Walter X. Young I - Histoire

Walter X. Young I - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Walter X. Jeune I

Walter X. Jeune I

(APD-131 : dp. 1650 ; 1. 306'0"; né. 37'0"; dr. 12'7" s. 23,6 k.; cpl. 201; tr. 162; a. 1 5", 6 40 mm., 6 20 mm. cl. Crosley)

Walter X. Young (DE-715) a été posé le 27 mai 1944 à Bay City, Michigan, par la Defoe Shipbuilding Co.; reclassifié un transport à grande vitesse et redésigné APD-131 le 15 juillet 1944, lancé le 30 septembre 1944, parrainé par Mme John J. McGeeney et commandé le 1er mai 1945, le lieutenant Comdr. Nicholas Biddle, USNR, au commandement.

Après avoir effectué un shakedown à Guantanamo Bay, Walter X. Young a interrompu son voyage à Norfolk lorsqu'elle a transporté un patient d'appendicectomie d'urgence de LSM-406 à Guantanamo Bay pour des soins médicaux. À la fin de cette mission de miséricorde, elle est arrivée à Hampton Roads le 10 juin. La disponibilité post-shakedown et les exercices d'entraînement ont précédé sa navigation vers le sud pour Fort Pierce, en Floride, pour une formation spécialisée avec des équipes de démolition sous-marine (UDT). Elle a quitté la côte est le 30 juillet pour San Pedro, en Californie, a transité par le canal de Panama le 3 août et, alors qu'elle était en route le long de la côte pacifique du Mexique, a été informée de l'explosion de la bombe atomique à Hiroshima le 6 et, trois jours plus tard, d'une explosion nucléaire à Nagasaki, et de l'entrée de la Russie dans la guerre du Pacifique le même jour.

Deux jours après son arrivée à San Diego le 12 août, d'autres nouvelles bienvenues sont arrivées, indiquant que le Japon avait accepté les termes de capitulation inconditionnels de la Déclaration de Potsdam et avait capitulé. À la suite de ce développement, les ordres initiaux de Walter X. Young, appelant son personnel UDT embarqué à participer à l'invasion projetée du Japon, ont été annulés. Au lieu de cela, le navire a reçu une mission différente.

Le 16 août, Walter X. Young embarque les 93 hommes de l'UDT 22 (Lt. J. F. Chace, USNR, aux commandes) et, après le coucher du soleil à cette date, s'embarque pour les îles Hawaï. En arrivant à Pearl Harbor le matin du 22 août, elle a ravitaillé et ravitaillé à la capacité, chargé des explosifs UDT et est devenu en route l'après-midi du 23d pour le Japon.

Son groupe a fumé via les Îles Marshall, est arrivé dans la Baie de Tokyo le 4 septembre et a rendu compte au Vice-amiral Theodore S. "Ping" Wilkinson, Commandant de la 3e force Amphibie. Le groupe étant maintenant reconstitué en tant que Task Group (TG) 32.2, alors que deux autres APD et leurs UDT embarqués se joignaient, ils attendaient leurs affectations. Les zones portuaires de Yokohama - le théâtre de l'un des principaux débarquements d'occupation initiale - se sont avérées en bon état, adaptées à une utilisation immédiate. Ainsi, ils n'ont pas nécessité de reconnaissance par les UDT pour d'éventuelles mines ou autres obstructions. Au milieu de son séjour dans la baie de Tokyo, Walter X. Young a été secoué par un typhon. Avec des vents et des mers forts, elle a traîné son ancre et a finalement déplacé l'ancrage du côté sous le vent de la baie. Au plus fort de la tempête, l'APD a appris de Topeka (CL-67) qu'un des bateaux de Walter X. Young, un LCPR, qui avait été prêté au croiseur, s'était détaché et avait été perdu. Cependant, lorsque la tempête s'est dissipée, l'engin "manquant" a été vu chevauchant un peintre à l'arrière du croiseur et a ensuite été récupéré intact.

Le 20, la période d'attente du navire a pris fin. En compagnie de Gantner (APD-42), Walter X. Young est parti à cette date pour Aomori, à l'extrémité nord de Honshu, pour effectuer une reconnaissance et une enquête sur la plage et pour dégager tous les obstacles qui pourraient entraver le débarquement de l'armée. Les deux APD ont escorté le Catamount (LSD-17) lors de ce court voyage. En route le 21, les navires de guerre américains ont aperçu une mine flottante et l'ont coulée à coups de fusil. À son arrivée à Mutsu Kaiwan le 22, Gantner s'est rendu à Ominato pour chercher des fonctionnaires japonais locaux pour les aider dans le programme de déminage. Pendant ce temps, Walter X. Young s'est rendu à Aomori, où, à l'aide de dispositifs de sondage sous-marins, elle a localisé les carcasses de trois navires coulés. Les nageurs de l'UDT 22 y ont ensuite attaché des bouées tandis qu'une quatrième épave également localisée au cours de l'enquête s'est avérée avoir déjà été utilement balisée par les Japonais.

Le 23, l'UDT 22 a inspecté la plage et ses abords, ainsi que les sorties disponibles de la route principale parallèle à la plage elle-même, à l'est d'Aomori. Ils ne trouvèrent rien qui nécessitait un dynamitage mais attachèrent des bouées à quelques petites épaves à une extrémité de la plage. Ils ont signalé que la plage convenait à tous les types de péniches de débarquement; était capable de supporter des véhicules et possédait plusieurs sorties sur la route principale. En plaçant des balises de plage et en dressant des cartes de la zone, l'UDT de Walter X. Young a mené une enquête supplémentaire le lendemain, préparant ainsi la voie au débarquement à Aomori qui a suivi le 25 et s'est poursuivi tout au long de la journée. Détaché dans la soirée du 25, Walter X. Young se rapporta au Commandant, TG 32.2, pour les ordres.

