre. Cliquez ici pour plus de discussion et de conclusions sur Joseph et l'occultisme.

2. Stephen Robinson écrit à propos de l'histoire de Talisman : « Dans le cas de la pièce de Jupiter, cette même erreur d'extrapolation est aggravée par une acceptation très peu critique de l'artefact en premier lieu. Si la pièce était celle de Joseph, ce seul fait nous dirait rien sur ce que cela signifiait pour lui. Mais en fait, il n'y a pas suffisamment de preuves pour prouver que l'artefact a jamais appartenu au prophète. La pièce était complètement inconnue jusqu'en 1930, quand un Charles Bidamon vieillissant l'a vendue à Wilford Wood. La seule preuve qu'elle était Joseph's est un affidavit de Bidamon, qui avait tout à gagner financièrement en le représentant. Quinn accepte sans critique l'affidavit de Bidamon comme une preuve solide que la pièce appartenait à Joseph. Pourtant, la pièce n'a pas été mentionnée dans la liste de 1844 des biens de Joseph rendus à Emma. Quinn négocie cette difficulté en suggérant que la pièce doit avoir été portée autour du cou de Joseph sous sa chemise. Mais ce faisant, Quinn met en accusation son seul témoin de l'authenticité de la pièce, pour l'affid de Bidamon avit, la seule preuve liant la pièce à Joseph, jure spécifiquement et solennellement que la pièce était dans la poche de Joseph à Carthage. La véritable preuve empirique ici est tout simplement trop faible pour prouver que la pièce était vraiment celle de Joseph, sans parler d'extrapoler une conclusion à partir de la simple possession de l'artefact auquel Joseph devait avoir cru et pratiqué la magie. La récente affaire Hofmann aurait dû nous apprendre qu'un affidavit du vendeur, en particulier un affidavit de 1930 à des informations de troisième main contredites par les preuves de 1844, n'est tout simplement pas une "preuve" suffisante pour accrocher votre chapeau." (Stephen E. Robinson, Études BYU volume 27 (1987) p.91)

3. Le discours présidentiel du Dr Reed Durham devant la Mormon History Association le 20 avril 1974.

4. Jerald R. Johansen, « Après le martyre » [Horizon Publishers, 1997], 79.

5. Richard Lloyd Anderson, « The Mature Joseph Smith and Treasure Searching », BYU Studies Vol. 24, n° 4 (automne 1984) : 541.

7. Ibid., avec l'original provenant de LaMar C. Berett, The Wilford Wood Collection, Vol. 1 (Provo, UT : Fondation Wilford C. Wood, 1972) 173.

8. Anderson, Le Joseph Smith mûr, p. 558 Anderson indique sa source originale dans JW Woods "The Mormon Prophet" Daily Democrat (Ottumwa, Iowa), 10 mai 1885 et dans Edward H. Stiles, Recollections and Sketches of Notable Lawyers and Public Men of Early Iowa (Des Moines : Homestead Publishing Co., 1916), 271.

10. Ce sont des exemples d'arguments ultérieurs de Quinn pour tenter de réfuter Anderson.

11. Gilbert W. Scharffs, « The Truth about The God Makers » (SLC, Utah : Publishers Press, 1989), 180.

12. D. Michael Quinn (1998), Early Mormonism and the Magic World View, révisé et augmenté (SLC : Signature Books), pp. 89-90, 94.


Le vrai nom de Jupiter était "Jupiter Optimus Maximus", cela signifie être le meilleur.

Jupiter a engendré de nombreux dieux romains différents et a eu une passion pour ses amants. Il était assez important dans les guerres romaines et était vénéré par les militaires. Les Romains le priaient avant la guerre afin de protéger et d'instaurer la paix. En vieux latin, le mot « Jupiter » signifie le père. Dans notre monde moderne, le dieu Jupiter se trouve dans de nombreux types d'émissions de télévision et de films tels que le choc des titans et des immortels pour n'en nommer que quelques-uns. Je suis Flo et je vais vous expliquer l'histoire de Jupiter d'une manière, je l'espère, facile à comprendre. Il y a tellement d'informations qui sont trop déroutantes, alors pour essayer de rendre cela aussi simple que possible, j'ai divisé cela en questions et réponses. Faites défiler vers le bas pour en savoir plus sur ce merveilleux et passionné seigneur de guerre du ciel.

Quelle est l'histoire de Zeus et est-ce la même que celle du dieu Jupiter ?

Oui, dans la mythologie grecque, le dieu Jupiter (également connu sous le nom de Zeus dans la mythologie grecque) a la même histoire mais les noms des personnages sont différents. Jupiter a renversé Saturne (Cronos en grec) qui était son père, après avoir eu une bataille avec ses frères. Appelé Poséidon et Hadès dans la mythologie grecque. Cette histoire et mythologie de Jupiter est assez puissante. Jupiter en latin épelle "Lupita". Comme je l'ai déjà évoqué, Jupiter dans la mythologie grecque est connu sous le nom de Zeus et le maître du ciel et du tonnerre, il avait environ deux frères et trois sœurs. Les Romains et les Grecs adoraient ce dieu et croyaient qu'il était vraiment le souverain. Dans la mythologie romaine et grecque, les histoires sont indiscernables et identiques, mais les noms ont changé.

Jupiter a renversé son père (connu sous le nom de Saturne à Rome) et (Cronos en Grèce). J'ai utilisé les noms de manière interchangeable, sinon cela pourrait prêter à confusion ! Jupiter était le chef de 12 puissants dieux olympiens et régnait essentiellement sur tout le royaume. Le dieu Jupiter était considéré comme un dieu du ciel et des cieux.Il utilisait régulièrement à la fois le tonnerre et la foudre comme armes qui sont ses célèbres symboles. Ses sœurs étaient Hestia, Demeter et Hera (noms grecs). Jupiter / Zeus était un chef de file et le principal symbole qu'il utilisait en temps de guerre était connu sous le nom de coup de foudre. Bien sûr, après avoir renversé son père, il a pris le pouvoir et est devenu plus tard le père de nombreux dieux différents (Athéna, Arès, Artémis, Apollon, Dionysos et Hermès), les noms des dieux dans la mythologie romaine sont différents, ce dont je parlerai plus loin dans cet article. .

On peut conclure qu'il était passionné, aimant et séduit les femmes. Il a eu beaucoup d'affaires. Fait intéressant, le dieu de Jupiter détient des pouvoirs spéciaux tels que le contrôle des tempêtes, la création de l'obscurité, la commande des orages et la création de chaos dans le ciel. Dans mes recherches et mes nombreuses heures passées à lire des livres sur la mythologie grecque, il est clair que ce dieu représente les lois du changement et de l'harmonie. Jupiter est un Dieu assez spirituel et un leader et un dirigeant clair. Dans la plupart des récits grecs, il vivait sur le mont Olympe et ses conseillers étaient Dice, Themis et Nemesis. Il existe de nombreux récits grecs où ce Dieu possède le pouvoir de renverser mais il était aussi le protecteur de la communauté.

Qu'est-ce que les gens croyaient dans les temps anciens au sujet des dieux?

Les gens croyaient que les dieux contrôlaient la vie elle-même. Les anciens Grecs priaient les dieux, par exemple, ils priaient pour une récolte ou priaient Jupiter pour demander de la pluie, des tempêtes ou du soleil. La mythologie qui inonde les dieux grecs est que les gens croyaient en fait qu'ils étaient réels et qu'ils auraient un impact sur la vie elle-même. Evidemment, ce n'est pas prouvé. Dans notre monde moderne, nous n'avons pas tendance à penser de cette façon. À votre insu, j'ai affronté de nombreux types de dieux grecs aujourd'hui. Peut-être que vous vous demandez pourquoi je dirais une chose aussi absurde. Nous utilisons quotidiennement des noms de dieux grecs, tels qu'un «virus cheval de Troie» ou peut-être même que vous avez recherché votre signe du zodiaque - nommé d'après un dieu. Dans notre monde moderne, le nom des dieux nous entoure, nous ne le savons tout simplement pas toujours.

Quelle est l'histoire de Jupiter ?

Le ciel et la terre avaient 12 fils et filles connus sous le nom de Titans. Le plus jeune de ces enfants était le père de Jupiter connu sous le nom de Saturne dans la mythologie romaine et Cronos dans la mythologie grecque. La naissance de Jupiter était très intéressante en fait elle était pleine de dangers incertains. La grand-mère de Jupiter (connue sous le nom de Gaia dans la mythologie grecque) était extrêmement malheureuse dans la vie d'après les récits que j'ai lus. Elle était la mère de Saturne (Cronos en grec) qui régnait sur l'univers entier. Saturne était un guerrier contre les Titans, qui régnaient essentiellement sur le monde et les cieux avant que Dieu n'existe. Je vais juste parler de l'histoire du père de Saturne car elle est intéressante et donne un aperçu de l'enfance difficile de Jupiter. Le grand-père de Jupiter était dans la mythologie grecque connu sous le nom d'Uranus et il a rendu furieux sa femme en rejetant l'un de ses enfants connu sous le nom de Cyclope.

Les trois enfants étaient censés avoir 100 bras et 50 têtes, donc plutôt laids à regarder. Comme ils n'étaient pas beaux, Uranus les a bannis tous ensemble dans le monde souterrain. C'était assez navrant pour la grand-mère de Jupiter. En fait, elle était tellement bouleversée par tout cela qu'elle a pris le parti des Titans qui se battaient avec Saturne pour le pouvoir sur les terres. Comme vous le lirez plus tard dans l'histoire de Jupiter que j'ai écrite ci-dessous, ces dieux ont ensuite été ressuscités pour aider à combattre et renverser Saturne afin que Jupiter puisse prendre le pouvoir.

La seule chose que Saturne (le père de Jupiter) n'a jamais faite a été de libérer ses propres frères qui étaient piégés dans le monde souterrain, ce qui a agacé la grand-mère de Jupiter. Par conséquent, elle savait qu'avec le temps, Saturne devrait être vaincu. La raison pour laquelle Saturne a en fait avalé ses propres enfants connus sous le nom de (Neptune, Pluton, Cérès, Junon et Vesta dans la mythologie romaine) était qu'il voulait qu'ils grandissent sans être blessés, mais en plus, il ne voulait pas qu'ils gouvernent. La femme de Saturne savait que ses enfants seraient piégés pendant des années et elle a finalement décidé d'attendre, de sauver Jupiter et enfin de renverser Saturne pour libérer ses enfants qui étaient dans son estomac.

Elle voulait cacher sa grossesse de Jupiter alors est allée dans une grotte pour lui donner naissance afin qu'il puisse grandir fort et ne pas être avalé par son père. Dans la mythologie grecque, elle était connue sous le nom de Rhéa mais en romain son nom était Ops. Fondamentalement, elle a caché Jupiter et l'a caché pour qu'il puisse grandir et qu'il soit pris en charge par sa grand-mère. La grand-mère de Jupiter a emmené Jupiter comme un bébé à un endroit connu sous le nom de mont Ida et l'a placé pendu à un arbre dans le plus beau berceau doré. La raison en est qu'elle ne voulait pas que Saturne l'entende pleurer. De plus, la grand-mère de Jupiter a placé des animaux autour de l'arbre afin qu'ils fassent suffisamment de bruit pour masquer les pleurs et l'existence des bébés. Avec le temps, Jupiter est devenu un jeune adolescent fort.

Le jeune Jupiter connu sous le nom grec de Zeus gravit la colline en suivant un bouc blanc. Il atteignit finalement le sommet de la montagne et observa depuis le point culminant de la Crète la mer bleue déchaînée. Lorsqu'il se retourna, il put voir Gaia, sa grand-mère. La grand-mère de Jupiter l'a élevé et elle lui a dit "Tu es assez fort" "C'est ton tour maintenant" Le cœur de Jupiter a raté un battement et soudain il a ressenti de la peur. Le père de Jupiter connu sous le nom de Saturne (Cronus en grec) se souvient que j'ai dit qu'il avait avalé ses propres enfants à leur naissance (oui, cela ne valait pas la peine d'y penser) la raison en était qu'il voulait rester un dirigeant puissant de son temps.

La tâche de Jupiter était de libérer ses frères et sœurs, de renverser son père et de prendre le pouvoir. Apparemment, la légende veut que la mère de Jupiter ait trompé Cronos en lui faisant avaler une pierre au lieu de Jupiter au début. Le moment était venu pour Jupiter de prendre le pouvoir. Ce petit garçon avait grandi pour se sentir assez fort et plutôt intelligent. Il savait que comme il était devenu assez vieux, c'était le moment où il devait faire face à son père. Il a rencontré son père Saturne (Cronos en grec) pour la première fois et, comme vous pouvez l'imaginer, se sentait un peu nerveux.

Lorsqu'il rencontra son père, il lui donna une boisson qui était une potion d'un Titan appelé Métis, que sa femme aida à se procurer. La mère de Jupiter a organisé que Jupiter donnerait cela à son père afin qu'il régurgite ses frères et sœurs, ce qu'il a fait. Ce qui s'est également passé ensuite, c'est que la pierre que Saturne (Cronos en grec) a avalée précédemment est soudainement sortie de sa bouche et a atterri aux pieds de Jupiter. Ses frères et sœurs étaient si reconnaissants à Jupiter de les avoir libérés qu'ils l'ont soutenu pour devenir le souverain.

Les Titans ont en outre aidé à lutter contre Saturne (Cronos en grec). Et, c'est alors qu'une guerre mystique a éclaté entre les Olympiens et les Titans pendant dix ans. Fondamentalement, les Titans étaient les dirigeants du dieu et les déesses existaient. Les Olympiens ont tenté de conquérir le monde en combattant les Titans. Les Olympiens étaient décrits comme « le bon côté » dans la mythologie antique.

