Inti

Inti


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Inti était le dieu inca du soleil et considéré comme tout-puissant mais il était aussi un dieu bienveillant et capable d'une grande générosité. Cependant, Inti pourrait être en colère et il manifesterait son mécontentement à travers des éclipses solaires qui nécessitaient des sacrifices pour regagner la bonne faveur du dieu. Les dirigeants incas se considéraient comme les descendants directs d'Inti, le patron de l'empire et de la conquête militaire.

Relations et rôle d'Inti

Inti était le soleil, qui dans la mythologie inca a été créé par la divinité suprême Inca Viracocha d'une île sur le lac Titicaca. Bien que Viracocha ait un statut plus élevé, il restait généralement à l'arrière-plan des affaires du monde et permettait à des intermédiaires tels qu'Inti de gouverner réellement le monde. Inti était mariée à la déesse de la lune Quilla. Reliant parfaitement les dieux à l'humanité, le premier chef inca et fondateur de la civilisation, Manoc Capac (anciennement appelé Ayar Manco) aurait été instruit par Inti ou aurait été son fils, avec les autres ancêtres incas originaux tels que Mama Coya (alias Mama Ocllo) qui a également été décrite comme la femme d'Inti dans certaines versions du mythe. De cette façon, les souverains incas successifs pouvaient revendiquer une lignée divine et souligner leur rôle d'intermédiaire entre les dieux et les gens ordinaires. Manoc Capac portait même un costume de drap d'or pour impressionner la population avec sa filiation divine. Cependant, ce n'est que Wiraqocha Inca (vers 1425 CE) ou le 9ème souverain Inca Pachacuti Inca Yupanqui (1438-1471 CE) que le culte d'Inti s'est vraiment établi dans les pratiques culturelles de l'Inca. Avec l'expansion de l'empire Inca, le culte du soleil a été incorporé dans les religions des peuples conquis et utilisé comme propagande impériale selon laquelle les Incas étaient le peuple ayant le droit divin de régner.

La Coricancha

Le temple Coricancha (« Maison du soleil ») et l'enceinte sacrée de Sacsahuaman dans la capitale inca de Cuzco étaient dédiés à Inti et probablement construits sous le règne de Pachacuti. C'est ici que la figure la plus élevée de la religion inca, le Grand Prêtre du Soleil (Villac Umu), a présidé les rites en l'honneur d'Inti, assisté de aclas (ou acyllyaconas) - jeunes prêtresses vierges. Il y avait aussi des cérémonies du soleil menées par des prêtres hommes et femmes sur des sites sacrés à travers l'empire. L'exemple le plus célèbre est peut-être celui du Machu Picchu où un intihuatana ou « poste d'attelage du soleil » situé au point le plus élevé de l'enceinte sacrée était utilisé pendant les solstices pour relier symboliquement le soleil à la terre à l'aide d'une corde spéciale. Les intihuatana ont également été utilisés pour des observations astronomiques régulières du soleil et peut-être d'autres corps célestes. D'autres temples importants se trouvaient à Pisac (au nord-est de Cuzco), à Ingapirca (dans l'Équateur moderne) et sur l'île du Soleil sur le lac Titicaca que les souverains incas visitaient une fois par an en pèlerinage.

Inti Raymi

L'Inti était particulièrement vénéré lors de la fête de l'Inti Raymi qui se tenait au solstice d'hiver en juin et s'étalait sur plusieurs jours. L'un des sacrifices les plus courants à Inti était celui des lamas blancs, mais des offrandes de nourriture, d'autres animaux et même des terres agricoles étaient également dédiées au dieu. Il y avait aussi des sacrifices humains (y compris des sacrifices d'enfants) lors d'occasions cérémonielles spéciales ou lors de crises particulières telles que des tremblements de terre ou un décès dans la famille royale. De telles cérémonies ont été conçues pour assurer le succès continu de l'empire Inca, de ses habitants et de leurs récoltes. Une histoire curieuse est celle où un aigle a été attaqué par des buses et est tombé du ciel lors d'une cérémonie en l'honneur d'Inti tenue en c. 1526 CE qui était censé prédire l'effondrement de l'empire Inca. C'est en effet à cette époque que les premiers signes de la maladie mortelle de la variole apportée par les conquistadors espagnols du Vieux Monde ont commencé à apparaître parmi la population inca et il faudra moins d'une décennie avant que la capitale inca ne tombe aux mains des espagnols.