Ancré à Ominato dans la soirée du 26, le navire obtient des informations sur les champs de mines japonais encore existants dans le détroit de Tsugaru et le lendemain s'embarque pour Niigata, sur la côte ouest de Honshu. En procédant indépendamment, le navire a rendez-vous avec un remorqueur japonais - l'engin japonais transportant deux officiers de l'armée américaine qui avaient voyagé par voie terrestre depuis Tokyo, plusieurs policiers japonais et un pilote local - au large du port. Lors d'une conférence qui a suivi, on a appris que bien que les Japonais prétendent avoir balayé un canal dans Niigata, la largeur du canal était trop étroite pour offrir une marge de sécurité à une force d'occupation des transports. Cependant, à environ 15 milles au nord de Niigata se trouvait Senami. L'UDT embarqué de Walter X. Young a rapidement inspecté la plage et l'a trouvée en excellent état. Néanmoins, tout débarquement doit être effectué par temps calme ou avec un vent dominant du large en raison de la position exposée de la plage sur la mer du Japon. Marquant et cartographiant la plage, l'UDT 22 s'est réembarqué à Walter X. Young, et le navire s'est mis en route pour la baie de Tokyo, s'arrêtant à Hakodate, Hokkaido, en route, pour récupérer un officier de l'UDT 22 qui y avait effectué une période de service détaché. .

Walter X. Young a jeté l'ancre à Yokohama le 30 septembre. Le 12 octobre, elle est devenue en route pour la côte ouest des États-Unis et a fumé à la maison-salle via Guam et Pearl Harbor. Le navire est arrivé à San Diego le 2 novembre et a immédiatement débarqué de l'UDT 22. Dix jours de disponibilité à la base de réparation navale de San Diego ont précédé la participation du navire au transport côtier des rejets de la Marine et du Corps des Marines dans le 11e district naval. Le navire a été désarmé le 2 juillet 1946 et placé en réserve à Stockton, en Californie.

Rayé de la liste de la Marine le 1er mai 1962 et dépouillé de tous les articles et équipements militairement utiles, Walter X. Young a été remorqué de sa couchette avec le groupe de réserve de Stockton jusqu'à son dernier lieu d'affectation, le Naval Missile Center à Point Mugu, en Californie. Par la suite converti en test hulk, le Walter X. Young a été coulé lors d'essais de tir de missiles le 11 avril 1967.


WALTER SLEZAK, ACTEUR, EST SUICIDE A 80 ANS SUR L.I.

Walter Slezak, l'acteur dont les rôles allaient de menaçants lourds dans des films tels que ''Lifeboat'' à des vagabonds attachants comme dans la comédie musicale '⟺nny,'' pour laquelle il a remporté un Tony prix, s'est suicidé tôt hier à son domicile de Flower Hill, LI Il avait 80 ans.

M. Slezak s'est tiré une balle avec un revolver de calibre 38, selon la police du comté de Nassau. Un porte-parole de la famille a déclaré que l'acteur était devenu de plus en plus déprimé à cause d'une série de maladies, dont une maladie cardiaque.

L'acteur à l'exubérance espiègle avec un visage bejoyé, moustachu et un cadre massif de 6 pieds a ravi le public dans des dizaines de films, une vingtaine de pièces de théâtre et des dizaines d'apparitions à la télévision sur un demi-siècle.

Il était une idole en matinée dans les pièces de théâtre et les films allemands dans les années 1920&# x27, et dans les années 30&# x27 a déclenché des comédies musicales de Broadway telles que ''Music in the Air,'' ''May Wine'&# x27 et ''J'ai épousé un ange.'' Beaucoup de méchants nazis

Dans les films, il a régulièrement joué les méchants nazis. Son rôle le plus brûlant était celui d'un commandant de sous-marin allemand dans le célèbre mélodrame d'Alfred Hitchcock de 1944 "Lifeboat", dans lequel il terrorise Tallulah Bankhead et un groupe de survivants du naufrage.

M. Slezak était tour à tour menaçant et charmant dans des films tels que ''This Land is Mine'' (1943), ''The Fallen Sparrow'' (1943), ''Till We Meet Encore une fois&# x27' (1944), ''Salome, Where She Dance'' (1945), ''The Spanish Main'' (1945), ''The Pirate'&# x27 (1948), ''L'inspecteur général'' (1949) et 'ɺppelez-moi Madame'' (1953).

Il est également apparu dans la farce de 1951 "Bedtime for Bonzo", qui a suscité l'intérêt en raison de sa star, Ronald Reagan. À Broadway, M. Slezak a ravi le public de Broadway pendant un an et demi dans la comédie de 1953 "Mes trois anges", décrivant un escroc et faussaire rusé mais sentimental dans une colonie pénitentiaire.

En 1954, il est plus acclamé aux côtés d'Ezio Pinza dans la comédie musicale sentimentale "Fanny", basée sur le conte de Marcel Pagnol sur la vie sur le front de mer de Marseille. Un brin de modestie

M. Slezak, qui était réputé pour son audace gagnante, pouvait parfois se montrer modeste. À propos de sa performance dans '⟺nny,'', il a remarqué : ''Il est dit au programme que je chante trois chansons. Je parle vraiment sur le terrain.''