La grand-mère de Jupiter a demandé à Jupiter de libérer les Cyclopes du monde souterrain et en retour de rejoindre le côté de Jupiter pour se battre. Ce sont les Cyclopes qui ont en fait donné à Jupiter le pouvoir sur les tempêtes à l'aide de son célèbre éclair. Il a tué son père, Saturne (Cronus). Cela a conduit les frères à se partager le royaume olympien. Mais cette division n'était pas égale. Les histoires de Jupiter contenues dans les livres romains connus sous le nom de « L'Énéide » mais en Grèce, les récits des histoires étaient dans L'odyssée d'Homère. La mythologie grecque était d'environ 1000 ans avant que Rome n'adopte la même chose.

Les cieux ont été divisés et Jupiter a reçu le ciel et Neptune la mer et les enfers ont été donnés à Pluton. Jupiter a maintenu une position supérieure et a fondamentalement gouverné la terre, le ciel et la vie elle-même. La décision finale était que Jupiter prendrait la propriété et le contrôle de la terre. En revanche, dans la mythologie grecque, la terre était contrôlée par ce qu'on appelait des destins et Zeus/Jupiter est descendu du ciel pour parler avec le peuple.

Zeus / Jupiter pourrait se métamorphoser et se transformer en différentes créatures ou animaux. Les Romains considéraient Mars comme le deuxième dieu le plus puissant. Mars était un dieu de la guerre et les Romains croyaient que prier ce dieu contribuerait au développement agricole. Jupiter était le plus jeune de ses frères et sœurs et il se montrait souvent plutôt agressif. Il existe de nombreux autres éléments et mystères différents qui entourent la descendance grecque et romaine de Jupiter. Je vais passer un peu de temps à vous donner quelques faits plus intéressants, alors voilà.

D'où vient l'histoire de Jupiter ?

Le mythe grec de Jupiter a évolué avec le temps et la civilisation. Il n'y a pas d'événements spécifiques qui se sont produits dans l'ordre chronologique, mais il y a divers narrateurs qui ont été écrits qui reflètent l'histoire. Bon nombre des différents mythes et histoires autour des dieux étaient axés sur la douleur, la jalousie et la passion. Les dieux eux-mêmes étaient rarement de nature parfaite, mais néanmoins, ils étaient obéis et adorés. Dans la mythologie romaine, les dieux régnaient sur nous sur terre.

Comment Jupiter était-il perçu par les Romains ?

Jupiter a commencé sa vie comme une pierre, fait intéressant, les Romains adoraient les pierres et cela remonte à l'histoire notamment à l'âge de pierre. C'est parce que les taxes étaient souvent faites à partir de la pierre. A l'époque romaine, Jupiter était adoré par beaucoup comme je l'ai déjà mentionné. Les Romains ont pris beaucoup de leurs propres dieux des mythes grecs. À Rome, des temples ont été érigés pour vénérer Jupiter, il était un seigneur de la pluie et du tonnerre et punirait les mortels s'ils avaient péché - eh bien, c'est ce qu'ils croyaient.

La planète Jupiter a été nommée d'après ce dieu. De nombreux Romains ont salué le ciel et Jupiter est devenu le dieu gardien de nombreuses villes latines qui comprenaient l'État romain. Il était connu comme une ancienne divinité et était également une source de lumière. Il a également été enregistré que de nombreux Romains ont parlé à Jupiter par le biais de serments pour demander son aide dans les affaires.

Que s'est-il passé après que Jupiter a gagné la guerre ?

Après la Grande Guerre avec les Titans, Jupiter a fait en sorte que les dieux démissionnent sur la montagne d'Olympias, qui se trouve actuellement en Macédoine. Ceci est connu comme un trône de Jupiter et pour être l'endroit où les dieux le convertiraient et prendraient des décisions sur ce qui allait arriver aux mortels et à la terre. Jupiter et ses frères et sœurs résideraient sur la montagne.

Quel est le lien des Titans dans l'histoire de Jupiter ?

Dans les premières années, Jupiter grandit extrêmement rapidement et il était connu pour boire de l'ambroisie dans des cornes de chèvre, ce qui le rendait fort et compétent. Il est devenu un Dieu brillant et compétent. Avant de vaincre son père, il épousa une femme fille d'un Titan, connue dans la mythologie grecque sous le nom de Métis. Elle ne voulait pas que Jupiter se batte seul contre son père et le supplia d'utiliser les Titans comme soutien.

Parce qu'elle s'inquiétait pour la femme de son mari Jupiter ou Jupiter (il y a des histoires contradictoires) a donné à Saturne une potion qui l'a rendu malade, quand il a vomi les enfants sont apparus devant les pieds de Jupiter. (Comme je l'ai mentionné plus tôt) Par conséquent, il y avait au total six dieux contre leur père. Une fois qu'ils ont vaincu Saturne, les Titans ne sont pas très heureux d'être gouvernés par un Dieu complètement nouveau. Par conséquent, Jupiter a fait un certain nombre de différents éclairs dans le ciel comme armes et a emprisonné les Titans dans un endroit appelé Tartare.

De quoi Jupiter est le dieu ?

Jupiter est un dieu du tonnerre et de la foudre : la météo. Son symbolisme était le trône, l'aigle, le lion, la balance, la foudre et enfin le sceptre. J'ai déjà souligné que Jupiter était un dieu grec de l'univers. Il a régné sur les 12 autres dieux olympiens. Il était souvent perçu comme un flirt et un séducteur – ayant de nombreuses aventures et enfants. Il existe de nombreux récits différents où Jupiter s'est transformé en animal, par exemple lorsqu'il a fait l'amour avec Léda (dans la mythologie grecque) et qu'il était un cygne, il est également apparu sous la forme d'un aigle et d'un taureau blanc.

Quels sont les faits du dieu Jupiter?

Le nom grec de ce Dieu s'appelle Zeus. Le titre de Jupiter est connu comme le roi des dieux. Son symbole est : balance, sceptre, égide, aigle, lion, trône. Et sa ville natale est olympienne. Ce dieu épousa Héra ainsi que d'autres déesses et ses parents étaient connus sous le nom de Cronos et Reha. Il a été élevé par sa grand-mère connue sous le nom de Gaia. De plus, il a été élevé par une chèvre appelée amalthée.

Que signifie avoir un tatouage du dieu Jupiter ?

Avoir un tatouage Jupiter indique que vous contrôlez les moments difficiles de la vie et que vous êtes un vrai combattant. Évidemment, vous avez lu ce qui précède et vous comprenez que le Dieu de Jupiter est un souverain. Les tatouages ​​de Jupiter sont associés à la protection, à la chance, à l'équilibre, à l'expérience et surtout à l'autorité. Le tatoué symbolise le fait que vous serez en charge de votre propre vie et que vous aurez le règne de la Couronne. Jupiter est un symbole de sagesse et de force. Si vous envisagez de vous faire tatouer Jupiter, ce symbole sur le corps représente un équilibre entre les situations de la vie.

Avec qui Jupiter s'est-il marié et avec qui a-t-il eu des relations amoureuses ?

Les amants de Jupiter comprenaient sa propre sœur. La femme de Jupiter était connue sous le nom de Junon dans la mythologie romaine. Ils ont eu des enfants dont Vulcain, Mars (dieu de la guerre), Juventas (échanson) et en plus la déesse de l'accouchement connue sous le nom de Lucina.

Il y a un tableau assez célèbre qui le montre embrassant sa femme. Jupiter était censé être assez séduisant et sa femme, la déesse du mariage, était connue sous le nom de Junon. Jupiter avait, en fait, de nombreux amants différents. Il a eu une relation avec Leto, et de cela est né les enfants Apollo et Diana. Il a en outre eu une relation avec Themis qui a donné naissance à trois enfants connus sous le nom de cheval, Parcae et Astraea.

Ce sont bien sûr les noms romains et seront différents dans la mythologie grecque. De plus, il avait une relation avec Maia et un fils appelé Mercury. Jupiter et Sémélé ont créé Dionysos. De toute évidence, en raison du fait que Jupiter était assez promiscuité, sa femme ne lui faisait pas confiance, ce qui provoquait de la jalousie. Il a ensuite eu une liaison avec une déesse connue sous le nom d'Alcmène et ils ont eu ensemble un enfant nommé Héraclès, qui était le dieu des héros. Il a eu une autre relation avec Ganymède et il a passé la nuit avec cette déesse. Il est tombé amoureux d'une déesse appelée Europe et ils sont devenus amants. Sémélé fut son dernier amant et donna naissance au dieu Bacchus. Ainsi, il a eu beaucoup d'enfants comme vous pouvez le constater. J'ai reconstitué cela afin de vous donner un aperçu de ses amants

Qui sont les enfants du dieu Jupiter ?

Lorsque le tonnerre s'est produit, tout le monde (mortels) a cru que c'était parce que Jupiter et sa femme, Junon, se disputaient ses amants. Jupiter a eu des enfants de mortels, de nymphes et de déesses des bois et de la mer. Parfois, Juno essayait de tuer des amants de diverses manières. Et, beaucoup d'amants de Jupiter craignaient réellement sa femme. Les enfants qu'il a eus étaient les suivants : Invidia, Dike, Venus, Vulcain, Mars, Minerva, Hercule, Apollo, Discordia, Diana, Juventas, Bacchus, Graces, Lucina, Bellona, ​​Mercury, Nona, Muses, Decima, Morta

Qu'a fait Jupiter à son père ?

Lorsque Jupiter a gagné la guerre contre son père, il ne voulait pas simplement le tuer, au lieu de cela, il l'a castré, a pris les parties de son corps et les a ensuite jetés à la mer. Je sais que cela semble un peu tiré par les cheveux, mais c'est ce qui est enregistré.

Qui est l'équivalent grec du dieu romain Jupiter ?

Oui, Jupiter est le dieu romain et dans la mythologie grecque, il s'appelle Zeus. Juste au cas où vous l'auriez manqué. Ces deux dieux sont les mêmes et suivent la même histoire. Tant les Grecs que les Romains adoraient Jupiter. C'était un Dieu assez agressif et imposant, c'était un vrai dirigeant du peuple.

Les Romains adoraient-ils Jupiter ?

Oui, les Romains eux-mêmes n'ont jamais vraiment cru en un seul Dieu comme nous. Ils avaient essentiellement un Dieu basé sur les prières. Par exemple, s'ils voulaient que les récoltes poussent, ils auraient un Dieu qui était responsable de la récolte ou du beau temps.

Il y avait un Dieu pour l'accouchement qui protégerait la mère. Jupiter était cependant l'un des dieux les plus vénérés de tous les temps. Ils ont construit de nombreuses statues à Rome pour l'adorer et ont nommé des lieux et des objets en son honneur. Le culte de Jupiter était si commun qu'ils ont fait divers sacrifices et ont également construit un certain nombre de temples différents tels que la colline du Capitole. Après la guerre, les militaires organisaient souvent des défilés scandant le nom de Jupiter - croyant qu'il avait aidé à conquérir ou à vaincre l'ennemi.

Aujourd'hui, dans notre monde moderne, nous croyons généralement en un seul Dieu, en particulier dans le christianisme. Cependant, dans la mythologie romaine, similaire à la théologie grecque, de nombreux dieux différents étaient vénérés. Il y avait de nombreux récits différents dans les anciens récits concernant les opinions des gens sur Jupiter. À Rome, il est intéressant de noter que l'opinion de Jupiter a changé avec le temps et le fait que les empereurs soient arrivés au pouvoir a diminué la croyance que les dieux étaient le vrai pouvoir. Il existe de nombreux types de dessins et d'images de Jupiter, mais il est normalement présenté tenant un bâton ou un éclair.

Qui était Junon ou Héra ?

Junon, mariée à Jupiter, était la reine et la souveraine des déesses. Elle était également connue sous le nom d'Héra dans la mythologie grecque. Comme je l'ai déjà souligné, elle était aussi la sœur. Elle voulait protéger son mariage pour essayer de détruire tous les amoureux de Jupiter. Elle a en fait envoyé un taon une fois pour tuer toute femme qui se mettrait sur son chemin. En ce qui concerne les totems animaux, Juno était liée à la fois aux chevaux et aux vaches et elle était une déesse de la ville connue sous le nom d'Argos.

Qui est Poséidon ou Neptune ?

Dans la mythologie romaine, Poséidon était également connu sous le nom de Neptune. il était le frère de Jupiter. Un Dieu d'une grande force et le frère de Jupiter. Il était un souverain de la mer et connu pour être le dieu patron de la capitale grecque Athènes.

Qui était Déméter/Cérès ?

C'est la sœur de Jupiter et son nom représente la mère en grec ancien. Il y avait une fête où seules les femmes pouvaient défiler en son honneur chaque année, généralement au printemps. Elle était la déesse de la croissance. De nombreux mortels de Rome la prient afin d'assurer de grandes récoltes.

Qui est Athéna ou Minerve ?

C'était l'enfant préféré de Jupiter et elle est née après que Jupiter a avalé sa mère qui était la déesse connue sous le nom de Métis. En substance, elle était une déesse de la sagesse. Elle était donc vénérée dans toute la civilisation grecque et il y avait de nombreux temples différents.

Qui était Artémis ou Diane ?

C'était la déesse des forêts et des femmes en général. Elle était censée se soucier des femmes et fournir des conseils et de l'aide à l'accouchement. Elle portait un arc étroit et si une femme mourait en couches, on disait qu'elle les avait abattus. Pendant que les femmes étaient enceintes, elles priaient souvent cette déesse.

Qui est Aphrodite ou Vénus ?

C'était la déesse du sexe, de la passion et de l'amour. Cela a fait en sorte que nous nous reproduisions tous et elle a en fait joué un rôle important dans la guerre de Troie.Elle a eu diverses histoires d'amour qui remontent à Jules César.

Qui est Apollon ?

C'était le fils de Jupiter et sa mère était Leto. Apollo est également présenté dans de nombreux écrits comme un bel homme qui a suivi un entraînement à la guerre. L'arme utilisée était l'arc et la flèche.