Représentations dans l'art

Inti n'était pas souvent représenté dans l'art inca, mais lorsqu'il l'était, c'était généralement sous la forme d'une statue en or, d'un disque solaire ou d'un masque en or. L'or était particulièrement associé au dieu car on croyait que le métal précieux était la sueur du soleil. La statue la plus sacrée d'Inti était conservée dans son sanctuaire à Cuzco. L'intérieur de ce temple était une merveille en soi car il était bordé de 700 panneaux d'un demi-mètre d'or battu tandis qu'à l'extérieur se trouvait une scène grandeur nature d'un champ de maïs avec des lamas et des bergers tous faits d'or et d'argent. La statue représentait Inti comme un petit garçon assis, appelé Punchao (jour ou soleil de midi). De sa tête et de ses épaules brillaient les rayons du soleil, il portait un bandeau royal et des serpents et des lions sortaient de son corps. L'estomac de la statue était creux et servait à stocker les cendres des organes vitaux des précédents souverains incas. Chaque jour, cette statue était sortie à l'air libre et ramenée au sanctuaire chaque nuit. La statue a été emmenée dans un lieu sûr lorsque les Espagnols sont arrivés dans les années 1530 de notre ère, mais il semble qu'ils l'aient finalement trouvée en 1572 de notre ère, mais elle a disparu sans laisser de trace, probablement fondue comme tant d'autres objets incas.

Les masques d'Inti étaient généralement faits d'or finement battu et les rayons du soleil jaillissaient de la tête du dieu dans un design commun aux masques de divinité pré-inca. Ces rayons étaient généralement coupés en zigzag dramatique et se terminaient parfois par un petit visage ou une silhouette humaine. Le plus célèbre de ces masques était exposé dans le temple de Coricancha à Cuzco.

Vous aimez l'histoire ?

Inscrivez-vous à notre newsletter hebdomadaire gratuite !

Les adorateurs du dieu et la grande majorité de l'art réalisé en son nom ont disparu depuis longtemps, mais Inti vit dans plusieurs cultures sud-américaines actuelles. Le festival d'Inti Raymi a été relancé comme un grand festival annuel à Cuzco, plusieurs drapeaux nationaux portent une image de lui sous la forme d'un soleil flamboyant, et la monnaie du Pérou dans les années 1980 CE s'appelait le inti et même maintenant le référence toujours avec son nouveau nom sol - soleil en espagnol.


Histoire de la monnaie péruvienne

L'inti était la monnaie du Pérou entre 1985 et 1991. Il a été introduit le 1er février 1985, remplaçant le sol qui avait souffert d'une forte inflation. Un inti équivalait à 1 000 soles. Les pièces libellées dans la nouvelle unité ont été mises en circulation à partir de mai 1985 et les billets de banque ont suivi en juin de la même année.

En 1990, l'inti avait elle-même souffert d'une forte inflation. A titre provisoire, de janvier à juillet 1991, le “inti en millones” a été utilisé comme unité de compte. Un inti en millones était égal à 1.000.000 intis et donc à un nouveau sol. Les nouveau sol (“new sol”) a été adopté le 1er juillet 1991. Les billets et pièces Inti n'ont plus cours légal au Pérou, et ils ne peuvent pas non plus être échangés contre des billets et des pièces libellés dans le courant nouveau sol.

Le Nuevo Sol

Le nom est un retour à celui de la monnaie historique du Pérou, le Sol utilisé du 19ème siècle à 1985. Bien que la dérivation de Sol est le latin solidus, le mot signifie aussi soleil en espagnol. Il y a donc une continuité avec l'ancien inti péruvien, qui a été nommé d'après Inti, le dieu solaire des Incas.

En raison du mauvais état de l'économie et de l'hyperinflation à la fin des années 1980, le gouvernement a été contraint d'abandonner l'inti et d'introduire le nuevo sol comme nouvelle monnaie du pays. La monnaie a été mise en service le 1er juillet 1991 pour remplacer l'inti au taux de 1 nuevo sol pour 1 000 000 intis. Les pièces libellées dans la nouvelle unité ont été introduites le 1er octobre 1991 et les premiers billets de banque le 13 novembre 1991. Jusqu'à présent, le Nuevo Sol conserve actuellement un faible taux d'inflation de 1,5%, le taux d'inflation le plus bas jamais enregistré en Amérique latine et en Amérique du Sud. Depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle monnaie, elle a réussi à maintenir un taux de change stable entre 2,3 et 3,65 pour un dollar des États-Unis.


L'histoire d'Inti Creates et leur ascension en Occident

Inti Creates est peut-être un petit éditeur, mais il a une longue histoire. Alors qu'ils augmentent leur présence en occident, il est temps de comprendre leurs racines.

Lorsque les joueurs entendent le nom « Inti Creates », il est souvent suivi de souvenirs de Mega Man Zéro séries. Le développeur excelle dans la fourniture de certaines des meilleures plateformes d'action 2D sur le marché, et c'est un objectif fixé par la société depuis qu'elle a ouvert ses portes en 1996.