Son chant s'est affaibli alors que son poids atteignait parfois 280 livres, mais en 1957, il a chanté dans l'opérette The Gypsy Baron à New York Metopolitan Opera House. L'événement a marqué un triomphe personnel parce que son père, Leo Slezak, le célèbre ténor de l'Opéra de Vienne, avait voulu qu'il soit chanteur d'opéra.

Le fils a écrit à propos de son père et d'autres personnalités dans un livre de souvenirs de 1962, &# x27&# x27What Time&# x27s the Next Swan ?'' Saluer les croquis comme 'ɿlottant et bouillonnant,'&# x27 Bosley Crowther, critique de cinéma du New York Times, a rendu cet hommage : « La même gaieté et enthousiasme, la même sensibilité et la même sentimentalité qui ont caractérisé chaque performance de Walter Slezak depuis qu'il a atteint sa première notoriété sur scène en tant que garçon aux joues de pomme dans lederhosen dans ''Music in the Air'' décore sa première réalisation en tant qu'auteur.''

M. Slezak est né à Vienne le 3 mai 1902. Il a commencé à étudier la médecine mais a abandonné et est allé travailler dans une banque. En 1922, à l'âge de 20 ans, alors qu'il fait la fête dans un café en plein air, il est repéré par le réalisateur Michael Curtiz et lui propose un rôle au cinéma. Il a accepté, et bientôt il a joué des rôles romantiques sur scène et dans des films allemands. Mais son penchant pour la prise de poids l'a contraint à des rôles de personnages. En 1930, il remporte un rôle à Broadway dans une opérette intitulée « Meet My Sister ». ɺw, laissez-le se propager'

Parlant de sa corpulence, M. Slezak a offert cette évaluation : « En 1939, j'ai renoncé à essayer d'être un mineur. Quand je pense à ce que les hommes de premier plan traversent en essayant d'avoir l'air jeune et mince ! Je me suis juste dit : ɺw, laisse ça se répandre.' Je suis devenu obèse, marié, gros et prospère, dans cet ordre. J'ai commencé à jouer des rôles désagréables. Avec eux, ma disposition a changé. Je suis devenu gros et aimable.''

En plus d'être un brillant amuseur, M. Slezak était un linguiste, un passionné de peinture et d'échecs et un amoureux des bons livres, de la nourriture et de la chasse. Pendant de nombreuses années, il a piloté son propre avion.

Les survivants sont son épouse, l'ancienne Johanna van Rijn deux filles, Ingrid et Erika, une star de longue date du feuilleton télévisé &# x27&# x27Une vie à vivre&# x27&# x27 et l'épouse de Brian Davies, également acteur un fils, Léo et quatre petits-enfants.


Personnalité[modifier | modifier la source]

Dans sa jeunesse, il semblait être belliqueux, colérique, grossier, arrogant et presque sadique dans son amour de la bataille, comme on le voit lorsqu'il insulte et se moque du major et tranche joyeusement les soldats du millénaire. Il se vantait bruyamment et insultait régulièrement ses adversaires. Il a été très ennuyé par le manque de peur du major à son égard après l'avoir vu tuer facilement plusieurs soldats.

En tant qu'homme âgé, Walter sert principalement de majordome d'Integra et fabrique également des armes spéciales à l'usage des vampires, Alucard et Seras Victoria. Dans sa vieillesse, il est devenu le modèle parfait d'un majordome anglais poli, diligent, maussade, consciencieux et intelligent avec un sens de l'humour sec et ironique et une disposition impitoyable envers les ennemis de son maître. Il semble s'être beaucoup adouci extérieurement, coupant ses ennemis avec une précision froide plutôt qu'avec la joie de son jeune moi, et ne livrant que des insultes ironiques et dignes au lieu de simplement jurer une tempête.

Au cours de ses premières années de travail sous Arthur, il semble qu'il ait formé une alliance avec Millennium, bien qu'il ait dit dans L'aube qu'il ne se joindrait jamais à eux.

Il semble être très fier d'être humain, au point de dire en réponse à la dépréciation d'Alucard de la vieillesse que "Si nous ne pouvons pas avoir notre prospérité avec fierté, nous devrions rejeter une telle prospérité.", mais cela aussi se révélerait être juste une partie de son acte. Après que le médecin l'ait rajeuni, il déclare même à quel point son nouveau corps était beau en même temps qu'il marche sur les restes d'Alexander Anderson, disant que les gens deviennent des ordures une fois qu'ils sont morts, et que les ordures ne devraient pas être pleurées, montrant qu'il considère que l'humanité et la mortalité sont faibles, et tous ses sentiments contraires faisaient probablement partie de son stratagème pour rester au-dessus de tout soupçon.

Malgré son dégoût secret pour les êtres humains, il a beaucoup d'attention et d'affection pour Integra et Seras, car il les considère comme la seule chose proche de sa vraie famille. Cela a été montré à de nombreuses occasions, comme lorsque Seras le remercie pour tout ce qu'il a fait pour elle, et étant le seul à lui montrer l'hospitalité lorsqu'elle est arrivée au manoir - et cela l'a fait briser son vrai caractère pour un bref moment pour montrer qu'il apprécie vraiment sa gratitude. Quand Alucard lui a rappelé avec moquerie qu'en raison de sa trahison, il avait perdu Integra et Seras pour toujours et que maintenant leur amour et leur compagnie n'appartenaient qu'à Alucard pour toujours, cela rend Walter incroyablement furieux. Sur son lit de mort, il sourit et pense à Integra, et à la façon dont ils sont venus si loin ensemble, et bien que son plan ait échoué, il meurt toujours heureux à cause d'elle.