J'espère que vous avez apprécié cet aperçu de Jupiter et n'hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions auxquelles j'essaierai toujours de répondre. Les mythologies romaine et grecque peuvent être assez complexes et difficiles à comprendre, j'ai donc essayé de vous faciliter la tâche. Le point à retenir le plus important de mon aperçu est que c'était finalement le roi des dieux pour les Romains et un personnage puissant dans la mythologie grecque et romaine.


Médaillon de Jupiter - Histoire

Talisman Front - Table planétaire hébraïque

COMMANDER LE TALISMAN JS SMITH JUPITER EN BRONZE

R enaissance Astrology a le plaisir de vous présenter l'authentique bronze J.S. Talismans Smith Jupiter pour la richesse, la bonne fortune et la sagesse. Ces talismans en édition limitée ont en fait été créés à partir de bronze en fusion à une heure précise ! Vous pouvez voir le tableau réel de la fabrication de ces talismans ci-dessous. Jupiter est notre talisman planétaire le plus populaire pour la richesse, la prospérité et la bonne fortune !

Comme Smith, ces talismans reprennent le dessin du Magus de Francis Barrett, lui-même dérivé des Trois Livres de Philosophie Occulte de Cornelius Agrippa..

Le mage de la Renaissance, Cornelius Agrippa, dit qu'un talisman de Jupiter, « conduit au gain, à la richesse, à la faveur et à l'amour, à la paix et à la concorde, et à apaiser les ennemis, à confirmer les honneurs, les dignités et les conseils, et à dissoudre les enchantements. » Trois livres de philosophie occulte, livre II, chapitre 22.

Sur le devant des talismans, que vous pouvez voir ci-dessus, au milieu se trouve la table planétaire de Jupiter en hébreu, comme dans le talisman de Joseph Smith. Nous avons également la forme de table numérique des talismans Joseph Smith Jupiter. Au-dessus de la table est l'hébreu, El Ab un Nom Divin de Jupiter, correspondant au chiffre 4. Sous la table se trouve le symbole standard de Jupiter. Dans l'anneau extérieur à droite se trouve l'hébreu ABA, un autre nom divin de Jupiter, qui correspond au nombre 16. À droite sur l'anneau extérieur en hébreu se trouve le nom, Johphiel , l'intelligence de Jupiter, dont le numéro 136 apparaît au bas de l'anneau extérieur.


Talisman Retour

Au dos des talismans, que l'on voit à droite, on voit sur le pourtour en latin, Confirmo Deus Potentissimus, "Fort moi, ô Dieu le plus puissant" Ensuite, au dos, nous voyons le symbole et le sceau de Jupiter et le sceau de l'Intelligence de Jupiter.

Le soi-disant talisman Joseph Smith Jupiter est en fait une conception de talisman de l'auteur ésotérique du début du 19ème siècle ou plutôt du compilateur, Francis Barrett. Le Mage de Barrett a été publié à Londres en 1801 et est composé d'extraits des Trois Livres de Philosophie Occulte de Cornelius Agrippa, le Quatrième Livre de Philosophie Occulte attribué à Agrippa et la traduction de Robert Turner de 1655 de l'Heptaméron de Pierre d'Abano. Barrett a apporté quelques modifications et modernisé l'orthographe et la syntaxe de ces sélections.

Néanmoins, en tant qu'érudit moderne de la religion et de la magie, D. Michael Quinn note que le Mage a eu une grande influence malgré une seule impression,

"Le livre de Barrett n'a été réimprimé qu'en 1875. Néanmoins, l'étude de Francis King sur la tradition occidentale de la magie a noté que la première édition du Magus 'a joué un rôle important dans le renouveau anglais de la magie'. Antoine Faivre a également souligné le livre de Barrett dans le renouveau général européen de la magie au cours des premières décennies des années 1800."

D. Michael Quinn, Early Mormonism and the Magic World View (Signature, 1998) page 21.

Conception de talisman de Barrett

Le livre de Barret a également joué un rôle important dans l'une des découvertes les plus intéressantes et les controverses ultérieures impliquant Joseph Smith, le fondateur des Mormons ou de l'Église des Saints des Derniers Jours.

E n 1974, le Dr Reed C. Durham, un mormon et éminent spécialiste de l'histoire mormone, a donné une conférence intitulée : « N'y a-t-il aucune aide pour le fils de la veuve ? ». Durham a révélé qu'une médaille portée par Joseph Smith et longtemps considérée comme un emblème maçonnique était, en fait, un talisman de Jupiter. Le talisman de Smith semble à gauche.


Talisman JS Smith

Ce qui est intéressant à noter, c'est que le talisman de Jupiter de Smith est presque identique à l'exemple donné par Barrett ci-dessus et à droite. Ce format n'est fourni ni dans l'original latin d'Agrippa ni dans la traduction anglaise de 1651 par John Freake. L'illustration dans la traduction anglaise apparaît ci-dessous à droite. Notez la rupture du sceau qui semble être une erreur d'imprimeur et n'apparaît pas dans l'original latin bien qu'il soit fidèlement copié dans le talisman de Magus et Smith. Notre talisman a le design original, correct et ininterrompu.

Traduction Agrippa Sceau de Jupiter

Les talismans de Jupiter ont été créés le 28 février 2019 à 7h01 à Islamabad, au Pakistan, par notre bijoutier/mage, Muhammed Ajmal. Jupiter culmine et est marqué par le signe (+5) et c'est le jour planétaire et l'heure planétaire de Jupiter.

J'ai le plaisir de vous offrir ces magnifiques talismans JS Smith Jupiter en bronze plaqué or. Ils mesurent 1,5 pouces de diamètre et pèsent 22 grammes. Veuillez garder à l'esprit que le placage à l'or est délicat et finira par s'user, en particulier en cas d'utilisation intensive ou d'usure. Il peut y avoir des lignes, des rainures ou des taches non plaquées même lors de la vente initiale. Vous pouvez replaquer des talismans et des pentacles plaqués or sans affecter leur pouvoir magique.

Les talismans ont été créés et consacrés à l'heure choisie et sont accompagnés d'une chaîne à porter en pendentif. Tous les talismans de l'astrologie de la Renaissance sont consacrés lorsqu'ils sont créés pour appeler les anges/esprits célestes en eux. Nous vous recommandons une consécration personnelle supplémentaire pour vous présenter aux anges/esprits et vous apporter le pouvoir du talisman. Le talisman est livré avec une image en couleur pour la consécration ainsi qu'un livret d'information avec des instructions de consécration personnelles complètes.

COMMANDER LE TALISMAN JS SMITH JUPITER

Talisman de Jupiter
Expédition aux États-Unis


Talisman de Jupiter
expédition hors des États-Unis


Le bronze plaqué or JS Smith Jupiter talisman pour la richesse, la bonne fortune et la sagesse est de 299,95 $ plus 17,95 $ d'expédition aux États-Unis ou 80 $ d'expédition en dehors des États-Unis. Pour l'expédition hors des États-Unis, veuillez me contacter pour voir s'il existe une expédition moins chère dans votre pays.
Veuillez noter que même si de nombreux clients sont satisfaits de leurs talismans, consultez les témoignages de talismans, certains ne le sont pas et je ne peux pas garantir exactement quels seront les effets pour chaque client individuel.. Pour cette raison et parce que je ne peux pas revendre de talismans, il n'y a aucun remboursement, échange ou retour sur les talismans. Veuillez garder à l'esprit que le placage à l'or est délicat et finira par s'user, en particulier en cas d'utilisation intensive ou d'usure. Il peut y avoir des lignes, des rainures ou des taches non plaquées même lors de la vente initiale.

Prière de me contacter pour plus d'informations!
Voici de plus amples informations sur les talismans astrologiques ainsi que nos talismans actuellement disponibles et la magie astrologique. Voici les livres d'astrologie et de magie disponibles chez Renaissance Astrology.
Si vous souhaitez approfondir encore plus ce domaine fascinant, je propose mon mini-cours de magie planétaire et mon mini-cours Mansions of the Moon, qui permettent aux étudiants de commencer immédiatement à fabriquer des talismans et des élections et constituent une excellente introduction à mon cours complet de magie astrologique. . Découvrez tous les cours d'astrologie et de magie disponibles à Renaissance Astrology
Consultez la page Facebook Renaissance Astrology, le blog Renaissance Astrology et le groupe de discussion Spiritus Mundi Yahoo pour apprendre et faire partie de la communauté Renaissance Astrology. Aussi pour ceux qui s'intéressent à l'astrologie traditionnelle avancée et à la magie astrologique et à leur utilisation comme chemin spirituel, nous avons le Renaissance Astrology Inner Circle qui comprend le bulletin Inner Circle Marginalia.

S'il vous plaît contactez-moi pour toutes questions et commentaires concernant les produits, services ou cours!


Médaillon de Jupiter - Histoire

Pouvez-vous identifier ces vues?

Faire semblant de Jupiter, 1939

Commentaires reçus :

La locomotive sur cette photo est Virginia & Truckee #12 la "Genoa". Actuellement, le "Genoa" est restauré et exposé dans CSRM. Un autre indice est la moissonneuse-batteuse, c'est-à-dire la moissonneuse-batteuse V&T 16 également chez CSRM. North Pacific Coast # 12 "Sonoma" lorsqu'il est peint comme le Jupiter a presque toujours été photographié sur ou autour de la scène sur laquelle il s'est préformé et n'a jamais vraiment fonctionné dans un "pays ouvert". Comme le Sonoma était à voie étroite, il a dû être transporté en wagon plat.
CORRECTION : J'ai fait une gaffe sur mon identification de cette photo. J'ai pris un moment pour regarder à nouveau l'image et j'ai réalisé : la locomotive sur cette photo est la V&T #22 la "Inyo" et non la "Genoa." La photo a été prise en 1939 lors du tournage de "Union Pacific." L'Inyo [Type 4- 4-0, Constructeur Baudouin, #3693, Construit 1875, Taille du cylindre 16x24, Conducteurs 57 pouces, Poids 68 000 lb.] plus tard a joué le rôle du Juptier à nouveau dans les années 1970 au lieu historique national de Gold Spike.

—Andrew Brandon


Exposition universelle de New York, 1939-1940. Avec la permission de la Bibliothèque du Congrès.

Si ce moteur a été photographié à Canoga Park, CA en 1939, alors je parie. qu'il a été utilisé lors du tournage du film Union Pacific, réalisé par CB DeMille.
—Greg Lewis, conseiller collégial et professeur de photojournalisme, CSU Fresno

C'est déroutant car on m'a toujours dit que les locomotives d'origine utilisées pour le Golden Spike existaient toujours et se trouvaient dans des musées. [sic] Il y a un autre Jupiter présumé à Grant Park dans le sous-sol du Cylcorama à Atlanta. C'est prétendument l'original et est apparemment utilisé dans la grande poursuite en locomotive. Atlanta et Chattanooga se sont battus devant les tribunaux pour la propriété de cette locomotive il y a quelques années. Il y a une autre locomotive de ce type dans le parc national de Kennesaw Battlefield, juste à l'extérieur d'Atlanta, qui aurait été l'autre locomotive utilisée dans le Great Locomotive Chase. Lorsque Walt Disney filmait cet événement en tant que film en 1956 à Clayton, en Géorgie, il a apporté une locomotive similaire à celle illustrée ici.
&#[email protected]

La locomotive à Atlanta qui a été utilisée dans la "Grande poursuite en locomotive" pendant la guerre civile était la "Général". C'est probablement celle qui est maintenant à Atlanta. Les deux moteurs à Promontory, Utah sur le site historique national, le Central Pacific's Jupiter et l'Union Pacific's n° 119 sont des répliques modernes construites par les O'Connor Engineering Laboratories de Costa Mesa, Californie entre 1975 et 1979. Ils sont aussi précis qu'un des doublons des moteurs d'origine car il était raisonnable de construire. Les moteurs modernes ont des freins à air où les originaux avaient des freins à main sur le tender uniquement et sont alimentés au pétrole plutôt qu'au bois ou au charbon. Ils ont été construits pour faire partie de notre lieu historique national Golden Spike et exploités dans le cadre de l'exposition par le National Park Service.
—Ed Strobridge

Voici un autre prétendant Jupiter. Le J.W. La renommée de Bowker of Virginia & Truckee repose sur la plaque tournante historique de Folsom, en Californie, en octobre 1999 sous le nom de "Jupiter". Peint comme Jupiter, il a joué dans le film Wild Wild West. Notez la configuration 2-4-0 par opposition au 4-4-0 du Jupiter.
—Bill Anderson [email protected]>

La situation de Jupiter est déroutante mais s'explique facilement.
Le Jupiter original - celui des cérémonies Golden Spike - a été construit pour le Central Pacific Railroad par la Schenectady Locomotive Works en 1868 et portait le numéro de route 60. Après de nombreuses années de travail, il a été mis au rebut.
Depuis lors, plusieurs locomotives similaires ont été habillées pour représenter le Jupiter pour des films, des foires et des expositions. La première date de 1925 pour un film et la dernière date d'il y a à peine un an. Aucun de ces moteurs n'a jamais été nommé Jupiter dans leur vie professionnelle, seulement après qu'ils soient devenus des reliques et des accessoires de cinéma. Des photos de ces moteurs déguisés en Jupiter sont souvent incluses dans des livres de table, ce qui rend les choses confuses.
Une réplique de Jupiter, c'est-à-dire une copie exacte en taille réelle du moteur Golden Spike d'origine, a été construite en 1979 pour le National Park Service et fonctionne chaque année sur le site historique national de Golden Spike à Promontory Summit, dans l'Utah.
Dans les années 1800, "Jupiter" était un nom de locomotive populaire et était utilisé sur de nombreux moteurs. Je peux compter au moins une douzaine d'exemples, et il y en avait sans doute plus. Ils ont couru sur le Philadelphia & Reading, la Caroline du Sud, Boston & Worcester et de nombreux autres chemins de fer. L'un de ces moteurs survit aujourd'hui, à la Smithsonian Institution. Il s'agit d'une locomotive à voie étroite construite par Baldwin Locomotive Works en 1876 pour le chemin de fer de Santa Cruz en Californie. Beaucoup de gens pensent que c'était le moteur Golden Spike, mais en fait c'était juste un autre moteur nommé Jupiter.
— Jim Wilke [email protected]