Après la création du développeur, les joueurs ont eu droit à de nombreux jeux de plateforme d'action notables, tels que le Mega Man Zéro série et certains de ses titres ultérieurs comme Mega Man 9 et 10. 2002 Mega Man Zéro pour Game Boy Advance serait le premier jeu du portefeuille du développeur à être localisé en occident : il a été bien accueilli par les joueurs, ce qui a permis à la société de développer la série jusqu'à Mega Man Zéro 4 en 2005.

En 2013, il a été annoncé qu'Inti Creates aiderait au développement de Keiji Inafune Puissant n ° 9. Malgré une campagne Kickstarter réussie (et record), Puissant n ° 9 entrerait dans l'enfer du développement et s'avérerait ne pas être ce que les fans avaient espéré – un véritable successeur spirituel de la bien-aimée Méga homme séries. Suivant Puissant n ° 9 lancé en 2016, le jeu a reçu de faibles notes de critiques et des critiques de la part des fans pour une variété de problèmes.

Bien que chacun de ces titres ait fait sa marque dans l'ouest - la plupart recevant des éloges - ce ne serait qu'en 2014 qu'Inti Creates se démarquerait vraiment dans la foule des développeurs avec la sortie de Attaquant Azure Gunvolt.

Attaquant Azure Gunvolt a été annoncé pour la première fois au début de 2014 lors de BitSummit pour la Nintendo 3DS. Le titre serait présenté comme une plate-forme d'action où les joueurs pourraient marquer les ennemis et les détruire en utilisant les attaques à tête chercheuse de Gunvolt. Le gameplay serait similaire à Mega Man Zéro, mais utiliserait le large éventail d'armes de Gunvolt : de plus, passer à travers chaque niveau dépendrait fortement des compétences et de la technique du joueur.

Attaquant Azure Gunvolt a été publié en tant qu'exclusivité 3DS eShop qui serait plus tard porté sur le PC, avec une version Nintendo Switch en cours. Le protagoniste principal Gunvolt a touché tous les bons accords avec les joueurs occidentaux dans une conversation avec DoubleShockers lors de la GDC 2016, le président et chef de la direction d'Inti Creates, Takuya Aizu, a commenté les conceptions de personnages du développeur en déclarant : anime et essayez d'être comme le personnage.

La popularité de Gunvolt donnerait à la série une suite, Azure Striker Gunvolt 2, ainsi qu'une adaptation animée, exclusive à l'eShop Nintendo 3DS. Pour soutenir leurs fans occidentaux, Inti Creates s'associerait à Yacht Club Games pour sortir le Azure Striker Gunvolt : Pack Striker à l'ouest, une sortie physique des deux titres sur la 3DS.

Même si Gunvolt est assez populaire parmi ses fans, Inti Creates a choqué la communauté des joueurs en 2016 avec la sortie d'une autre de leur IP, Gal*Gun : Double paix, sur PlayStation 4, PlayStation Vita et PC. Gal*Gun : Double Paix est un jeu de tir sur rail où les joueurs assument le rôle d'un étudiant impopulaire, Houdai Kudoki, qui a été touché par la flèche de Cupidon et doit maintenant trouver son véritable amour d'ici la fin de la journée, ou souffrir d'être seul pour le reste de sa vie.

Il faut dire que la prémisse du jeu ne rend pas justice au gameplay. Le jeu se joue dans la perspective à la première personne, où les joueurs doivent tirer en approchant des étudiantes frappées par l'amour avec un tir de phéromone qui induit l'euphorie et les soumet assez longtemps pour s'en sortir. Le jeu propose de nombreuses scènes pour un public adulte, y compris des scènes de filles en sous-vêtements, bondage et un mode où il est possible de voir à travers les vêtements des filles.

Suivant Gal*Gun : Double paixannonce, de nombreux joueurs se demanderaient s'il serait censuré en occident en raison de son contenu. Cependant, les relations publiques de l'éditeur PQube Peter Fury ont jeté de l'eau sur les flammes avec un simple tweet disant "Nous avons pleinement l'intention de Fille*Pistolet être entièrement intact de la version japonaise. Pas de censure ici ! Cela s'avérerait vrai lorsque le jeu a été lancé dans l'ouest en 2016 et que les joueurs occidentaux ont pu profiter du même contenu que celui publié dans l'est.

Gal*Gun's Le concept a été initialement présenté par le réalisateur et illustrateur du jeu, Masokito Ito. En tant que fan de la maison de la mort franchise, Ito-san voulait créer un rail-shooter mais au lieu de zombies, ils utiliseraient des filles. Bien que l'équipe de développement ne sache pas quoi penser de l'idée, le vice-président d'Inti Creates était tout à fait d'accord. Fille*Pistolet est sorti en 2011 sur PlayStation 3 et Xbox 360 au Japon, et utiliserait également les contrôleurs Move de la PS3.