Alucard et Walter sont les seuls vrais amis qu'ils ont, au point qu'Alucard les a appelés "frères de sang" en raison de leur camaraderie et du nombre incompréhensible de personnes qu'ils ont tuées ensemble au fil des décennies.

Malgré sa trahison impitoyable d'Integra et du reste de Hellsing to Millenium, Walter avait un certain dégoût pour les expériences du Docteur. Son dégoût face aux expériences sur le cadavre de Mina Harker, les qualifiant d'indicibles, montre un certain respect pour les restes des morts et un mépris total pour le scientifique même qui lui a donné la force de vaincre Alucard.


Jeune histoire, écusson familial et armoiries

Le nom Young a une histoire qui remonte aux tribus anglo-saxonnes de Grande-Bretagne. C'était un nom pour une personne qui était très jeune, du vieux mot anglais jeune et jeune et a d'abord été accordé au plus jeune de deux porteurs du même nom personnel, généralement un fils qui a été nommé pour son père.

Ensemble de 4 tasses à café et porte-clés

$69.95 $48.95

Les premières origines de la famille Young

Le nom de famille Young a été trouvé pour la première fois dans l'Essex, où le premier enregistrement du nom apparaît dans la Chronique anglo-saxonne sous le nom de Wilfer seo lunga en 744. De nombreuses années plus tard, Walter Yonge a été inscrit dans le Subsidy Rolls for Sussex en 1296. [1]

Une autre référence répertorie Hugh le Yunge dans les Hundredorum Rolls de 1273 comme résidant dans l'Oxfordshire. Les mêmes listes répertorient Ralph le Younge dans le Staffordshire et plus tard William le Yunge dans le Northumberland pendant le règne d'Édouard I. [2]

Dans le Devon, Honiton était "pendant une longue période, c'était vraiment un arrondissement familial. Les membres de la famille Yonge siégeaient presque continuellement de 1640 à 1796. » [3]

Forfait Armoiries et histoire du nom de famille

$24.95 $21.20

Début de l'histoire de la famille Young

Cette page Web ne montre qu'un petit extrait de notre recherche Young. Encore 117 mots (8 lignes de texte) couvrant les années 1271, 1400, 1500, 1423, 1407, 1437, 1423, 1425, 1405, 1476, 1405, 1426, 1411, 1413, 1414, 1455, 1466, 1467, 1516, 1467, 1463, 1526, 1579, 1649, 1603, 1663, 1642, 1660, 1646, 1721, 1860, 1868 et sont inclus sous le thème Early Young History dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Sweat à capuche unisexe blason

Variations d'orthographe jeune

Les variations orthographiques dans les noms étaient courantes avant que l'orthographe anglaise ne soit normalisée il y a quelques centaines d'années. Au Moyen Âge, même les lettrés épelaient leurs noms différemment, car la langue anglaise incorporait des éléments du français, du latin et d'autres langues européennes. De nombreuses variantes du nom Young ont été trouvées, notamment Young, Younge, Yonge, Youngson et d'autres.

Les premiers notables de la famille Young (avant 1700)

Les membres distingués de la famille incluent James Yonge (fl. 1423), traducteur anglais qui appartenait à une famille anglaise installée dans le palet irlandais. William Yonge, archidiacre de Meath de 1407 à 1437, était peut-être son frère. "James Yonge était en prison à Trim Castle de janvier à octobre 1423, étant transféré au cours du dernier mois au château de Dublin, et gracié le 10 mai 1425. Un John Yonge était sergent du comté de Limerick sous le règne de Richard II, tenu un bail de diverses terres, et a été reconnu coupable de crimes non spécifiés. " [4] Thomas Yonge (1405 ?-1476), était un juge anglais.
135 autres mots (10 lignes de texte) sont inclus sous le sujet Early Young Notables dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Migration de la famille Young en Irlande

Certains membres de la famille Young ont déménagé en Irlande, mais ce sujet n'est pas traité dans cet extrait.
121 autres mots (9 lignes de texte) sur leur vie en Irlande sont inclus dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.

Jeune migration +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Jeunes colons aux États-Unis au XVIIe siècle
  • Richard Young et sa femme, qui s'installent en Virginie en 1623
  • Joseph et Margaret Young, qui ont immigré en Nouvelle-Angleterre avec leurs deux fils en 1635
  • Harford Young, 20 ans, arrivé à la Barbade en 1635 [5]
  • Marmaduke Young, 24 ans, arrivé en Virginie en 1635 [5]
  • Martha Young, qui débarqua aux Bermudes en 1635 [5]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Jeunes colons aux États-Unis au XVIIIe siècle
  • Nicho Young, qui débarqua en Virginie en 1701 [5]
  • Eliz Young, qui débarqua en Virginie en 1704 [5]
  • Alex Young, arrivé en Virginie en 1706 [5]
  • Anne Young, arrivée en Virginie en 1714 [5]
  • Tebald Young, qui débarqua à New York en 1715-1716 [5]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Jeunes colons aux États-Unis au XIXe siècle
  • John Tatem Young, arrivé à Charleston, Caroline du Sud en 1802 [5]
  • Robert Young, arrivé dans le comté d'Allegany (Allegheny) en Pennsylvanie en 1802 [5]
  • Noble Young, 22 ans, arrivé à Philadelphie, Pennsylvanie en 1804 [5]
  • Sarah Young, 50 ans, débarquée à Philadelphie, Pennsylvanie en 1804 [5]
  • James Young, 21 ans, débarqué à Philadelphie, Pennsylvanie en 1804 [5]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Jeune migration au Canada +