Jim Wilke donne un bon résumé des différents Jupiters (ci-dessus). Permettez-moi d'ajouter un peu plus.
Le Jupiter Central Pacific original et l'Union Pacific #119, utilisés lors des cérémonies de l'épi d'or le 10 mai 1869, à Promontory, ont depuis longtemps été mis au rebut – entre le tournant du 19e siècle et le 20e. Comme le note Jim, des répliques précises des deux locomotives ont été construites pour le service du parc national à la fin des années 1970 et sont actuellement en service à Promontory.
Au fil des ans, un certain nombre d'autres locomotives ont été peintes pour représenter (plus ou moins) le CP Jupiter et l'UP #119, y compris diverses locomotives Virginia & Truckee 4-4-0 (#11 Reno #12 Genoa #18 Dayton et # 22 Inyo). Reno (comme UP #119) et Gênes (comme CP Jupiter), tous deux opérationnels en 1969, ont été utilisés lors des célébrations du centenaire en mai 1969 à Promontory. Après avoir été rendus à leurs propriétaires, ils ont été remplacés en exposition statique par Dayton (comme UP #119) et Inyo (comme CP Jupiter). À ce jour, Reno appartient à Old Tucson et est utilisé comme accessoire de film, il n'est plus utilisable. Gênes appartient au California State Railroad Museum à Sacramento et a été restaurée dans son aspect historique de V&T. Dayton et Inyo appartiennent au Nevada State Railroad Museum à Carson City et sont également restaurés dans leur aspect historique de V&T. Des quatre, seul l'Inyo est actuellement exploité pour des événements spéciaux occasionnels, bien que le Gênes soit en état de fonctionnement (mais sans licence).
En 1998, V&T 2-4-0 #21 JW Bowker (également détenue par le California State Railroad Museum) a été peint en tant que CP Jupiter pour être utilisé dans le film Wild Wild West, et par la suite en 1999 a visité Folsom où il a été photographié sur le nouvellement reconstruit platine là-bas. Après plusieurs années et plus d'apparitions (y compris au cinéma) en tant que CP Jupiter, il a été repeint pour donner l'apparence historique de V&T en 2005, et reste exposé au musée.
Il y a d'autres locomotives qui sont apparues dans des films et des événements peints comme CP Jupiter et UP #119 au fil des ans. Des photos de divers remplaçants ont été publiées au fil des ans dans des livres, identifiées à tort comme les véritables locomotives originales.
Passons maintenant aux locomotives en Géorgie. Ce sont deux artefacts authentiques de la guerre civile, bien que beaucoup reconstruits par le Western & Atlantic Railroad à partir de l'apparence qu'ils avaient pendant la guerre civile. La locomotive à Kennesaw est la General, la locomotive capturée par des agents du Nord pour tenter de perturber la ligne de chemin de fer. La locomotive du Cyclorama Building à Atlanta est la Texas, la locomotive qui a finalement rattrapé le général. Ce sont des locomotives très historiques à part entière, mais n'avaient rien à voir avec le chemin de fer transcontinental et la conduite de la pointe dorée à Promontory.
— Kyle Wyatt [email protected]>

Ce moteur représenté comme Jupiter est V&T No. 22 INYO

1874 19 déc. Ordre entré sur B.L.W. fiche technique
1875 1er mars INYO complété par Baldwin
2 mars INYO a quitté Philadelphie pour Reno, Nv
22 mars INYO arrive à Reno, Nv
Avr INYO est entré dans le service des revenus

" INYO" a été vendu à paramount Pictures Inc. pour 1 250,00 $, le 13 mars 1937.

Montré dans l'image suivante : V&T. Locomotive n°22 "INYO" à Virginia City, Nevada Passagers Depot. DATE : 1893
PHOTOGRAPHE : James H. Crockwell. IMAGE de la collection Paul Darrell. C.S.R.M Nég n° 18130c/n. Remarques : médaillon monogramme M.Baird & Co. entre les conducteurs du côté pompier installé par le V&T, car INYO n'a pas été remplacé par les médaillons M.Baird & Co. en raison d'un changement de partenariat avec l'entreprise en avril 1873. Diamètre de 28 pouces roues en tôle d'acier fatiguées installées sous les camions d'appel d'offres en 1889. Nouveau schéma de peinture appliqué à INYO peint dans un système ABC sur la route le 2 septembre 1893, même schéma de peinture appliqué à RENO avant le 16 septembre 1891. Enjoliveurs de roue arrière du camion poney manquant côté gauche Pont avant et nez modifiés par le V&T en tant que planches de terrasse ajoutées dans l'espace du réservoir de carburant avec une bâche appliquée dans les années 1880. Notez que les boîtes à outils supérieures avant pour l'appel d'offres ont reculé d'environ 20 pouces. A noter le réservoir d'appel d'offres outshoped avec deux rangées de rivets horizontaux avec un décalage en diagonale.
-->
—Peter Grech [email protected]>

Sommaire: .

Central Pacific et UPRR Train Stereoview

Commentaires reçus :

La voiture de gauche est une voiture-lits Central Pacific Silver Palace, celle-ci étant du type Harlan & Hollingsworth plutôt que du groupe Jackson & Sharp. Les voitures CP Silver Palace des deux constructeurs ont été construites en 1869 (peut-être jusqu'en 1870). (Notez que ce n'est PAS un Pullman.) La voiture sur la droite est une voiture Union Pacific, peut-être un autocar mais je ne suis pas sûr. Il a un toit de moniteur distinctif (avec le pont supérieur sur la claire-voie complètement séparé du pont inférieur du toit). UP a reçu des voitures de ce type de plusieurs constructeurs dans les années 1860, dont Harlan & Hollingsworth et Jackson & Sharp, et peut-être d'autres. (Notez que cette voiture n'est PAS la voiture Lincoln.) Je ne peux pas dire grand-chose sur la locomotive. Je soupçonne que c'est UP, d'après la pile, mais assez rapidement, CP a utilisé des piles similaires dans la région charbonnière comme l'Utah. Je suppose qu'il n'y a qu'une seule locomotive, avec peut-être un wagon plat entre elle et les voitures particulières. Il y a une légère couche de neige sur le sol, suggérant que la photo est à l'est des Sierras - peu probable en Californie et certainement pas à Oakland ou à Alameda. Mon vote extrêmement hésitant est pour Ogden lorsque la jonction a été déplacée de Promontory au début de 1870. D'un autre côté, les voitures CP ont été livrées sur UP, il est donc possible que la voiture CP soit simplement couplée au train UP pour la livraison dans 1869 ou début 1870. Difficile à dire.
—Kyle Williams Wyatt, conservateur de l'histoire et de la technologie, California State Railroad Museum

. avec les arbres en arrière-plan, ce n'est évidemment pas Promontory. La neige pourrait indiquer une cérémonie à, peut-être, Ogden, lorsque la jonction des lignes s'y est déplacée en décembre 1869.
—Bob Spude, historien, gestion des ressources culturelles, service des parcs nationaux, région intermontagneuse

On dirait un champ labouré au premier plan donc ça ne peut pas être trop grand. Ce pourrait être Ogden lorsque l'achèvement de l'Utah Central à Salt Lake a été ouvert. Je pense que c'était à l'hiver 1869-1870. Je ne suis pas sûr qu'il s'agisse de voitures Pullman. Pullman n'a pas construit tous les wagons appartenant à l'un ou l'autre des chemins de fer. Ce que je ne sais pas, c'est comment était écrit le train de l'hôtel. Pullman a fait circuler le train de son hôtel sur le trajet pendant une courte période, mais cela n'explique pas vraiment l'affluence. Je suppose que cela pourrait être l'entrée du CP dans Ogden lorsque UP a changé la ligne de Promontory à Ogden. Je ne peux pas penser à d'autres événements majeurs au cours de cette période. Cela ne doit pas être un événement majeur. Cela pourrait être une excursion comme le Boston Board of Trade. Tout cela se résume au fait que je n'ai pas une bonne idée de pourquoi ni où la chaîne stéréo a été [fabriquée].
—Don D. Snoddy

Ne croyez pas que c'est en Californie, car le seul terrain plat de l'État qui a du blanc dessus est un pays cotonnier, et le CPRR n'a pas construit à travers le coton.
— G.J. Chris Graves

Le train est l'un des deux qui ont voyagé d'Ogden à Salt Lake City pour assister aux cérémonies d'achèvement du chemin de fer central de l'Utah en janvier 1870. Le moteur est l'UC n ° 1 (un Hinkley, identifiable par ses doubles dômes et sommets de dôme polis) suivi d'une voiture à plate-forme spéciale qui transportait le chef morman Brigham Young, divers responsables mormans et UC, des représentants des chemins de fer UP et CP, des officiers de l'armée américaine et un journaliste du New York Herald. Le premier train avait des wagons des chemins de fer CP et UP, décrits par Young comme des "voitures de palais". dernier pic lui-même, par Brigham Young à 14h09 le 10 janvier à Salt Lake City. La locomotive, les voitures, les actions de la foule et la présence de neige au sol, ainsi qu'une grande structure ornée en arrière-plan, témoignent tous de la cérémonie du dernier pic de l'Utah Central à Salt Lake City en janvier 1870.

"Salt Lake City, 10 janvier 1870
À tous les saints du territoire : Nous vous félicitons pour l'achèvement de l'Utah Central. Le dernier rail a été posé aujourd'hui et le dernier crampon enfoncé à 14 h. aujourd'hui. Plusieurs milliers de personnes étaient présentes pour assister aux cérémonies. Deux moteurs et un certain nombre de voitures, dont deux voitures de palais de l'U.P. et C.P.R.R. étaient présents. Belle fête. Pas d'accident. Grand Bal à donner au Theare ce soir. L'amour et la paix vous accompagnent.
Brigham Young"

Peut être pris à la station Reese à 9 miles à l'ouest d'Ogden.
—Lynn B. Stevens

Résumé : cérémonies d'achèvement du RR Central Utah, 10 janvier 1870.

Que pensez-vous d'une bague en or avec une lettre d'accompagnement disant que c'était un cadeau de David Hewes ?

Commentaires reçus :

On dirait que c'est Sparks ou Wadsworth, Nevada. Si l'on devait comparer les montagnes sur la photo avec une scène d'aujourd'hui, ce serait facile à identifier. .
— G.J. Chris Graves

Je suppose que c'est Wadsworth. Si la date est correcte, ce serait trop tôt pour Sparks, mais c'est aussi une possibilité.
— Wendell Huffman

Potentiellement Carlin car c'était un tournant du CPRR avec une grande salle des machines et des hangars à glace.
— Lucas Rose

Je n'ai jamais vu cette photo auparavant, mais il semble bien qu'il s'agisse de la Roundhouse, Shops and Offices de Southern Pacific Railroad 40, en construction vers 1904-05 à Sparks, Nevada. Le bâtiment à droite et au centre de la photo, existe encore aujourd'hui. C'était autrefois le Roundhouse Central Pacific R.R. 21 qui était situé à Wadsworth, Nevada. Lorsque le S.P. a acquis le C.P. ils ont emballé et déplacé la rotonde de Wadsworth 21 stalles avec la majorité des structures de la ville de Wadsworth, plus près de Reno. Des ajouts ont été faits et la nouvelle installation de 40 stalles a été présentée alors comme la plus grande rotonde du monde. La ville nouvellement formée qui a surgi pendant cette période de construction en plein essor a été nommée Harriman, mais a ensuite été officiellement renommée pour le gouverneur du Nevada, John Sparks. (Les informations sur la photo proviennent de M. Dale Darney qui vit dans la région de Reno, Nevada avec l'aimable autorisation de Richard Engels qui possède les négatifs originaux, fournis par son fils, Bryan.)
—Bryan Engels

C'est la maison des moteurs Sparks.
—Stephen Gennerich

Résumé : Sparks, Nevada, v. 1904-1905

Pouvez-vous aider?