Le succès de Gal*Gun : Double paix permettrait à la société d'organiser son propre panel lors de l'Anime Expo 2016, où ils ont pu rencontrer des fans et expliquer comment la demande occidentale pour le jeu a influencé la société à le localiser. Cela fait presque un an depuis ce panel et pendant ce temps, Inti Creates s'est associé à Sunsoft pour sortir Blaster Maître Zéro sur Nintendo Switch et Nintendo 3DS.

Blaster Maître Zéro était initialement prévu pour être publié uniquement sur la 3DS, mais après avoir entendu parler de la Nintendo Switch, Inti Creates a voulu mettre le jeu sur la nouvelle console Nintendo. Blaster Maître Zéro est un remaster de l'original Maître Blaster sortie en 1988 sur la NES, la version remasterisée mettrait à jour de nombreux niveaux et mécanismes de l'original, tout en donnant au jeu un scénario approprié.

Inti Creates prévu pour Blaster Maître Zéro être plein de service de fans, non seulement pour la base de fans établie de la série, mais aussi pour leurs fans. Après la sortie du jeu, ils ont non seulement ajouté une option de difficulté accrue, mais ont également lancé deux nouveaux personnages DLC jouables : Gunvolt (Attaquant Azure Gunvolt) et Ekoro (Gal*Gun : Double Paix). Chaque nouveau personnage ajoute une autre façon d'aborder la campagne du jeu, donnant aux joueurs une raison de rejouer le jeu de plateforme de style rétro.

En ce qui concerne la présence d'Inti Creates dans l'ouest, il est rare qu'un petit développeur japonais soit si catégorique sur le partage des nouvelles et des mises à jour avec les fans occidentaux. Rien qu'en 2017, Inti Creates est apparu à la GDC et à l'E3, avec l'intention d'être présent à TooManyGames, Anime Expo et PAX West.

Au cours d'une conversation avec DoubleShockers à l'E3 2017, nous avons demandé à Aizu-san pourquoi la société doublait le nombre de joueurs occidentaux et apparaissait à toutes ces conventions. Il a répondu:

« Nous organisons également de nombreux événements au Japon, nous créons des jeux d'action en 2D et nous avons beaucoup de gens qui aiment ce genre de jeux au Japon. Cependant, en termes de nombre, nous avons encore plus de fans de ce genre en occident. Étant donné que nous organisons tant d'événements au Japon, TGS et BitSummit pour n'en nommer que quelques-uns, nous voulons que les choses restent justes pour tous nos fans et maintenir cet équilibre entre assister à des événements au Japon et montrer notre visage en Amérique du Nord autant que possible. "

Nous avons ensuite demandé ce qui avait convaincu Aizu-san qu'Inti Creates bénéficierait d'une présence occidentale plus élevée, ce à quoi il a répondu en disant :

« Si vous pouviez identifier un moment dans le temps où nous avons ajouté ce focus, ce serait juste avant le Puissant n ° 9 Kickstarter a été lancé en 2013. J'ai assisté à PAX Prime (maintenant appelé PAX West) et je me suis rendu dans la zone Indie Mega Booth. J'ai vu de nombreux jeux indépendants qui m'ont rappelé ces jeux d'action 2D classiques de style japonais à l'ancienne. J'ai vu non seulement les développeurs heureux de créer ces jeux, mais aussi les joueurs appréciant leur temps à y jouer. Je me suis dit : « Mec, il y a tellement de gens ici qui aiment ce genre de jeux et qui aiment créer ce genre de jeux. C'est ce qu'est Inti Creates et je voulais aussi faire partie de ce monde. » À partir de ce moment-là, j'ai voulu intégrer nos jeux aux fans en dehors du Japon.

Depuis plus de 20 ans maintenant, Inti Creates est une entreprise axée sur la fourniture de jeux qu'ils souhaitent créer. Ils ont continué à se concentrer sur la création de certains des jeux de plateforme d'action 2D les plus appréciés, tout en utilisant leurs talents pour aider avec d'autres jeux tels que Shantae et la malédiction du pirate et, plus récemment, la prochaine Taché de sang : Rituel de la nuit de légendaire Castlevania développeur Koji Igarashi.

La société a une longue histoire dont la génération actuelle et la nouvelle génération de joueurs devraient être conscientes, mais avec le développeur apparaissant à de nombreux événements orientaux et occidentaux, il sera difficile pour tous les joueurs d'éviter le train de battage Inti Creates pour les années à venir .

Je tiens à remercier personnellement Inti Creates dans son ensemble, ainsi que le président et chef de la direction d'Inti Creates, Takuya Aizu, et le producteur associé et coordinateur des affaires internationales Matt Papa, de m'avoir rencontré à plusieurs reprises pour aider à raconter cette histoire.