Certains des premiers colons de ce nom de famille étaient:

Les jeunes colons au Canada au XVIIIe siècle
  • George Young, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1749
  • Andreas Young, qui a débarqué en Nouvelle-Écosse en 1749-1752
  • John Young, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1749
  • Robert Young, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1749
  • William Young, arrivé en Nouvelle-Écosse en 1749
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les jeunes colons au Canada au 19e siècle
  • David Young, arrivé à Québec en 1821
  • John Young, arrivé au Canada en 1821
  • Dorah Young, 15 ans, arrivée au Canada en 1823
  • Harriet Young, 3 ans, débarquée au Canada en 1823
  • John Young, 41 ans, arrivé au Canada en 1823
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)
Les jeunes colons au Canada au 20e siècle

Migration des jeunes vers l'Australie +

L'émigration vers l'Australie a suivi les premières flottes de condamnés, de commerçants et de premiers colons. Les premiers immigrants comprennent :

Les jeunes colons en Australie au XIXe siècle
  • M. Benjamin Young, condamné anglais qui a été condamné à Lindsey (Parts of Lindsey), Lincolnshire, Angleterre pendant 7 ans, transporté à bord du "Asiatic" le 5 juin 1819, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[6]
  • M. George Young, détenu anglais condamné à perpétuité à Peterborough, Cambridgeshire, Angleterre, transporté à bord du " Canada" le 23 avril 1819, arrivant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[7]
  • M. Thomas Young, condamné britannique qui a été condamné à Worcester, Worcestershire, Angleterre pendant 7 ans, transporté à bord du "Caledonia" le 5 juillet 1820, arrivant en Tasmanie (Van Diemen's Land) [8]
  • M. William Young, bagnard écossais qui a été condamné à Glasgow, en Écosse pendant 7 ans, transporté à bord du "Caledonia" le 5 juillet 1820, arrivant en Tasmanie (Van Diemen's Land) [8]
  • Thomas Young, forçat anglais de Lincoln, qui fut transporté à bord du "Agamemnon" le 22 avril 1820, s'installant en Nouvelle-Galles du Sud, Australie[9]
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Jeune migration vers la Nouvelle-Zélande +

L'émigration vers la Nouvelle-Zélande a suivi les traces des explorateurs européens, tels que le capitaine Cook (1769-1770) : d'abord les chasseurs de phoque, les baleiniers, les missionnaires et les commerçants. En 1838, la British New Zealand Company avait commencé à acheter des terres aux tribus maories et à les vendre aux colons. une nouvelle vie. Les premiers immigrants comprennent :

Jeunes colons en Nouvelle-Zélande au XVIIIe siècle
Jeunes colons en Nouvelle-Zélande au XIXe siècle
  • George Young, qui a débarqué à Wellington, en Nouvelle-Zélande en 1830
  • William Young, qui a débarqué à Bay of Islands, en Nouvelle-Zélande en 1836
  • Arthur Young, qui a débarqué à Wellington, en Nouvelle-Zélande en 1841 à bord du navire Lady Nugent
  • Edward Young, 31 ans, un tourneur, arrivé à Port Nicholson à bord du navire "Gertrude" en 1841
  • Caroline Mary Young, 27 ans, arrivée à Port Nicholson à bord du navire "Gertrude" en 1841
  • . (D'autres sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Notables contemporains du nom Young (post 1700) +

  • Paul Antony Young (né en 1956), chanteur, auteur-compositeur et musicien anglais, il a reçu le prix du meilleur homme britannique aux Brit Awards 1985
  • Sir Leslie Ronald "Jimmy" Young CBE (1921-2016), chanteur anglais et personnalité de la radio
  • Clive Young (1948-2015), ecclésiastique anglais, évêque de Dunwich (1999-2013)
  • George Malcolm Young (1882-1959), essayiste historique anglais
  • David Ivor Young (né en 1932), homme politique anglais
  • Michael Young (né en 1915), baronof anglais de Dartington, pionnier du développement de l'« apprentissage à distance » dans le tiers-monde et en Grande-Bretagne
  • John Sacret Young (1946-2021), auteur, producteur, réalisateur et scénariste américain principalement à la télévision, peut-être mieux connu pour son travail dans l'émission China Beach, nominé pour sept Emmy Awards et sept Writers Guild of America Awards
  • Leslie Galen Young (1975-2021), joueur américain de basket-ball professionnel
  • Jerome Young (1963-2021), lutteur professionnel américain, mieux connu sous son nom de ring New Jack
  • Rory Young (1967-2021), écologiste irlandais, président et co-fondateur de l'organisation anti-braconnage Chengeta Wildlife qui est active dans toute l'Afrique
  • . (68 autres notables sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés dans la mesure du possible.)