Commentaires reçus :

La figure debout à droite semble en effet être Schuyler Colfax, mais la figure assise à gauche n'est certainement pas le gouverneur Leland Stanford. (Voir ci-dessous) La figure debout sur la gauche n'est pas, à mon avis, l'ingénieur en chef du CPRR SS Montague, mais est plutôt Samuel Bowles, rédacteur en chef du Springfield (MA) Republican et auteur des livres "Across the Continent: A Summer's Journey to the Rocky Mountains, the Mormons, and the Pacific States, avec Speaker Colfax" publié pour la première fois en 1865 ainsi que"The Pacific Railroad Open. Comment y aller : ce qu'il faut voir. A Guide for Travel to and Through Western America. » publié en 1869 [et ami d'Emily Dickinson]. Le récit de Bowles sur sa visite à San Francisco se trouve dans la "Lettre XXI" dans "Across the Continent". "À travers le Pacifique" concernant son voyage à travers le chemin de fer nouvellement achevé au printemps 1869 et s'était rendu en Californie avec Colfax, Bowles et l'Illinois le lieutenant-gouverneur William Bross (qui peut être la figure assise à gauche) en 1865 En 1867, Richardson a publié ce qui est probablement son livre le plus célèbre, "Au-delà du Mississippi", auquel il a ajouté de nouveaux éléments sur le chemin de fer dans l'édition de 1869. Le 25 novembre 1869, Richardson est abattu à New York par l'ex-mari de son amant et meurt une semaine plus tard. —Bruce C. Cooper

L'homme assis à gauche n'est certainement pas Leland Stanford et l'homme debout à gauche ne ressemble à aucune des photos de Samuel S. Montague que j'ai vues. Si l'homme debout à droite est en fait Schuyler Colfax, alors je suppose (comme je ne suis pas sûr) que les trois autres hommes sont les trois compagnons de Colfax qui ont fait le voyage de cross-country en diligence à l'été 1865 pour arriver à Sacramento en août de cette année-là. Je soupçonne que l'homme assis à gauche est le lieutenant-gouverneur [William] Bross de l'Illinois, l'homme debout à gauche, Samuel Bowles, éditeur de la Springfield (Mass.) Daily Republican, Schuyler Colfax à droite et l'homme assis à droite en tant que reporter d'Albert Richardson pour le Tribune de New York. Albert Richardson a écrit le livre « Beyond The Mississippi - From The Great River to the Great Ocean & Adventure on the Prairies, Mountains & Pacific Coast », American Pub. Co., 1867 qui décrit le même voyage que celui que raconte Colfax dans sa lettre. Les trois hommes que je mentionne ci-dessus, ainsi que Colfax, étaient des compagnons de voyage et ont ensuite fait un tour de la côte du Pacifique ensemble. La veille de leur retour vers l'est, en août 1865, les quatre hommes étaient les invités de Leland Stanford lors d'un voyage sur le Central Pacific Railroad jusqu'au bout de la voie (près d'Illinoistown). Stanford a honoré son invité en nommant la nouvelle ville aménagée par les Central Pacific Engineers « Colfax » telle qu'elle existe encore à ce jour. La seule personne qui avait un lien avec le CPRR était Schuyler Colfax. Un peu de recherche devrait prouver ou réfuter ma théorie quant à l'identité des hommes sur la photo. Si j'ai raison, je suppose également qu'il s'agit probablement d'une autre photo historique très rare. Il devrait être combiné avec une copie du livre de Richardson. —Ed Strobridge, San Luis Obispo, Californie

Je suis étonné de votre travail de détective. Avec la confirmation maintenant de trois des quatre, je suis sûr qu'une photo ou une gravure de Bross apparaîtra bientôt, d'autant plus qu'il était un homme politique. Je me sens mieux maintenant à propos de ma « supposition éclairée » depuis que toi et Bruce avez fait ces identifications positives. La photographie pourrait bien être unique pour certains de ces hommes et probablement en tant que groupe car elle concernait leur célèbre voyage à travers le pays. Il s'agit sans aucun doute d'une photo historique importante dont la valeur a considérablement augmenté pour M. Gottheim de Be-Hold Inc. Il me semble que la société de M. Gottheim devrait apporter une contribution substantielle à CPRR.org pour sa contribution à l'identification et à la documentation. de la photographie, d'autant plus que son effort est lucrative. Comme vous avez établi un niveau de crédibilité et de professionnalisme avec votre page Web qui est devenu accepté à l'échelle nationale, il me semble qu'il n'y a aucune raison pour que CPRR.org ne profite pas en tant que consultant pour ces organisations professionnelles. Cordialement, —Ed Strobridge, San Luis Obispo, Californie.

C'est époustouflant d'obtenir des identifications aussi détaillées et éclairées. . Merci à tous ceux qui ont généreusement fait ces suggestions !! —Larry Gottheim

. Je ne pense pas que Stanford et Montague soient parmi les hommes sur la photo. Et je n'ai aucune connaissance spécifique à ajouter au commentaire existant sur qui sont exactement les quatre. —Kyle K. Williams Wyatt, historien/conservateur, California State Railroad Museum

Quelqu'un connaît-il un portrait de William Bross, lieutenant-gouverneur de l'Illinois de 1865 à 1869 ?

Trouvé une gravure dans une copie du livre de Samuel Bowles sur le voyage avec des gravures des cinq hommes, qui a confirmé les identifications, dont celle de William Bross.
—Bruce Cooper

Je pense que tu as raison pour cette photo. Le « Colfax Party » était composé de Schuyler Colfax, du lieutenant-gouverneur de l'Illinois William Bruggs (qui agissait également en tant que correspondant du Chicago Tribune), du rédacteur en chef du New York Tribune Albert Deane Richardson et de Springfield, Massachusetts, du rédacteur républicain Samuel Bowles. La photographie, ainsi identifiée, est donc un merveilleux témoignage de la visite du groupe à San Francisco. L'histoire de leur voyage, comme vous l'avez noté, a été bien documentée dans des lettres de journaux, dont certaines ont été rassemblées par la suite dans les livres que vous avez cités par Richardson et Bowles. Soit dit en passant, le livre de Richardson a été publié à Hartford par l'American Publishing Company d'Elisha Bliss et a été à tous égards le modèle du premier livre important de Mark Twain, The Innocents Abroad.
— Richard Bucci

En tant que descendant direct de William Bross (il était mon grand-père GGG), je peux absolument confirmer qu'il est l'homme assis à gauche sur l'image. Nous avons plusieurs photos de lui transmises par la famille. Il n'y a AUCUN doute sur l'identification. . —Scott Drummey

J'ai récemment acquis une photo (immédiatement ci-dessous) de Schuyler Colfax et du lieutenant-gouverneur William Bross de l'Illinois qui a été prise à Salt Lake City en 1865. D'après ma photo, je crois que l'homme assis à gauche est le lieutenant-gouverneur Bross. Son visage semble un peu plus plein que celui que j'ai, mais les yeux et la racine des cheveux sont identiques. Je pense que les quatre individus pourraient être l'équipe qui est venue dans l'Ouest pour enquêter et faire rapport au secrétaire à la Guerre Stanton, accomplissant une instruction originale que Colfax dit que le président Lincoln avait l'intention de faire avant d'être assassiné. —Rodger Huckabee

L'homme assis à gauche est le lieutenant-gouverneur William Bross de l'Illinois. Lui, Colfax et Samuel Bowles ont voyagé aux États-Unis et Bowles a écrit Notre nouvel ouest (1869). Les trois ont leurs photos sur le devant —Tris Carlson

Pouvez-vous aider?


Le lieutenant-gouverneur de l'Illinois William Bross

Samuel Bowles
Schuyler Colfax
Albert D. Richardson

Commentaires reçus :

Je peux identifier le type de locomotive, et quelques-uns des chemins de fer sur lesquels ce type fonctionnait - c'est une Baldwin de style 1872, avec des doubles dômes et des enjoliveurs "à l'ancienne", une belle aussi, avec des emballages en laiton poli, même sur le bac à sable . Au début des années 1870, Baldwin construisit des moteurs à bois de ce type pour plusieurs clients occidentaux : Wisconsin Central, Oregon & California et Northern Pacific. Les Baldwin à double dôme sur les trois chemins de fer étaient équipés de la même quantité de cuivres et tous numérotés à l'adolescence (ce moteur semble être le n ° 14). Des moteurs similaires avec des piles de diamants pour la combustion du charbon ont également été vendus au Kansas Pacific. Le wagon de passagers Abbott, Downing & Co attendant des passagers est similaire à ceux utilisés par la North Western Stage & Express Company au milieu des années 1870 dans la région de Bismark - Black Hills, car les autocars Concord plus lourds étaient inutiles dans la boue. Mon intuition est que c'est le nord du Pacifique, mais cela pourrait facilement être aussi l'Oregon et la Californie ou le Wisconsin Central. Les moteurs NP étaient de couleur vin, les moteurs WC vert foncé, mais les moteurs O&C ne sont pas documentés pour les couleurs. . Le Denver Pacific, qui a heurté Cheyenne, avait également quelques Baldwin à double dôme, bien qu'une photo de l'un d'entre eux, le "Walter Cheeseman", le montre équipé d'une pile de diamants.
—Jim Wilke, Los Angeles, Californie

Que le monde est petit! J'ai vu une vue légèrement différente de cette photo aujourd'hui, dans une boutique de cadeaux à Ravalli, dans le Montana, pendant mes vacances. Le moteur était le n°11 avec le nom sur le côté de la cabine, bien que je ne me souvienne pas de ce que c'était. Je ne pense pas que le nom du chemin de fer était visible sur l'appel d'offres. Cependant, les voitures de tourisme derrière le moteur étaient clairement marquées comme "O & C R R". À ma connaissance, il s'agissait de l'Oregon & California Railroad. La photo teintée montrait le moteur noir avec une chaudière en laiton et des bandes de vapeur, mais je ne sais pas s'il était correctement coloré.
—Rod Peterson, Détroit, Michigan

Je suppose qu'il s'agit de l'Oregon et de la Californie. La locomotive (#11, un Baldwin 4-4-0) classique et la voiture correspondent aux styles d'équipement utilisés par l'O&C, et le dépôt ressemble à ceux que j'ai vus dans O&C photos. Je dirais que la date est du début des années 1870. La locomotive est probablement de couleur vin, avec une veste de chaudière en fer russe.
— Kyle Williams Wyatt Conservateur de l'histoire et de la technologie California State Railroad Museum

. L'identifiant de l'Oregon et de la Californie pour l'image supposée de la "station Cheyenne" est solide, tout comme la note de Kyle selon laquelle le moteur est probablement rouge vin, qui était la couleur de Baldwin en 1872. Il y a quelque temps, j'ai trouvé une photo de cette station ou d'une station presque identique sur l'O&C ( ou ses filiales) .
—Jim Wilke

Cela ressemble à l'UP Hotel / Depot à Abilene, au Kansas, mais des recherches supplémentaires seraient nécessaires pour vérifier. Si c'est le cas, la structure a été construite pour la branche "Kansas Pacific" de l'UP à la fin des années 1860 ou au début des années 70. Il y a une photo dans la collection Joseph Stimpson au Wyoming State Cultural Center/Archives à Cheyenne qui a été prise au tournant du siècle dernier. Cette photo se compare favorablement à celle sur votre site Web. Ce n'est pas exact, mais très proche. Comme vous le savez, certaines de ces anciennes structures ont été modifiées/ajoutées, etc., et la dernière photo me semble être ce qui est arrivé à l'"original" sur votre site Web.
—Sal Occhipinti, membre de l'Union Pacific Historical Society, Kansas City, MO

J'ai récemment redécouvert l'identité de la station mystère - la station Oregon & California et la maison à manger à Albany, Oregon. Trois images de la station, correspondant exactement aux détails structurels de la photo ci-dessus, ont été publiées à la page 27 dans Edwin D Culp's livre, Stations West, l'histoire des chemins de fer de l'Oregon (Bonanza Books, 1972). La structure a été construite vers 1872 et, en 1905, elle affichait un grand panneau "Overland Ticket Office, Southern Pacific Company Shasta Route" sur le toit. Je crois que l'O&C a également utilisé cette structure comme hôtel. pendant la période où la fin de la voie O&C était à Albany.
—Paul Hammond

Résumé: gare ferroviaire de l'Oregon et de la Californie et maison de restauration à Albany, Oregon - Pas UPRR Cheyenne, Wyoming.

Pouvez-vous aider?

Sommaire:

Les photos numéro 3 et lettre c sont de Comstock, Virginia City, Nevada. L'hôtel sur cette photo a été incendié à la fin des années 1800. Ces images sont très rares. —MdManOz1@aol.com

Un groupe de points de vue intrigant. J'ai choisi la scène de rue comme Virginia City, NV avant même de regarder les détails de l'agrandissement ou les opinions des autres en raison de la silhouette distinctive de Mt.Davidson en arrière-plan, la scène du puits de mine suggère un lien encore plus fort avec le thème du groupe d'images. . Cela dit, je me demande si l'entraîneur de la vue n ° 1 n'est peut-être pas – et c'est une opinion à long terme basée sur l'instinct, pas sur une comparaison – l'ancien directeur de voiture du CPRR dans son rôle ultérieur d'entraîneur V&TRR n ° 17 ? Que ce soit ou non, je suis très intrigué par un certain nombre de détails que nous voyons ici : la voiture n'a pas de toile de plafond peinte (ou "headliner"), elle a plutôt des planches peintes (languette et rainure ?) sur le pont et la claire-voie. Il est très certainement équipé principalement comme un autocar dans ces racks à paniers métalliques (ou "colis") qui courent le long de la voiture. Au-dessus du visage de l'homme le plus proche du spectateur, côté gauche, se trouve ce qui semble être un trou d'aération de poêle sans conduit de fumée connecté. Aucune berline n'est visible à l'extrémité de la voiture de part et d'autre de la porte d'extrémité. Curieusement, aucune lampe n'est visible - aucune dans la claire-voie ni sur le panneau mural comme on pourrait s'y attendre. La ou les tables installées dans l'allée comme bureau et au-dessus des dossiers des sièges du côté gauche suggèrent que la voiture sert de voiture de bureau, même si ce n'est que temporairement. Ce qui me fait encore plus me demander qui pourrait être ce groupe d'hommes ? Inspecteurs du Département des Mines des États-Unis ? S'il s'agit d'un autocar Virginia & Truckee (et il ne ressemble à aucun autre intérieur d'autocar V&T, qui sont tous distinctifs et facilement documentés) ou même une voiture de visite, je ne peux penser à aucun autre groupe lié au gouvernement fédéral qui aurait besoin de visiter le Comstock. —Kevin V. Bunker, Portland, OR

Kevin Bunker fait un bon point sur la vue intérieure de l'autocar. L'autocar Virginia & Truckee n°17 ​​a été convertie de la voiture privée V&T n°25 en 1878. La voiture privée V&T n°25 était à l'origine la voiture privée du Pacifique central qui allait à Promontory en 1869 pour la cérémonie du Golden Spike, transportant Leland Stanford. La voiture survit aujourd'hui au Nevada State Railroad Museum à Carson City. La voiture CP avait à l'origine des ouvertures d'aération sur les côtés dans le panneau à lettres (à l'extérieur), en plus d'une ventilation dans la claire-voie. Cela semble se voir sur la photo. La voiture V&T a aujourd'hui les évents du panneau à lettres depuis longtemps « retirés, mais les décorations intérieures (moulures en bois) marquent les emplacements. Cela dit, il y a certains détails qui peuvent ne pas être cohérents avec la voiture V&T. J'aimerais avoir un meilleur JPEG que je pourrais agrandir pour vérifier les détails. —Kyle K. Williams Wyatt, conservateur de l'histoire et de la technologie, California State Railroad Museum