Inti Raymi : l'histoire de la grande fête de Cusco

01/06/2018

A Cusco, le mois de juin est synonyme d'Inti Raymi. Depuis l'époque inca, les rues de la ville impériale sont aujourd'hui remplies de célébrations en l'honneur d'Inti, le dieu solaire. Quelle est l'origine de cette fête ? Comment ont vécu les Incas ce mois-ci ? Ici, nous vous racontons tous les détails de la plus grande fête de Cusco.

Origine

A l'époque inca, Cusco a été le théâtre de quatre grands festivals, le plus important d'entre eux était l'Inti Raymi. Cette fête a fait sa première apparition avec l'Inca Pachacutec vers 1430.

Les Incas se réunissaient à chaque solstice d'hiver dans la cité impériale pour accueillir le dieu soleil. Dans la nuit du 23 au 24 juin, les torches du Tahuantinsuyo se sont éteintes pour attendre le lever du soleil.

À cette époque, jusqu'à 50 000 personnes sont arrivées à Cusco de tous les points de l'empire pour participer aux célébrations qui ont duré environ 15 jours. Pendant ces deux semaines, tous les participants, y compris l'Inca et sa famille, des prêtres, des nobles et d'autres personnalités du Tahuantinsuyo, se sont réunis sur l'actuelle Plaza de Armas. À cet endroit, ils dansaient, buvaient de la chicha, brûlaient des feuilles de coca et, selon les historiens, sacrifiaient environ 200 lamas en l'honneur d'Inti.

Toutes ces célébrations ont été réalisées pour remercier ce dieu pour les récoltes de l'année et pour tout ce qui a été facilité sur terre. Ainsi, le 24 juin, l'Inca est arrivé à la Plaza de Armas pour attendre le lever du soleil et trinquer avec un verre de chicha, dans laquelle sa famille a également bu et dont les restes ont été jetés à terre. Après cela, ils ont fait un pèlerinage au temple de Qorikancha, où ils ont continué les célébrations.

En raison de l'importance de cette célébration, le 24 juin et la fête Inti Raymi ont marqué le début d'une nouvelle année pour les Incas.

L'Inti Raymi à l'époque coloniale

Avec l'arrivée des Espagnols, les Incas ont dû abandonner toutes leurs traditions car ils étaient considérés comme païens. Ainsi, en 1572 le vice-roi Francisco de Toledo interdit la célébration de l'Inti Raymi mais les habitants de Cusco le font clandestinement.

Pour cette raison, l'Inti Raymi n'a pas vu les rues de Cusco jusqu'en 1944, lorsque l'écrivain et acteur péruvien Francisco Espinoza Navarro a reconstitué la grande fête inca sur la base des écrits laissés par l'Inca Garcilaso de la Vega.

Cette reconstruction a été un succès et les habitants de Cusco ont décidé de continuer à le faire année après année jusqu'à aujourd'hui.

L'Inti Raymi aujourd'hui

Actuellement, l'Inti Raymi est sans aucun doute l'une des fêtes les plus importantes de Cusco. Chaque 24 juin, des milliers de touristes arrivent dans la ville impériale pour profiter des différentes célébrations qui se déroulent dans le temple de Qorikancha, la Plaza de Armas et la forteresse de Sacsayhuaman.

Sacsayhuaman est, sans aucun doute, l'endroit le plus magique pour profiter de cet événement. Environ 750 comédiens se rassemblent sur l'esplanade de la forteresse et, vêtus de costumes de l'époque et au rythme de la musique andine, ils interprètent une représentation de ce qu'était cette fête pour les Incas.

Jour des fermiers et jour de Cusco

L'importance de l'Inti Raymi dans la ville impériale s'est également reflétée dans d'autres événements. D'une part, le Pérou célèbre la Fête du Paysan le 24 juin, car c'est le jour idéal pour demander les récoltes.

D'autre part, le gouvernement de cette ville a décidé de nommer le 24 juin comme Jour de Cusco et cela montre ainsi la grande importance de cette fête pour la ville impériale.

Comment voir l'Inti Raymi


La fête Inti Raymi fait partie de ces choses dont il faut profiter au moins une fois dans sa vie. Pour cela, vous avez plusieurs options :
– Si vous voulez voir le spectacle sur Qorikancha, sachez qu'il n'y a pas de billets, mais les gens sont situés à la périphérie du temple et de là ils voient toute la représentation

– Si vous souhaitez voir tout ce qui se passe sur la Plaza de Armas de Cusco, nous vous recommandons d'y aller très tôt pour obtenir un espace entre les arcades, car le reste de la place est fermé pour que des représentations aient lieu. De plus, vous pouvez réserver une place dans l'un des bars et restaurants de la Plaza de Armas et depuis les balcons desquels vous aurez une vue privilégiée. Bien sûr : vous devrez payer plus cher que le reste des jours puisque les prix varient dans ces restaurants pendant les représentations.