Événements historiques pour la jeune famille +

Explosion d'Halifax
  • M. Rufus Charles  Young (1849-1917), résident canadien de Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada décédé dans l'explosion [10]
  • M. Archibald W  Young (1852-1917), résident canadien de Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada qui a survécu à l'explosion mais est décédé plus tard des suites de blessures [10]
  • M. Richard  Young (1861-1917), résident canadien de Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada décédé dans l'explosion [10]
  • M. Elmer  Young (1912-1917), résident canadien de Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada qui est décédé dans l'explosion [10]
  • M. Arthur Henry  Young, résident canadien de Halifax, Nouvelle-Écosse, Canada qui est décédé dans l'explosion [10]
  • . (Dans la mesure du possible, 5 autres entrées sont disponibles dans tous nos produits PDF Extended History et nos produits imprimés.)
HMAS Sydney II
  • M. John Robinson Young (1920-1941), matelot de 2e classe australien de Townsville, Queensland, Australie, qui a combattu à bord du HMAS Sydney II et est mort dans le naufrage [11]
HMS Dorsetshire
  • Archie Jarvis Young, premier maître britannique à bord du HMS Dorsetshire lorsqu'il a été touché par des bombardiers aériens et coulé, il a survécu au naufrage [12]
HMS Capot
  • M. Percy A Young (né en 1924), Canadian Boy Clairon servant pour la Royal Marine de l'Alberta, Canada, qui a navigué dans la bataille et est mort dans le naufrage [13]
  • M. John O Young (né en 1919), signaleur anglais servant pour la Royal Navy de Manor Park, Londres, Angleterre, qui a navigué dans la bataille et est mort dans le naufrage [13]
HMS Prince de Galles
  • M. Norman Young, matelot de 3e classe britannique, qui a combattu sur le HMS Prince of Wales et a survécu au naufrage [14]
  • M. William George Young (né en 1904), "Bill" matelot de 2e classe anglais d'Angleterre, qui a combattu sur le HMS Prince of Wales et est mort dans le naufrage [14]
  • M. Robert Emmanuel Young (né en 1924), English Boy 1st Class d'Angleterre, qui a combattu sur le HMS Prince of Wales et est mort dans le naufrage [14]
  • M. James Young (né en 1924), garçon anglais de 1ère classe d'Angleterre, qui a combattu sur le HMS Prince of Wales et est mort dans le naufrage [14]
HMS Repulse
  • M. Francis Sydney Young, matelot de 2e classe britannique, qui a combattu sur le HMS Repulse et est mort dans le naufrage [15]
  • M. David Mcgill Young, matelot de 2e classe britannique, qui a combattu sur le HMS Repulse et a survécu au naufrage [15]
  • M. Oswald Littlewood Young (1920-1942), matelot de 2e classe britannique, qui a combattu sur le HMS Repulse et a survécu au naufrage, a été répertorié comme disparu présumé tué lors de l'évacuation de Singapour en 1942 [15]
  • M. R D Young, chef mécanicien de l'air britannique, qui a combattu sur le HMS Repulse et a survécu au naufrage [15]
  • M. Robert Alexander Victor Young, British Marine, qui a combattu sur le HMS Repulse et a survécu au naufrage, est décédé lors de l'évacuation de Singapour en 1942 [15]
RMS Lusitanie
  • Mme Elizabeth Young, passagère écossaise de 3e classe résidant à Chicago, Illinois, États-Unis en visite en Écosse, qui a navigué à bord du RMS Lusitania et est décédée dans le naufrage [16]
  • Mme Georgina Ann Young, passagère canadienne de 1ère classe de Hamilton, Ontario, Canada, qui a navigué à bord du RMS Lusitania et est décédée dans le naufrage [16]
  • M. James Mason Young, passager canadien de 1ère classe de Hamilton, Ontario, Canada, qui a navigué à bord du RMS Lusitania et est décédé dans le naufrage [16]
RMS Titanic
  • M. Francis J. Young (décédé en 1912), âgé de 30 ans, anglais Trimmer de Southampton, Hampshire qui travaillait à bord du RMS Titanic et est décédé dans le naufrage [17]
  • Mlle Marie Grice Young, 36 ans, passagère américaine de première classe de New York City, New York qui a navigué à bord du RMS Titanic et a survécu au naufrage en s'échappant dans le canot de sauvetage 8 [17]
USS Arizona
  • M. Donald G. Young, soldat américain de première classe travaillant à bord du navire "USS Arizona" lorsqu'il a coulé lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, il a survécu au naufrage [18]
  • M. Glendale Rex Young, matelot de première classe américain travaillant à bord du navire "USS Arizona" lorsqu'il a coulé lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, il est mort dans le naufrage [18]
  • M. Jay Wesley Young, matelot de première classe américain de l'Utah, États-Unis travaillant à bord du navire " Arizona " lorsqu'il a coulé lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, il est mort dans le naufrage [18]
  • M. Vivan Louis Young, American Water Tender First Class de Virginie, États-Unis travaillant à bord du navire "USS Arizona" lorsqu'il a coulé lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, il est mort dans le naufrage [18]
  • M. Eric Reed Young, enseigne américaine du Colorado, États-Unis travaillant à bord du navire "USS Arizona" lorsqu'il a coulé lors de l'attaque japonaise sur Pearl Harbor le 7 décembre 1941, il est mort dans le naufrage [18]

Histoires liées +

La jeune devise +

La devise était à l'origine un cri de guerre ou un slogan. Les devises ont commencé à être représentées avec des armes aux 14e et 15e siècles, mais n'étaient pas d'usage général avant le 17e siècle. Ainsi, les armoiries les plus anciennes ne comportent généralement pas de devise. Les devises font rarement partie de l'octroi des armoiries : sous la plupart des autorités héraldiques, une devise est un élément facultatif des armoiries et peut être ajoutée ou modifiée à volonté, de nombreuses familles ont choisi de ne pas afficher de devise.