Kyle soulève d'excellents points. Je n'avais pas remarqué que le V&T 17 avait finalement obtenu des revêtements de plafond ou des garnitures de toit peints, avec des conceptions basées sur celles utilisées dans ses autres autocars et autocars combinés achetés neufs. Les cadres de siège visibles ici ne me semblent pas du même type que ceux que l'on retrouve dans la voiture des années plus tard. S'il s'agit bien de la voiture d'affaires V&T 25 ou de l'autocar 17 dans sa forme la plus ancienne, ce serait un trésor assez rare car il existe si peu de photos de la voiture à la fin des années 1860 et à l'apparition du V&T au tout début des années 1870. —Kevin Bunker

. La photo de l'intérieur de l'autocar dans la région de Virginia City, Nevada est, d'après ce que j'ai lu, très probable ne pas votre entraîneur commun, comme vous l'avez indiqué. Il s'agit très probablement d'une voiture de fonction, à en juger par la présence de la table d'accueil à laquelle sont assis les messieurs. À mon avis, le fait qu'il s'agisse de V&T Coach 17 n'est pas probable, car le haut des fenêtres du V&T #17 est arqué, pas plat, comme on peut le constater à partir de l'extrémité de la voiture à l'arrière de la photo, ainsi que certains des les dessus des fenêtres visibles le long des côtés. En bref, mon opinion est qu'il s'agit d'une Central Pacific Business Car, quoique quelque peu spartiate dans ses nominations. —Morgan J. Gayvert, co-auteur de Trois pieds sur la poignée de manche, l'histoire du Waynesburg & Washington Railroad.

L'image 4 pourrait-elle être d'Eureka, Nevada? L'image 5 est le fond d'un four à chemise d'eau utilisé dans la fusion du plomb. Deux pots de scories se trouvent à sa base. Il s'agit probablement d'ouvriers de fonderie prêts à évacuer les scories vers la décharge. Je ne pense pas que ce soit l'une des grandes fonderies d'Eureka, probablement l'une des plus petites usines à four unique. Eureka était le premier centre de fusion de l'Ouest dans les années 1870. —Bob Spude, historien, gestion des ressources culturelles, service des parcs nationaux.

La scène avec les bâtiments a attiré ma curiosité. Celui-ci, dans mon esprit, est sans aucun doute le centre-ville de Virigina City, C Street pour être exact. Le mont Davidson est à l'arrière-plan, l'International Hotel est dans sa deuxième configuration, je crois que c'est celle qui a été déplacée à Austin, avant la construction de la structure finale à plusieurs étages (qui a brûlé). Mon raisonnement est la ressemblance de la structure avec les images que j'en ai vues et le fait que le bâtiment à balustrade blanche sur le côté droit de la photo en arrière-plan est au bon endroit et a les bonnes lignes pour être le puits -Fargo Express Office qui a brûlé plus tard (années 1930 ?). Il y a une belle image du bureau de Wells Fargo en feu dans un livre (je crois que c'est Silver Short Line-DeMorrow, mais j'ai un certain nombre de livres VC). En tout cas, les bâtiments sont correctement situés et les deux sont dans une configuration très similaire à d'autres photos en angle de l'époque. Steven Bechtold, Californie, [email protected]

Commentaires reçus :

Résumé : Ni Huntington ni Hopkins !

Ma première impression est que CPH, MH, Elizabeth H et MFH ne sont pas sur cette photo. [Hopkins est mort en 1878. Dans la période 1870-1878, Huntington était plus lourd et avait une barbe plus longue, et Hopkins paraissait plus jeune (ayant la cinquantaine). Elizabeth ne ressemble en rien aux photographies connues d'elle. Il n'y a aucune base pour croire que l'un des individus est correctement identifié.] —Norman Tutorow [biographe de Leland Stanford et membre de la Hoover Institution, Université de Stanford]

Qui qu'ils soient, ils ne sont pas Huntington ni Hopkins. Les fleurs derrière la tente sont des coquelicots Matilija, originaires de San Jacinto et de la région de Hemet. Le chemin de fer de Santa Fe dessert cette zone, et la gare construite par le Santa Fe dans les années 1880 est toujours debout. Ces gens sont ne pas liés à la CPRR.
— G J Graves, NewCastle, AltaCal.

Cette image date d'environ 1896, car les femmes portent des manches bouffantes, qui étaient partout dans les années 1890 mais nulle part dans les années 1870 ou 80. Peut-être une exploration du mont Lowe ou quelque chose du genre.
— Jim Wilke, Los Angeles, Californie.

Je suis vraiment en désaccord avec celui qui a déclaré que cette photo a été prise dans les années 1870. Il date presque certainement des années 1890, très probablement entre 1894-1896. Je me base sur la tenue vestimentaire des femmes. Les manches sont un cadeau mort, et la tenue chemisier-cravate-jupe est particulièrement caractéristique des années 90. Je suis costumière et j'ai passé pas mal de temps à étudier les vêtements historiques, donc j'en suis assez certaine. Je joins deux photographies à l'appui. Vous pouvez comparer les styles de manches et la forme des jupes (coniques plutôt que balayées dans le dos) Si certaines des personnes identifiées sont décédées avant 1890, alors je dirais qu'il s'est trompé de personnes. Désolé, mais il est tout simplement impossible que cela ait été pris en 1870.
—Sandra Olsen

Le terrain est [définitivement] des collines Hemet/San Jacinto et ce ne sont pas des coquelicots Matilija en arrière-plan. Ils campent très probablement près des sources chaudes de Gilman et de Soboba, ce qui les placerait très près de San Jacinto. Les rocailles et la pente en pente de la base sont un signe de mort pour tous ceux qui ont grandi dans cette région bien avant que les développeurs et la politique ne détruisent la région. Je suis d'accord que les images datent au moins du milieu des années 1890. J'ai des photos d'une femme de Hemet portant des tenues du même style datant de 1910.
&#[email protected]

années 1870

Robes historiques pour dames
années 1890

JE . aimé ce que la dame avait à dire concernant les vêtements sur la photo de groupe avec la tente. En fait, les dames ont des manches "gigot", un type de manche en gigot de mouton fait d'une seule pièce et cousu sur un côté si cela donne ce look bouffant et froissé décrit comme élégant en 1894-96. Les manches bouffantes n'étaient pas portées avant 1890, et les plus grandes seulement après 1893-94. Les vêtements sont très utiles pour les images de rencontres. La plupart des images de femmes à la mode peuvent être datées par leurs vêtements de cinq à trois ans, tandis que les vêtements pour hommes peuvent être datés de moins de dix ans (apparemment, nous ne nous précipitons pas aussi souvent pour de nouveaux ratés, ou avons besoin de la dernière chose). Des changements stylistiques peuvent même être observés dans les images de femmes et d'hommes de la classe ouvrière que les premiers se sont approprié une version simplifiée de la mode actuelle, tandis que les derniers achetaient généralement leurs vêtements dans le commerce. Un excellent exemple de prêt-à-porter de la classe ouvrière - principalement des costumes, des chemises, des bottes, etc. La plupart des vêtements ont été identifiés à St Louis et dans des usines régionales similaires. Les photos des travailleurs de la construction d'UP incluent souvent un type particulier de chemise en laine qui suggère une seule usine de l'Est ou du Midwest comme source, via des importateurs et des marchands, probablement dans les villes temporaires qui ont suivi les trains de construction.
—Jim Wilke

Commentaires reçus :

Résumé : Probablement Evans occidental qui a fait don de la cravate de laurier, ou peut-être David Hewes qui a fait don des pointes d'or.

Cela ne ressemble pas beaucoup à Stanford pour moi, et je serais étonné qu'il accepte de poser pour ce genre de photo. Je ne suis pas non plus au courant que Bradley & Rulofson fasse autre chose que du travail en studio, ce qui semble clairement être. Bradley & Rulofson a fait le portrait de Lewis Metzler Clement. Je me demande si ce n'est peut-être pas David Hewes, l'homme qui a fait don des pointes. —Bruce C. Cooper

La Laurel Last Tie a été détruite lors du tremblement de terre et de l'incendie de San Francisco en 1909, elle est donc revenue à San Francisco où elle a été fabriquée. Si le photographe était Muybridge (la firme Bradley & Rulofson était l'éditeur de Muybridge), cela indiquerait que cette photographie n'a pas été prise à Promontory puisque Muybridge n'était pas là le 10 mai 1869. Cette photographie aurait pu être prise à San Francico juste après la fabrication de la cravate de laurier et avant la cérémonie de jonction des rails à Promontory Summit, Utah. —Anon.

Le visage de l'homme au CDV ne ressemble en rien à Leland Stanford, tout va mal, front, yeux, bouche surtout. . Tout d'abord, les photographes Bradley & Rulofson de San Francisco, qui sont crédités de la photo, n'ont jamais été signalés au Sommet du Promontoire lors de la cérémonie de 1869 - uniquement Russell, Hart, Savage et Sedgewick. . Je propose que le sujet soit West Evans de San Francisco, qui a présenté la cravate au CP (en les remerciant pour ses contrats de cravate lucratifs). C'est peut-être aussi David Hewes, présentateur de la pointe d'or, qui a ensuite commencé à prétendre (fraudulement) que c'était lui qui avait fait don de la cravate de laurier au chemin de fer. Hewes a donné des morceaux de bois de laurier, richement gravés, à des amis, disant qu'ils avaient été façonnés à partir du laurier à partir duquel avait été coupé la dernière cravate. Ceci, bien sûr, est certainement possible. —David Haward Bain

Ce n'est pas Leland Stanford. . —Norman E. Tutorow, biographe de Leland Stanford

Je ne crois pas que ce soit Stanford, mais je suis incapable de faire une meilleure suggestion. Stanford apparaît dans certaines des autres vues du promontoire. Peut-être David Hewes? Pour autant que je sache, il n'y avait qu'une seule assiette dans la cravate de laurier, et d'après la photo, cela semblerait être le cas. . la photo est remarquable. Il y a très peu d'images de la cravate de laurier. —Don D. Snoddy, UPRR

Je ne peux que spéculer sur les questions posées sur la base de ce que l'on sait de la "Cravate Laurel". L'homme sur la photo n'est certainement pas Leland Stanford et je suppose qu'il pourrait bien s'agir de "West Evans" qui était l'entrepreneur de traverses pour le Central Pacific et qui a fait fabriquer la traverse et la présenter aux officiers du Central Pacific Railroad. Il semble que la photo ait été prise à l'intérieur d'un bâtiment peut-être chez les fabricants, Strahle & Hughes, fabricants de tables de billard à San Francisco. Il est facile de conclure que Evans occidental a peut-être voulu une photo de lui et de sa cravate comme souvenir personnel, mais cette possibilité n'est qu'une spéculation de ma part. Si une photo de West Evans pouvait être comparée à cette photo, les possibilités mentionnées ci-dessus pourraient être prouvées, d'une manière ou d'une autre. La cravate Laurel était exposée à San Francisco et à Sacramento avant de prendre le train spécial Stanford pour Promontory et il semble raisonnable de conclure que la photographie a été prise à San Francisco avec un photographe local plutôt qu'à Sacramento. JN. Bowman dans son traité Driving the Last Spike At Promontory, 10 mai 1869 et publié dans le California Historical Society Quarterly June 1957 p.103 décrit la cravate comme étant « d'environ 7 1/2 pieds de longueur et 8 x 6 pouces de largeur, et avait une plaque d'argent de 8 x 6 sur le dessus et au centre, la plaque portait l'inscription : « La dernière cravate posée lors de l'achèvement du chemin de fer du Pacifique, mai 1869 », avec une liste des dirigeants et des administrateurs, ainsi que les noms du fabricant et du donateur, et était sans bandes d'argent aux extrémités (comme l'a déclaré un journaliste)". Compte tenu de la longueur du bras de l'homme et du fait que le centre de la plaque apparaît à environ 42" de l'extrémité de la cravate ou au centre des cravates, cela semble correspondre à la description de Bowman de la plaque d'argent. La "plaque" centrale? ne correspond pas semblent être attachés à l'assiette mais reposant sur la "Palette" et appuyés contre la cravate. L'article de droite n'apparaît pas comme c'était une assiette mais plutôt un morceau de papier ou de carton près de la toute fin de la cravate. Je soupçonne que cette photographie a été prise en privé et est assez rare, n'ayant jamais été distribuée sous forme de stéréogramme. —Ed Strobridge

. Ma supposition serait West Evans, qui a fourni la cravate, bien que ce ne soit qu'une supposition. Je n'ai jamais vu de photo de West Evans, donc je ne peux pas comparer. Je serais surpris que ce soit Stanford, même si je suppose que c'est possible. —Kyle K. Williams Wyatt, historien/conservateur, California State Railroad Museum