– Si vous voulez vivre la magie de la forteresse de Sacsayhuamán, vous devrez acheter vos billets bien à l'avance (ils sont en vente environ trois mois avant l'événement et vous pouvez le faire via le Web). Le prix des billets est de 100 ou 150 dollars, selon les sièges que vous choisissez et les moins de 12 ans bénéficient d'une réduction de 50%.

L'Inti Raymi est le meilleur moyen de comprendre ce que la nature signifiait pour les Incas. Venez nous rendre visite et vivez une expérience unique dans cette grande fête!


En 1944, Inti Raymi a été relancé une fois de plus et ces derniers temps, il a connu une forte résurgence. Pour la population indigène du Pérou, la célébration du solstice de juin honore le début du voyage du soleil vers « Pachamama », qui se traduit par « Terre mère » en quechua, une langue parlée par quelque 3,2 millions de Péruviens.

Même si beaucoup de choses ont changé depuis l'ancien Inti Raymi, le festival conserve encore toute sa gloire majestueuse ancienne, mais sans la procession d'anciennes momies et un seul sacrifice d'animal au point culminant des célébrations de la journée. Les festivités commencent le matin sur la grande cancha ouverte devant le Temple Inca du Soleil – Korikancha. Le Sapa Inca, interprété par un acteur indigène, ouvre les festivités en invoquant la louange au dieu solaire, Inti. De Korikancha, l'entourage royal continue la courte distance jusqu'à la Plaza de Armas de Cusco. Une cérémonie de lecture de la feuille de coca sacrée a ensuite lieu pour prévoir le sort de l'empire Inca pour l'année à venir.

L'Inti Raymi (Festival du Soleil) à la forteresse inca de Sacsayhuamán à Cuzco, Pérou, le 24 juin 2007 ( CC par SA 2.0 )

L'ancien site archéologique inca de Saqsayhuman est l'endroit où se déroule la dernière partie de la reconstitution. Des milliers de spectateurs locaux ont chanté sur les collines environnantes pour avoir un aperçu de la cérémonie, tandis que des sièges de tribune premium sont disponibles dans l'arène principale de Saqsayhuman. Habillé en grand costume, l'empereur Inca prononce ses derniers mots en quechua avant une reconstitution d'un sacrifice rituel d'un lama. Le festival se termine alors que l'air se remplit du son des cors, de la flûte de Pan et des tambours battants.


Expansion religieuse

La vie religieuse était centrée dans les Andes, près de Cusco, mais à mesure que l'empire inca étendait sa sphère d'influence, il dut intégrer un large éventail de coutumes et de traditions religieuses pour éviter une révolte pure et simple. Les Ayllus, ou clans familiaux, adoraient souvent des entités et des dieux très localisés. L'Inca au pouvoir a souvent incorporé ces divinités dans le cosmos Inti. Par exemple, Pachamama, la déesse de la Terre, était une divinité longtemps vénérée avant l'Empire Inca. Elle a été incorporée dans la culture inca en tant qu'entité divine inférieure. De même, les Chimú de la côte nord du Pérou adoraient la Lune plutôt que le Soleil, probablement en raison du climat chaud et aride et de leur proximité avec l'océan. Les Incas ont également incorporé la Lune dans leurs mythes et pratiques religieux sous la forme de Mama Killa.


Inti - Histoire

Chaque année, le 24 juin, Cusco célèbre le festival Inti Raymi. Cette fête était célébrée par les Incas comme la Fête du Soleil où le Dieu du Soleil Wirracocha est honoré. L'Inti Raymi symbolise la consécration éternelle du mariage entre le Soleil et ses fils, les êtres humains. L'Inti Raymi était la fête la plus importante de l'empire Inca Tawantinsuyu qui basait sa religion sur le culte du Soleil. Le 24 juin, ils célèbrent le solstice d'hiver, c'est-à-dire le début de la le nouvel an du soleil . Scientifiquement, le solstice commence le 21 juin, mais selon le Pacha Unachaq, cadran solaire utilisé par les Incas, le soleil reste quelques jours au même endroit avant de se lever le 24 juin. Ce jour a été proclamé par le grand prêtre comme le Nouvel An : Inti Raymi !

Les habitants de Cusco impliquent traditionnellement à peu près tout le monde, y compris les touristes, pour profiter et s'émerveiller de cette journée des plus spéciales. D'innombrables événements supplémentaires sont à voir avant, pendant et après le 24. Il s'agit d'expositions, d'activités de rue et de place en journée et en soirée, des concerts en direct donnés par le meilleur des divers talents musicaux du Pérou, mis en scène sur la Plaza the Armas. C'est le deuxième plus grand festival d'Amérique latine, après le carnaval de Rio.