Devise: Toujours jeune
Traduction de devise : Toujours jeune.


Walter X. Young I - Histoire

Ragman de Walter Wangerin, Jr.

J'ai vu un spectacle étrange. Je suis tombé sur une histoire des plus étranges, comme rien dans ma vie, mon sens de la rue, ma langue sournoise ne m'avait jamais préparé. Chut, mon enfant. tais-toi maintenant, et je te le dirai.

Avant même l'aube, un vendredi matin, j'ai remarqué un jeune homme, beau et fort, arpentant les ruelles de notre Ville. Il tirait une vieille charrette remplie de vêtements à la fois brillants et neufs, et il criait d'une voix claire de ténor : « Des chiffons ! Ah, l'air était fétide et la première lumière crasseuse à être traversée par une si douce musique.

'Chiffons ! De nouveaux chiffons pour l'ancien ! Je prends tes haillons fatigués ! Des chiffons ! »

« Maintenant, c'est une merveille », pensai-je en moi-même, car l'homme mesurait six pieds quatre pouces, et ses bras étaient comme des branches d'arbre, durs et musclés, et ses yeux brillaient d'intelligence. Ne pouvait-il pas trouver de meilleur travail que celui-ci, être chiffonnier dans le centre-ville ?

Je l'ai suivi. Ma curiosité m'a poussé. Et je n'ai pas été déçu.

Bientôt, le chiffonnier a vu une femme assise sur son porche arrière. Elle sanglotait dans un mouchoir, signait et versait mille larmes. Ses genoux et ses coudes formaient un triste X. Ses épaules tremblaient. Son cœur se brisait.

Le Ragman arrêta sa charrette. Tranquillement, il se dirigea vers la femme, faisant le tour de boîtes de conserve, de jouets morts et de Pampers.

— Donne-moi ton chiffon, dit-il doucement. et je t'en donnerai un autre.

He slipped the handkerchief from her eyes. She looked up, and he laid across her palm a linen cloth so clean and new that it shined. She blinked from the gift to the giver.

Then, as he began to pull his cart again, the Ragman did a strange thing: he put her stained handkerchief to his own face and then he began to weep, to sob as grievously as she had done, his shoulders shaking. Yet she was left without a tear.

'This is a wonder,' I breathed to myself, and I followed the sobbing Ragman like a child who cannot turn away from mystery.

'Rags! Rags! New Rags for old!"

In a little while, when the sky showed grey behind the rooftops and I could see the shredded curtains hanging out black windows, the Ragman came upon a girl whose head was wrapped in a bandage, whose eyes were empty. Blood soaked her bandage. A single line of blood ran down her cheek.

Now the tall Ragman looked upon this child with pity, and he drew a lovely yellow bonnet from his cart.

'Give me your rag,' he said, tracing his own line on her cheek, 'and I'll give you mine.'

The child could only gaze at him while he loosened the bandage, removed it, and tied it to his own head. The bonnet he set on hers. And I gasped at what I saw: for with the bandage went the wound! Against his brow it ran a darker, more substantial blood -- his own!

'Rags! Rags! I take old rags!' cried the sobbing, bleeding, strong, intelligent Ragman.

The sun hurt both the sky, now, and my eyes the Ragman seemed more and more to hurry.

'Are you going to work?' he asked a man who leaned against a telephone pole. The man shook his head. The Ragman pressed him: 'Do you have a job?"

'Are you crazy?' sneered the other. He pulled away from the pole, revealing the right sleeve of his jacket -- flat, the cuff stuffed into the pocket. He had no arm.

'So,' said the Ragman. 'Give me your jacket, and I'll give you mine.'

So much quiet authority in his voice!

The one-armed man took off his jacket. So did the Ragman -- and I trembled at what I saw: for the Ragman's arm stayed in its sleeve, and when the other put it on, he had two good arms, thick as tree limbs but the Ragman had only one.

After that he found a drunk, lying unconscious beneath an army blanket, an old man, hunched, wizened, and sick. He took that blanket and wrapped it round himself, but for the drunk he left new clothes.

And now I had to run to keep up with the Ragman. Though he was weeping uncontrollably, and bleeding freely at the forehead, pulling his cart with one arm, stumbling for drunkenness, falling again and again, exhausted, old, old, and sick, yet he went with terrible speed. On spider's legs he skittered through the alleys of the City, this mile and the next, until he came to its limits, and then he rushed beyond.

I wept to see the change in this man. I hurt to see his sorrow. And yet I need to see where he was going in such haste, perhaps to know what drove him so.

The little old Ragman -- he came to a landfill. He came to the garbage pits. And I waited to help him in what he did but I hung back, hiding. He climbed a hill. With tormented labor he cleared a little space on that hill. Then he signed. He lay down. He pillowed his head on a handkerchief and a jacket. He covered his bones with an army blanket. And he died.

Oh how I cried to witness that death! I slumped in a junked car and wailed and mourned as one who has no hope -- because I had come to love the Ragman. Every other face had faded in the wonder of this man, and I cherished him but he died. I sobbed myself to sleep.

I did not know -- how could I know? -- that I slept through Friday night and Saturday and its night too.