J'ai lu votre site avec intérêt. J'adore les chemins de fer transcontinentaux, j'habite à Colfax (à seulement un mile de la route), je travaille à Sacramento, donc je visite souvent le musée du chemin de fer. Je regardais votre page photo inconnue et mon œil a été attiré par la photo de l'homme posant avec la dernière cravate. J'ai lu tous les commentaires 6 sur 6 "certainement pas Leland Stanford!" et la plupart d'entre eux étaient des personnes bien informées extrêmement crédibles. Honnêtement, ma connaissance de Leland Stanford est minime. Mais je crois que j'ai un assez bon œil. Je n'arrivais pas à comprendre à quel point les gens étaient convaincus que ce n'était pas Stanford. Il me semble assez proche. J'avais l'habitude de travailler pour Pinkerton Security en tant qu'administrateur informatique et pendant que j'y étais, j'ai eu accès aux archives de Pinkerton. Je suis devenu assez bon pour faire correspondre les visages des gens à partir de photos alors que nous essayions de comprendre qui était qui sur les anciennes photos. Une chose que j'ai apprise, c'est qu'avec le temps, les gens font face à des changements. Le nez grossit, les joues grossissent ou s'enfoncent. Les sourcils poussent, changent de forme, la barbe et la moustache aussi. il y a 3 constantes principales. distance entre les yeux. distance de la ligne de la bouche à la ligne des yeux. et Oreilles, les lobes des oreilles peuvent se développer mais la forme de l'oreille ne change pas. et ces caractéristiques sont à peu près uniques d'une personne à l'autre. De cette expérience, je vais me jeter sur un membre et dire que c'est définitivement une photo de Leland Stanford. Pour illustrer mon propos, je joins un Gif animé. . Nous n'avions aucune statistique pour nous appuyer. Ce que nous essayions en fait de faire, c'était de comparer des photos de corps avec des affiches recherchées. Nous comparions également des photos d'un «imposteur» de Butch Cassidy à quelques vraies photos de Butch. c'est assez évident quand ils ne correspondent pas. Les oreilles ne peuvent pas changer. J'ai un logiciel Photoshop qui me permet de manipuler les photos pour comparer les caractéristiques en les superposant les unes aux autres. —Matthew Sparks

J'ai fait des recherches approfondies pour un ami sur le concepteur et le fabricant d'un c. table de billard Jacob Strahle (Straalee) . Strahle, un immigrant allemand, a vécu à San Francisco au milieu des années 1800 et au début des années 1900. La table de billard est en bois de laurier (arbre indigène du comté de Marin, juste au nord de San Francisco).
Au cours de mes récentes recherches à la bibliothèque du Mechanics Institute, il a été vérifié que Strahle avait été chargé par Evans de fabriquer la traverse de chemin de fer pour l'enfoncement de la pointe dorée. La traverse de chemin de fer commémorative a été fabriquée par Jacob Strahle, également en bois de laurier aiguisé à la main par Strahle. Strahle était connu pour ses compétences en fabrication de meubles et avait de nombreux articles exposés lors des salons professionnels annuels du San Francisco Mechanic Institute à la fin des années 1800. La traverse a ensuite été retirée de la voie principale et stockée dans l'entrepôt de meubles de Strahles à San Francisco, mais lors du grand tremblement de terre de San Francisco, elle a été détruite par un incendie. J'ai vu une image de très mauvaise qualité qui prétend être celle d'une unité de la garde nationale à San Francisco qui identifie l'un des hommes de la garde comme Strahle. Comparé à ta photo, l'homme ressemble beaucoup à celui de Jacob Strahle. — Alfredo Gillespie

Je pense que je peux faire la lumière sur cette image. Je viens tout juste d'acquérir un original de ce même cdv. Le mien est en meilleur état et les mots se lisent partiellement sur les plaques d'argent. L'homme est clairement identifié [dans le manuscrit] au verso comme étant Stanford. L'image a été prise dans le studio leader du jour à SF. Celle de Bradley & Rulofson. Il n'y a aucune raison de croire que Muybridge aurait pris le portrait. C'est cependant une image photojournalistique inhabituelle prise, je crois, de Stanford sur le point de partir pour l'Utah avec son trophée. Quelqu'un dans l'écriture au crayon d'époque a écrit au verso, "Laying last tie of the Cen. Ry du Pacifique. Le sénateur Stanford conduisant le dernier crampon. » Je considère cette image comme une pièce importante du puzzle en ce qui concerne la documentation photographique de cet événement historique. Et puisque la cravate d'origine n'est plus, quel grand document de l'artefact lui-même. Le marqueur sur la gauche est la plaque de dédicace en argent. Les deux autres sont des marqueurs temporaires en carton. Le premier lit " Le dernier lien sur la Great Central Pacific Rail Road". L'autre lit "Fabriqué par Strahle & Hughes, Market St." Vous pouvez réellement distinguer les détails de la plaque d'argent. Vous pouvez voir les signatures en fac-similé et comment elles sont disposées. En vérité, il est difficile de dire à 100% que c'est Stanford. L'inscription semble être contemporaine, mais qui sait si cette personne a bien compris. —John McWilliams, Three Rivers, Californie

Article de presse du Héraut de San Francisco réimprimé dans le HebdomadaireArizona Miner (Prescott) du 22 mai 1869, qui donne l'heure à laquelle la photo a été prise, "heures et demie de l'après-midi." —Bob Spude, National Park Service


13/03/20 Reportage - Épave de Green Cabin : Épave du San Martin. Médaillon religieux de Saint-Jacques.

Écrit par le TreasureGuide pour l'usage exclusif de Treasurebeachesreport.blogspot.com.

Soit dit en passant, si vous ne l'avez jamais vu, le complexe Vero Disney a, ou avait, une exposition d'artefacts sur les épaves. S'il est toujours là, vous pourrez peut-être le voir si vous faites des réservations pour le dîner. Tous les objets exposés ne provenaient pas de l'épave de la Green Cabin. Il y avait, par exemple, un boulet de canon et des pièces de monnaie de l'épave de Jupiter.

Voici un site web qui donne un bref aperçu de l'épave de Green Cabin.

Pour une description plus détaillée et historiquement précise de l'épave de Green Cabin, voir L'épave de 1618 du San Martín, Almiranta de Honduras, par Dave Horner, édité par Cori Sedwick Downing.

Concernant les pièces de monnaie de l'épave du Green Cabin, voici un paragraphe de l'article de Sedwick.

Au total, plus de 3000 pièces d'argent et de nombreux artefacts ont été récupérés. La bague en or était le seul objet en or trouvé. C'était probablement sur le doigt d'un de ceux qui ont péri dans la tempête plus de 300 ans auparavant. Toutes les pièces étaient du règne de Philippe II (1556-1598) et Philippe III (1598-1621). La plupart des pièces étaient fortement oxydées, piquées ou usées par l'action abrasive du sable et de nombreuses années au fond de la mer. D'autres pièces étaient facilement reconnaissables en tant que pièces de monnaie, et un nombre surprenant d'entre elles conservaient encore leur conception d'origine. Quelques-uns des principaux spécimens ont conservé leurs dates, dates partielles et/ou marques d'atelier.

---

Une correction - hier, j'ai donné une plage de dates supérieure pour une ou deux des anciennes pièces comme 1516. Bien que cela soit correct pour les pièces Juana et Carlos, mais pour les pièces Carlos I, la plage de dates supérieure serait 1556.

J'ai également remarqué une pièce de style Lima à piliers couronnés similaire à la pièce unique trouée de JamminJack répertoriée dans Monedas Espanolas desede Juana Y Carlos a Isabel II : 1504 a 1868 comme pièce Fillip II (type 322, page 100). Cela me semblait déplacé, mais je suis sûr que les auteurs de cette référence avaient des raisons de la mettre là où ils l'ont fait, même si toutes les autres pièces de monnaie Fillip II sont très différentes.

Laura Strolia, auteur de La Marigalera de la flotte de 1715 et historien de la période coloniale espagnole avec un intérêt particulier pour l'histoire religieuse, a fait quelques commentaires sur le médaillon religieux que j'ai posté hier. Ci-dessous, ce qu'elle a dit.


Botticelli, Portrait d'un homme avec une médaille de Cosimo il Vecchio de' Medici

En parcourant un musée, je suis sûr que nous avons tous éprouvé le fort désir de toucher une œuvre d'art (nous savons que nous ne devrions pas, mais je pense que nous pouvons admettre que nous l'avons tous voulu). Eh bien, celui de Sandro Botticelli Portrait d'un homme avec une médaille de Cosimo il Vecchio de' Medici était fabriqué pour inciter au toucher, ou du moins pour faire réfléchir les téléspectateurs sur le toucher et l'expérience physique.

Voir Botticelli Portrait d'homme reproduit en ligne, dans les pages d'un livre, ou même en passant devant dans la Galleria degli Uffizi de Florence, où il est protégé par une couche de verre, les spectateurs modernes peuvent manquer un aspect clé de la peinture. Cependant, le spectateur typique du XVe siècle de ce portrait aurait probablement pu toucher l'objet lui-même, et à tout le moins pourrait facilement tirer de mémoire l'expérience de la manipulation d'un objet un peu comme le médaillon tenu par le portraitiste, comme portrait les médaillons étaient fréquemment dispersés et rassemblés parmi les classes supérieures.

Sandro Botticelli, détail de Portrait d'un homme avec une médaille de Cosimo il Vecchio de' Medici, ch. 1474, tempera sur panneau, 57,5 ​​x 44 cm (Galerie degli Uffizi, Florence photo : dvdbramhall, CC BY-NC-ND 2.0 )

En y regardant de plus près, vous remarquerez qu'il ne s'agit pas d'un portrait en deux dimensions, mais d'une œuvre multimédia. Le modèle est en effet peint de manière assez naturaliste, il a donc l'air en trois dimensions, comme s'il pouvait potentiellement exister dans notre monde. Le médaillon qu'il tient, cependant, est en fait tridimensionnel . Ce portrait, comme de nombreux tableaux de l'Italie du XVe siècle, est peint à la détrempe sur un panneau de bois. Dans ce cas, un trou a été découpé dans le panneau, là où le modèle semble tenir le médaillon, et une copie d'un vrai médaillon de portrait a été insérée dans cet espace.

Ce pseudo-médaillon n'est pas en fait en métal, comme l'est un vrai médaillon, mais il est plutôt construit en pastiglia , une pâte ou un plâtre, réalisé avec du gesso et construit en bas relief. Dans ce portrait, le pastiglia médaillon a également été doré, ou recouvert d'une fine couche de feuille d'or, pour imiter l'apparence d'un médaillon en bronze doré. Parce que l'image et le texte sur ce pseudo-médaillon imitent exactement l'orientation du portrait de Cosimo sur de vrais médaillons de cette période, il est possible que Botticelli ait utilisé l'impression d'un médaillon existant pour fabriquer un moule, ou ait eu accès à un moule utilisé pour créer de tels médaillons.

Cosme de Médicis, ch. 1480-1500, médaille de bronze, réalisée à Florence (© Victoria and Albert Museum, Londres)

Qui est cet homme?

Eh bien, nous ne savons pas, malgré de nombreuses spéculations savantes au fil des ans. On peut discerner qu'il a certainement l'intention de s'associer à l'une des familles les plus puissantes d'Italie à cette époque, les Médicis. Il le fait en tenant un grand copie d'un médaillon de portrait réel et existant - un objet qui aurait été fabriqué en multiples, circulé, échangé et collecté par des humanistes et des membres de la classe supérieure de la société de la Renaissance.

Le jeune homme du portrait de Botticelli regarde directement le spectateur et semble fier de son lien avec l'objet qu'il tient. Il affiche le grand médaillon juste au-dessus de son cœur, un organe associé à la création de souvenirs durables et au stockage des impressions sensorielles. Le modèle est habillé en humaniste, un savant membre de la société florentine.

À gauche : Cosme de Médicis, v. 1480-1500, médaille de bronze, réalisée à Florence (© Victoria and Albert Museum, Londres) à droite : Trajan Denarius, Roman Dacia, 107 C.E. (Photo Collection Roman Numismatics : avec l'aimable autorisation de James Grout/Encyclopedia Romana)

Le médaillon, en tant que copie d'un objet réel, montre la vue de profil de Cosimo il Vecchio (l'Ancien), avec un texte latin se cambrant au-dessus de son portrait. Le texte fait référence à Cosimo il Vecchio comme pater patriae , ou "Père de la Patrie". Cette phrase indiquait le pouvoir politique des Médicis, qui a commencé du vivant de Cosimo. Le format du pseudo-médaillon est tiré de pièces de monnaie et de médailles de l'antiquité grecque et romaine, associant ainsi efficacement Cosimo à de grands souverains d'un passé savant, un passé que les humanistes de la Renaissance espéraient imiter.

Qui étaient les Médicis ?

Pourquoi quelqu'un dans l'Italie de la Renaissance voudrait-il être associé à la famille Médicis ? Et pourquoi Cosimo il Vecchio, en particulier ? Les Médicis étaient la famille la plus puissante de Florence et sont restés l'une des familles les plus influentes d'Italie - et plus largement de l'Europe occidentale - tout au long de la Renaissance. Même si Cosimo il Vecchio était décédé au moment de ce portrait, on se souvenait de lui comme le «père» de facto de la riche famille bancaire, marchande et politique. À partir de Cosme et de son règne politique, les Médicis ont contribué à faire de Florence le berceau et le berceau de la Renaissance italienne, car ils étaient chargés de soutenir financièrement de nombreuses avancées dans les arts et les sciences humaines. En 1475, lorsque ce portrait a été peint, les petits-fils de Cosimo, Lorenzo et Giuliano, étaient co-dirigeants de Florence. Quelques années plus tard, en 1478, Giuliano fut tué dans la cathédrale florentine de Santa Maria del Fiore (la Duomo ) lors du complot d'assassinat connu sous le nom de Conspiration Pazzi. À cette époque, Lorenzo il Magnifico (le Magnifique) de Médicis devient chef de famille et les Médicis règnent à Florence.