La plupart des concerts et expositions sont gratuits et sponsorisés par la ville de Cusco et des entreprises péruviennes. Depuis plus d'un demi-siècle, le festival se déroule au complexe archéologique de Sacsayhuamín, aussi appelée la Maison Sacrée du Soleil. Plus de 200 000 personnes se réunissent pour assister au plus beau spectacle de l'année où plus de 500 comédiens font revivre le passé avec fierté. Le point culminant de l'Inti Raymi est l'oraison prononcée par le Sapa Inca et le grand prêtre dans la langue originale des Incas, le quechua. Cette langue ancienne est encore parlée dans de vastes zones à l'intérieur et autour de Cusco, principalement dans les hauts plateaux péruviens. Depuis une dizaine d'années, l'Inti Raymi démarre sur la place devant le Qorikancha, également connu sous le nom de Saint-Domingue dans l'Avenida del Sol (voir photo). Le Sapa Inca honore, d'une voix éloquente et forte, les bénédictions du Soleil et de ce jour le plus sacré. Après cette initiation, le cortège se dirige avec dignité impériale vers la forteresse de Sacsayhuamín. Au sommet, l'Inca est porté sur un trône d'or (voir photo page suivante). L'or et l'argent abondants portés par les hommes et les femmes, respectivement, représentent leur statut de haute société et invoque un profond respect pour leur empire déchu.


Le festival aujourd'hui

Aujourd'hui, Inti Arymi est le deuxième plus grand festival d'Amérique du Sud. Des centaines de milliers de personnes du monde entier convergent vers Cuzco pour un festival du soleil d'une semaine, une célébration marquant le début d'une nouvelle année. Chaque jour du festival est célébré avec des expositions, des foires de rue, et des meules et des danses dans les rues. En soirée, la musique live de groupes péruviens populaires attire les foules sur la Plaza de Armas pour des concerts gratuits. En préparation pour Inti Raymi, des centaines d'acteurs sont choisis pour représenter des personnages historiques. Être sélectionné pour incarner le Sapa Inca (empereur de l'empire Inca) ou sa femme, Mama Occla, est un grand honneur.


Inca tombe aux mains des espagnols

L'empire a atteint son apogée après les conquêtes de l'empereur Huayna Capac, qui a régné de 1493 à 1527 environ.

À son apogée, l'empire comprenait jusqu'à 12 millions de personnes et s'étendait de la frontière de Équateur et la Colombie à environ 50 miles [80 kilomètres] au sud de l'actuelle Santiago, au Chili. Pour soutenir cet empire, un système de routes s'étendait sur près de 25 000 miles (environ 40 000 km), soit environ trois fois le diamètre de la Terre.

Lorsque les Espagnols ont conquis l'Empire Inca, ils ont été impressionnés par ce qu'ils ont vu. « Les villes incas étaient aussi grandes que celles d'Europe, mais plus ordonnées et, à tous égards, des endroits beaucoup plus propres et plus agréables où vivre », a écrit McEwan. En fait, les systèmes routiers et aqueducs des Andes étaient supérieurs à ceux de l'Europe à l'époque.

De l'autre côté des eaux, les Espagnols ont apporté avec eux l'une de leurs armes les plus puissantes et les plus invisibles et ont provoqué des maladies auxquelles les populations incas n'avaient jamais été exposées. La variole a anéanti une grande partie de la population inca, y compris Capac et le successeur qu'il avait choisi.

Après la mort de Capac, ses proches se sont battus pour le pouvoir et son fils, Atahualpa a finalement réussi. Mais le conquistador espagnol Francisco Pizarro a réussi à attirer et à capturer Atahualpa &mdash, le tuant finalement et prenant facilement le contrôle de Cusco avec leurs armes les plus avancées.

Les Espagnols, voulant maintenir la paix avec les habitants, ont installé un "roi fantoche", Manco Inca Yupanqui, selon History.com. Mais lui et ses hommes ont ensuite été contraints de se retirer dans un village de la jungle appelé Vilcabamba, la dernière bouchée de l'empire inca, jusqu'à sa disparition en 1572.


Les fils d'Inti ne périront pas

Le Royaume de Kito était, à bien des égards, un jeu de cartes. C'était un masque. Le jeune roi n'avait aucun pouvoir réel et aucun droit réel au trône. Pour le moment, les ficelles de la marionnette étaient entre les mains de Wesler et Hutten. Mais les aventuriers allemands étaient toujours au sommet d'une pyramide vacillante. Les chefs tribaux qui les avaient soutenus contre Poma ne l'avaient pas fait par bonté de cœur et recherchaient le pouvoir pour eux-mêmes. Leur foi restait impopulaire à l'intérieur du royaume, et les Espagnols qui l'entouraient restaient méfiants vis-à-vis de leurs intentions. Et ils avaient fait un pari très dangereux.