But then, on Sunday morning, I was wakened by a violence.

Light -- pure, hard, demanding light -- slammed against my sour face, and I blinked, and I looked, and I saw the first wonder of all. There was the Ragman, folding the blanket most carefully, a scar on his forehead, but alive! And, besides that, healthy! There was no sign of sorrow or age, and all the rags that he had gathered shined for cleanliness.

Well, then I lowered my head and, trembling for all that I had seen, I myself walked up to the Ragman. I told him my name with shame, for I was a sorry figure next to him. Then I took off all my clothes in that place, and I said to him with dear yearning in my voice: 'Dress me."

He dressed me. My Lord, he put new rags on me, and I am a wonder beside him. The Ragman, the Ragman, the Christ!


In 1986, an 18-year-old white woman named Ronda Morrison was murdered in downtown Monroeville, Alabama. The crime sent shock waves of fear and anger through the small community. Police could not solve the crime. After six months with no leads or suspects, their attention focused on Walter McMillian. Mr. McMillian was an unlikely suspect. He had no prior criminal history and was a 45-year-old self-employed logger who had done work for many people throughout the community. What seemed to bring him attention is that he’d had an affair with a married white woman. A very public divorce between this woman and her husband pulled Mr. McMillian into the limelight and he soon went from someone having an interracial affair to someone thought to be capable of murder.

A white man accused of crimes in another county was pressured by police and ultimately made false statements accusing Mr. McMillian of murdering Ms. Morrison. This set off a chain of events that changed Mr. McMillian’s life forever. He was arrested by Monroe County Sheriff Tom Tate and eventually charged with capital murder. The sheriff arranged for Mr. McMillian to be placed on death row before his trial—when he hadn’t even been convicted of a crime. Known to his friends and family as “Johnny D,” Mr. McMillian spent 15 harrowing and tortuous months on Alabama’s death row before trial.

Mr. McMillian was with his family 11 miles away from the dry cleaning store where Ms. Morrison was murdered at the time of the crime. There were dozens of Black people who could testify to his innocence but they were ignored. The nearly all-white jury convicted Mr. McMillian of capital murder and sentenced him to life imprisonment without parole.

In Alabama, elected trial judges were authorized to override a jury’s life verdict and impose the death penalty. Judge Robert E. Lee Key overrode the jury’s sentence of life imprisonment and sentenced Mr. McMillian to death by electrocution. Mr. McMillian was sent back to his cell on death row, where he ultimately spent six years.


Later Life and Death

Raleigh’s aggressive actions toward the Spanish did not sit well with the pacifist King James I, Elizabeth&aposs successor. Raleigh’s enemies worked to taint his reputation with the new king and he was soon charged with treason and condemned to death. However, the sentence was commuted to imprisonment in the Tower in 1603. There Raleigh lived with his wife and servants and wrote his History of the World in 1614. He was released in 1616 to search for gold in South America. Against the king&aposs approval, he invaded and pillaged Spanish territory, was forced to return to England without booty and was arrested on the orders of the king. His original death sentence for treason was invoked, and he was executed at Westminster.


Class of 2020 Career Outcomes Available + A Survey for Spring 󈧙 Graduates

Data on the Class of 2020 are now available on the Walter Center’s Career Outcomes Dashboard. This page illustrates the success students experience in the months following their graduation from the College of Arts + Sciences at Indiana University.

Now Hiring: Rock Paper Scissors Inc. is hiring a publicist

Rock Paper Scissors Inc. gets influential people to talk about music tech companies so they can generate leads, make sales, do deals, and attract investment. They devise PR campaigns using out-of-this-world creativity to get high-level media coverage.

About the Organization:

Volunteering Helped Jamie Baca-Perez Intern with the Monroe County Humane Association

In the summer of 2019, Jamie Baca-Perez felt discouraged. She wasn’t able to secure a job where she could work with animals, and that meant she couldn’t stay in Bloomington during the summer months.


Facebook

We are excited to offer this superb 2014 Toyota AYGO x-clusiv with only 46,000 miles.

To book a test drive or request further information on this or any other vehicle we have in stock, please do not hesitate to reach out to our friendly team.

Walter Young Limited

We are excited to offer this superb 2014 Mazda Mazda6 SE-L 2.2TD with only 92,000 miles.

For further information on this or any other vehicle we have in stock, please do not hesitate to reach out to our friendly team.

Walter Young Limited

We are excited to offer this superb 2017 Mazda Mazda2 SE-L 1.5 with only 46,000 miles.

For further information on this or any other vehicle we have in stock, please do not hesitate to reach out to our friendly team.

Walter Young Limited

We are excited to offer this superb 2015 Mazda Mazda2 Sport Launch Edition 1.5 with only 21,000 miles.

For further information on this or any other vehicle we have in stock, please do not hesitate to reach out to our friendly team.


All about our 2019 winners

The nine winners of our 2019 competition were awarded in our special virtual Awards Event on 16th June 2020 (video below). First prize in the 11-15 years category went to Ide Crawford (14), from Macclesfield, for her story The Whale’s Way, and in the 16-19 years category the winner was Charlotte Lee (19), from Crewe, with her story The Best Thing. Seven other young writers were commended by the judges. To find out all about last year’s winners, go to our news page. Their stories are now available as a printed Anthology – please use the email form on our contact us page to request your free copy.


Voir la vidéo: Walter Taieb x Diva Surprise - On The Top Of The World feat. YMCAEDM, House, Disco