Lorenzo, en particulier, s'est entouré et a rempli sa cour d'artistes, d'architectes, d'écrivains et d'autres savants humanistes. Sandro Botticelli était l'un d'entre eux, considéré assez favorablement par Lorenzo et a reçu de nombreuses commandes pendant son temps en tant que peintre de cour pour les Médicis. Ce portrait a ainsi été créé au cours de l'un des grands sommets de la puissance et de l'influence des Médicis à la Renaissance. En quelques décennies, en effet, deux membres de la famille deviendront papes : le pape Léon X (Giovanni di Lorenzo de’ Medici) et le pape Clément VII (Giulio di Giuliano de’ Medici). En bref, si l'on avait la possibilité de revendiquer un lien même tangentiel avec la famille Médicis, il serait logique de documenter ce lien pour l'éternité dans une œuvre d'art, telle que notre Homme avec une médaille .

Sandro Botticelli, Adoration des mages, ch. 1475-1476, tempera sur panneau, 111 x 134 cm (Galerie degli Uffizi, Florence). Un autoportrait de Botticelli apparaît à l'extrême droite, c'est l'homme qui regarde les téléspectateurs et vêtu de robes dorées.

Botticelli, les Médicis et le portrait de la Renaissance

Et, encore une fois, Botticelli a pu revendiquer lui-même une telle connexion. En fait, l'artiste inclut son autoportrait dans une image du Adoration des mages , également peint vers 1475. Les Médicis étaient connus pour s'associer fréquemment aux trois rois comme un moyen de montrer leur fidélité à la foi chrétienne et leur volonté de donner également des choses chères au Christ (réalisé à la Renaissance par le biais de commandes religieuses œuvres d'art et d'architecture). En tant que tel, de nombreux portraits reconnaissables de membres de la famille Médicis peuvent être trouvés dans le Adoration des mages . Botticelli commémore perpétuellement son lien avec cette puissante famille en ajoutant son propre portrait au groupe.

Sandro Botticelli, La naissance de Vénus, 1483-85, tempera sur panneau, 68 x 109 5/8″ (172,5 x 278,5 cm) (Galerie degli Uffizi, Florence photo : Steven Zucker, CC BY-NC-SA 2.0 )

Les œuvres les plus connues de Botticelli sont des scènes religieuses et mythologiques, comme son Naissance de Vénus , qui se trouve également dans la Galerie des Offices. Cependant, Botticelli était également largement célébré pour ses capacités techniques dans le genre du portrait. Dans le dernier quart du XVe siècle, les artistes ne cessent de travailler à la réalisation de portraits toujours plus communicatifs et naturalistes.

Deux exemples de portraits de la Renaissance nordique. A gauche : Jan Van Eyck, Le portrait d'Arnolfini, 1434, tempera et huile sur panneau de chêne, 82,2 x 60 cm (National Gallery, Londres photo : Steven Zucker, CC BY-NC-SA 2.0 ) à droite : Petrus Christus, Portrait d'un Chartreux, 1446 (Metropolitan Museum of Art, New York photo : Steven Zucker, CC BY-NC-SA 2.0 )

S'éloignant du format de profil strict d'inspiration classique et se tournant vers une torsion de trois quarts du corps inspirée du portrait flamand, des artistes comme Botticelli, Léonard de Vinci et Antonello da Messina ont révolutionné tout le genre du portrait.

Léonard de Vinci, Portrait de Lisa Gherardini (La Joconde), ch. 1503–05, huile sur panneau, 30-1/4″ x 21″ (Musée du Louvre)

Des peintres des régions au nord des Alpes ont créé des portraits qui se sont tournés vers leurs spectateurs et semblaient établir un contact visuel, inspirant finalement les artistes italiens, déjà fortement investis dans le naturalisme, à faire de même. De plus, les portraits de Léonard de Vinci, ainsi que de nombreux de Botticelli, ont également commencé à incorporer davantage le corps (considérez, par exemple, comment un spectateur voit tout le tour du La Joconde le haut du corps, même le placement de ses mains), ajoutant ainsi un sentiment encore plus grand de présence physique aux modèles.

Sandro Botticelli, Portrait d'un homme avec une médaille de Cosimo il Vecchio de' Medici, ch. 1474, tempera sur panneau, 57,5 ​​x 44 cm (Galerie degli Uffizi, Florence)

Un portrait vraiment unique

de Botticelli Portrait d'un homme avec une médaille de Cosimo il Vecchio de' Medici est particulièrement spécial car il intègre le « ancien » format de portraits dans son médaillon - ceux au profil strict, destinés à faire référence à des objets similaires de l'Antiquité - ainsi que l'approche nouvellement popularisée qui a capturé des modèles plus vivants et communicatifs, des modèles qui établissent un contact visuel avec leurs téléspectateurs. Ici, le jeune homme de Botticelli nous regarde directement, captant notre attention et la dirigeant ainsi vers ce qu'il tient. On a l'impression qu'il nous parle, nous demande de toucher ce médaillon tridimensionnel et de se souvenir de son statut, amplifié par ses liens avec cette importante famille. L'œuvre d'art combine l'ancien et le nouveau, la peinture et la sculpture, pour créer l'un des portraits les plus uniques et passionnants de son époque.

En savoir plus sur la présentation de soi dans la renaissance italienne via les ressources d'apprentissage de la renaissance italienne

Francis Ames-Lewis, éd., Les premiers Médicis et leurs artistes (Londres : Birbeck College, 1995).

Allison M. Brown, « Le portrait humaniste de Cosme de Médicis, Pater Patriae », Journal des instituts Warburg et Courtauld, vol. 24, non. 3/4 (1961), p. 186-221.

Rebecca M. Howard, « Une lecture mnémonique de Botticelli Portrait d'un homme avec une médaille ,” Source : Notes en histoire de l'art, vol. 38, non. 4 (2019), p. 196-205.

Richard Stapleford, « Portrait de Botticelli d'un jeune homme tenant un médaillon Trecento », Revue Burlington, vol. 129, non. 1012 (1987), p. 428-436.


Le talisman de Jupiter


/> Qu'est-ce qu'un talisman ? Et qu'est-ce que cela a à voir avec la magie ou la sorcellerie ?

Avant que le médaillon ne soit correctement identifié, il était connu sous le nom de « Joyau maçonnique de Joseph Smith, le prophète ». En forme de dollar en argent, la pièce mesure exactement 1-9/16 pouces de diamètre et est probablement en argent ou en étain.

Apparemment, personne ne savait vraiment ce qu'était le « joyau maçonnique » de Joseph Smith avant le 20 avril 1974. C'est ce jour-là que le Dr Reed Durham a présenté sa découverte dans son discours devant la Mormon History Association.

En tant que président de l'Association et directeur du LDS Institute of Religion de l'Université de l'Utah, le Dr Durham a probablement retenu toute leur attention lorsqu'il a parlé : ". Je voudrais vous initier tous à ce qui est peut-être le plus étrange, le plus mystérieux, ésotérique de type occulte, et encore Orienté maçonniquement pratique jamais adoptée par Joseph Smith. Toutes les preuves disponibles suggèrent que Joseph Smith, le prophète, possédait un médaillon maçonnique magique, ou talisman, qu'il a travaillé de son vivant et qui était évidemment sur sa personne lorsqu'il a été martyrisé."

Après avoir décrit le médaillon, le Dr Durham a ensuite ajouté : ". [le talisman] acheté à l'origine à la famille Emma Smith Bidamon, entièrement notarié par cette famille pour être authentique et avoir appartenu à Joseph Smith, peut maintenant être identifié comme un talisman de Jupiter. Il porte le signe et l'image de Jupiter et devrait être appelé de manière plus appropriée la Table de Jupiter."

Le Dr Durham avait raison. La table, également appelée Kamea, peut être représentée en chiffres anglais (comme indiqué dans le talisman trouvé dans Le Mage, écrit en 1801) ou en hébreu (tel qu'utilisé par Smith). D'après Francis Barrett, auteur de "The Magus", le tableau ". consiste en un carré dessiné sur lui-même, il contient seize nombres particuliers, et dans chaque ligne et diamètre quatre, faisant trente-quatre la somme de tous est de cent trente-six. Il y a dessus des noms divins, avec une intelligence pour ce qui est bon et un esprit mauvais et hors de lui est tiré le caractère de Jupiter et les esprits de celui-ci si cela est gravé sur une plaque d'argent, avec Jupiter étant puissant et régnant dans les cieux, il conduit à Gain richesse et faveur, amour, la paix et la concorde, et pour apaiser les ennemis, et pour confirmer les honneurs, les dignités et les conseils"

Le président de l'Association d'histoire mormone Durham a admis, ". dans un sens très réel et assez mystérieux, cette Table particulière de Jupiter était le talisman le plus approprié pour Joseph Smith à posséder. En effet, elle semblait destinée à lui, car à tous les niveaux de interprétation : cabalisme planétaire, mythologique, numérologique, astrologique, mystique et magie talismatique, le Prophète était, dans tous les cas, décrit de manière appropriée. En astrologie, Jupiter est toujours associé à des positions élevées, faire son propre chemin, et toutes les formes de statut. La magie talismatique a en outre déclaré que quiconque travaillait habilement avec la Table de Jupiter obtiendrait le pouvoir de stimuler n'importe qui à offrir son amour au possesseur du talisman, que ce soit d'un ami, d'un frère, d'un parent, ou même n'importe quelle femme."

Le Dr Durham n'a pas déterminé à quel moment Smith a obtenu son talisman, mais déclare que sa description a été découverte ". dans un livre magique imprimé en Angleterre en 1801, publié en Amérique en 1804, et je l'ai tracé à Manchester et à New York[où Joseph Smith a grandi]. C'était un livre de magie par Francis Barrett et, voilà, à quel point j'étais ravi quand j'ai vu dans sa liste de sceaux magiques le talisman même qui Joseph Smith avait en sa possession au moment de son martyre."

Selon l'affidavit de Charles E. Bidamon (qui a vendu le talisman à la collection Wood), « La veuve d'Emma Smith Bidamon le prophète était ma mère adoptive. les biens intimes du prophète. Je certifie que je l'ai entendue à maintes reprises dire, lors d'un entretien et lors de la projection de la pièce, que c'était dans la poche du prophète quand il a été martyrisé à Carthage III."

Que Joseph Smith possède un tel talisman magique correspond très bien aux preuves de son procès de 1826. W. D. Purple, qui était un témoin oculaire du procès, a affirmé qu'il avait été rapporté que Smith avait déclaré que certaines influences talismaniques étaient nécessaires pour récupérer une boîte au trésor :

« M. Thompson, un employé de M. Stowell, était le témoin suivant. Smith avait dit au diacre que bien des années auparavant, une bande de voleurs avait enterré dans son appartement une boîte au trésor, et comme elle était très précieuse, ils l'avaient un sacrifice lui plaçait un charme pour le protéger, de sorte qu'il ne pouvait être obtenu que par la foi, accompagnée de certains influences talismaniques. la caisse du trésor fut frappée par la pelle, sur laquelle ils redoublèrent d'énergie, mais elle s'éloigna peu à peu de leur emprise. L'un des hommes posa sa main sur la boîte, mais celle-ci s'enfonça progressivement hors de sa portée. M. Stowell est allé à son troupeau et a choisi un bel agneau vigoureux, et a décidé de le sacrifier à l'esprit démon qui gardait le trésor convoité. mais le trésor s'éloignait encore de leur emprise, et il n'a jamais été obtenu." (L'Union de Chenango, Norwich, N.Y., 3 mai 1877, cité dans Un nouveau témoin du Christ en Amérique, Vol. 2, p. 366-367)

Le Dr Durham n'a pas pu déterminer à quel moment Joseph Smith a obtenu son talisman, mais le fait qu'il recommandait « certaines influences talismaniques » à l'époque du procès de 1826 est certainement intéressant. Le talisman de Jupiter est probablement le type de talisman qui intéresserait un chercheur d'argent parce qu'il était censé apporter à son possesseur « le gain de richesses, de faveur et de pouvoir ». Indépendamment du moment où Joseph Smith a obtenu son talisman, nous savons que il l'a possédé jusqu'au moment de sa mort. Il a dû sentir que c'était très important parce que l'érudit mormon LaMar C. Berrett révèle que "Cette pièce était dans la poche de Joseph Smith lorsqu'il fut martyrisé à la prison de Carthage." La collection Wilford C. Wood, 1972, vol. 1, page 173)

La découverte de preuves pour prouver le procès de 1826 de Joseph Smith était certainement un coup dévastateur pour le mormonisme, car elle prouvait que Smith croyait aux pratiques magiques. La nouvelle découverte de Reed Durham selon laquelle Joseph Smith possédait un talisman magique est également très importante car elle montre que Smith a probablement conservé ces idées jusqu'au moment de sa mort.

Voici les propriétés magiques d'un talisman de Jupiter :

Le talisman de Jupiter est chéri car il contribue à la richesse, à l'honneur et à la gloire. Cela vous aide aussi à devenir influent : vos opinions prennent du poids et elles sont appréciées. Jupiter aide à assurer la paix.Le talisman de Jupiter procure également un bon sentiment pour les choses religieuses, la loi et l'ordre, et il rend consciencieux. C'est une excellente aide dans les situations impliquant des agences gouvernementales et des tribunaux. Il peut apporter l'aide de ses supérieurs.


Voyez ce que Joseph a vu dans The Magus, livre 1, chapitre 28 de Francis Barrett concernant les tables magiques des planètes, leur forme et leur vertu, et quels noms divins, intelligences et esprits y sont placés. Gardez à l'esprit que ce livre a été publié en 1801 et était une introduction très appréciée dans tout ce qui concerne la magie, la spiritualité et l'occultisme.


Voir la vidéo: Les récentes découvertes de Jupiter 2016 Documentaire Français


Commentaires:

  1. Michel

    Cette excellente idée, en passant, tombe juste

  2. Arfan

    Je suis d'accord, c'est une excellente information.

  3. Brantson

    et cela a l'analogique?

  4. Zac

    Oui vraiment. Et je l'ai fait face.

  5. Faujinn

    À mon avis, vous commettez une erreur. Je suggère d'en discuter. Écrivez-moi dans PM.



Écrire un message