Lorsque Welser avait déclaré le royaume de Kito, il avait accepté la protection de l'empereur romain germanique Charles V. Il n'avait manifestement pas accepté la protection du roi de toutes les Espagnes Charles I. En tant que citoyen impérial, à l'origine, il était logique pour Welser de rendre hommage à l'empereur. Il était également plus logique pour un roi de se soumettre à un empereur que de se soumettre à un autre roi. Et enfin, c'était un moyen sournois d'éviter la bureaucratie coloniale espagnole qui méprisait sa famille. Il relevait directement de Charles, pas d'un vice-roi espagnol. Bref, un stratagème astucieux.

En effet, trop malin de moitié.

Le plan avait été de profiter de la nature fracturée des royaumes des Habsbourg pour jouer avec le système, mais Welser n'avait pas compté sur Charles V pour abandonner l'esprit et partager son empire entre son fils et son neveu. Revendiquant maintenant la protection du Saint Empire romain, les a laissés isolés. Et les Espagnols ne reconnaissaient aucun « Royaume de Kito », ils ne reconnaissaient que les terres concédées à la famille Welser par Charles, en sa qualité de roi de Castille. Il avait été possible de contourner pendant que Charles régnait, mais Philippe n'allait pas supporter ces magouilles.

Avec ses domaines concentrés sur les avoirs espagnols, Philip se souciait beaucoup moins que son père des caprices d'un clan bancaire allemand. Il était toujours endetté et ne voyait aucune raison de les purger en particulier, mais ils n'auraient pas le champ libre. Il n'était pas non plus heureux d'entendre parler d'un autre roi dans ce qui était nominalement sa terre. The Welsers back in Europe tried cajoling the King, and Hutten and Welser tried to rationalize their way out of the situation. They ludicrously argued that Charles V had not abdicated the position of “protector of the Kingdom of Kito” but to no avail. Philip stood strong, and the Welsers were forced to bend. Philp would maintain ultimate authority over what parts of America were claimed by Spain. He acknowledged that the private holdings of the Welsers were not Spanish domains, and he affirmed that the family had the right to manage their grants as they saw fit. But he did require any disputes between the Welsers and other governors to be directed to the Viceroy of New Spain and insisted on his royal fifth of all precious metals Hutten and Welser skimmed all they could, but the royal coffers looked just a bit more full. In official correspondence to Europe, King Tomay became a Prince but was still acclaimed as King in Kito. All was not lost on the imperial front either, as Welser’s cousin Philippine was on the verge of marrying the Emperor’s brother.

The forces inside Kito did not particularly care what King Welser paid homage to. They cared about how the Germans would run their petty kingdom. How would their allies be rewarded? How would they prevent the King from seizing actual power when he came of age? What would they do about religion?

Prior to the desperation of the Mummy Rebellion Welser had been undertaking a policy of letting local authorities do as they pleased, and he continued this policy. If tribute in the form of precious metals kept coming, and political submission maintained, local leaders could rule over their land as they saw fit. But Welser had learned from his mistakes and made sure that any local leaders disloyal to him were removed. In the North natives largely maintained control, but as one progressed south, more and more European leaders emerged, given vast tracts of lands for their loyalty. These new lords were most often brutal in their methods, seeking to offset the demands of the Crowns in Kito and Madrid with huge profits. In an age when the Spanish were trying to impose royal control and erode the power of individuals, Welser and Hutten were eagerly embracing a more feudal model.

The Kitan model of religion was also very loose. All those granted land by Welser and Hutten were required to be Christian, the nominal religion of the King. However, no one made any effort to enforce this provision. Local leaders mostly kept to their own faith, only entering churches when in Kito to meet their overlords. The Europeans were of course uniformly Christian. They varied in religious tolerance. Some were brutal in demanding catholicism, others were more hands-off on the matter.

The years of calm were ones of cautious growth for Kito. Like most places, the population was in a downward spiral, not helped by a generous and largely illegal slave trade up into the Central American holdings of Spain. In human terms, Welser rule was a disaster on par with all colonization efforts. But for its proprietors, it was going well. For the first time since they had entered the sphere, the New World might be profitable for the Welser colony.

And another opportunity soon arose. Castro had never been all that enthused about a neighbor to his north outside of his influence, but he was a pragmatist. He had grievously offended the local elites in Panama, and they had endeavored to make his life difficult, slowing shipments back to Spain, spinning lies about his governance, and other insults. He wanted to strike back. A deal was struck. Ships carrying good from Kito began to dip further south, and certain goods entering Panama under Welser protection often smuggled with them goods Castro send North. In return, Castro sent word to the king praising the Welsers, and the Germans granted a percentage of revenue earned from the transaction. Emboldened, they began to consider an ambitious project to send men to Klein-Venedig overland, although this would be stymied by hostile leadership in Bogota.

Against all odds, it seemed as if Welser and Hutten had righted the ship. And they had. When the peace hovering over the Andes departed, it would not come from them.


Voir la vidéo: Inti Illimani Canto de Pueblos Andinos 1978