James Bowie

James Bowie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

James Bowie est né dans le comté de Burke, en Géorgie, en 1796 (certaines sources pensent que c'était à Elliott Springs, dans le Tennessee en 1795). Il avait une bonne éducation et on prétend qu'il pouvait parler anglais, français et espagnol.

Bowie a quitté la maison en 1814 et s'est installé à Bayou Boeuf, en Louisiane, où il a été impliqué dans l'abattage d'arbres à vendre à la Nouvelle-Orléans. Il a finalement formé un partenariat avec son frère, Rezin Bowie, dans le développement de plantations de canne à sucre en Louisiane. Boone s'est également impliqué dans la traite des esclaves. C'était très rentable et en quelques années, j'ai pu dépenser 65 000 $ sur des terres en Louisiane. Au cours de cette période, Rezin Bowie a conçu ce qui deviendra plus tard un couteau Bowie.

En 1828, Bowie décide de se rendre au Texas où il espère poursuivre sa politique de spéculation foncière. Cela a été un grand succès et au moment où il a épousé Ursula Maria de Veramendi en 1831, il a été déclaré que sa succession valait 250 000 $.

En 1833, Bowie se rendit à la Nouvelle-Orléans pour affaires. Pendant son absence, sa femme et ses deux enfants sont morts dans une épidémie de choléra. En 1835, un groupe de colons anglo-américains de la province mexicaine du Texas s'est rebellé contre la domination mexicaine. La révolution du Texas a commencé le 2 octobre 1835 et des tentatives ont été faites pour retirer le général Perfecto de Cos de sa base à San Antonio de Bexar.

Le 28 novembre 1835, un groupe de volontaires sous la direction de Bowie et Edward Burleson attaqua un train muletier mexicain. On croyait que le train muletier prenait de l'argent pour payer les soldats mexicains sous le contrôle du général Perfecto de Cos. Après une brève fusillade, les Mexicains s'enfuirent en laissant derrière eux leurs mules. Les Texans ont découvert que les mules contenaient de l'herbe plutôt que de l'argent.

Peu de temps après le début de la rébellion, les Texans encerclèrent San Antonio de Bexar. Le 7 décembre, un groupe de volontaires dirigé par Ben Milam a attaqué la ville. Après la mort de Milam le 7 décembre, Bowie prend la tête des rebelles. Après deux jours supplémentaires de combats, le général Perfecto de COs a appelé à la tenue de négociations. Les commandants ont offert aux rebelles le contrôle de San Antonio de Bexar en échange de l'autorisation de ses hommes à retourner au Mexique.

Le général Antonio Lopez de Santa Anna et 7 000 soldats mexicains arrivèrent à San Antonio le 23 février 1836. Environ 200 Texans se réfugièrent dans les terres fortifiées de l'Alamo. Le colonel William Travis reçut le commandement des réguliers et James Bowie les volontaires. Cependant, Bowie a été frappé par la typhoïde et Travis a finalement pris le commandement exclusif de la forteresse.

Santa Anna a ordonné le bombardement de l'Alamo mais les Texans ont refusé de se rendre. Le 6 mars, l'armée mexicaine prend d'assaut la forteresse. Au cours de la bataille 189 Texans ont été tués. Cela comprenait James Bowie, William Travis et Davy Crockett. On estime que 1 500 Mexicains sont morts pendant les combats.

Promu au grade de colonel, il reçut le commandement des forces volontaires de la forteresse d'Alamo. Cependant, il a été frappé par la typhoïde et le colonel William Travis a pris le commandement exclusif du fort. On pense qu'il a été tué par les Mexicains alors qu'il était allongé dans son lit le 6 mars 1836.


L'inventeur du couteau Bowie n'est pas celui que vous pensez

Selon l'Encyclopedia of Arkansas, James "Jim" Bowie faisait partie d'une famille de pionniers qui "qui s'est installée au début de l'Arkansas et de la Louisiane" et était connu pour "tuer [ing] un homme et blesser gravement [ing] un autre avec un ' grand couteau"" dans une bagarre connue sous le nom de "Sandbar Duel" le 19 septembre 1827 à Natchez, Mississippi. Selon Legends of America, le duel était censé avoir lieu entre Samuel Levi Wells III et le Dr Thomas Harris Maddox Bowie avait simplement accompagné Wells. "Tout l'enfer s'est déchaîné", cependant, après que Wells et Maddox se sont tiré dessus et ont raté. la lame mortelle. » Les gens ont commencé à demander aux forgerons de leur fabriquer des « couteaux Bowie ».

Qu'est-ce qui fait d'un couteau un couteau Bowie, de toute façon ? Selon Flux de champ et d'amp, même les experts en couteaux ne peuvent s'entendre sur ce qui fait un "vrai Bowie", mais ils ont néanmoins "formé les idéaux américains de ce que devrait être un couteau pendant près de 200 ans". Les caractéristiques communes incluent une poignée en forme de cercueil, une garde croisée lourde - le morceau de métal trouvé à angle droit par rapport à la lame au-dessus de la poignée - et une "lame à clip de balayage" avec un "bord supérieur partiellement tranchant". La lame elle-même peut mesurer entre 9 et 12 pouces de longueur.


La présence d'un filon de minerai riche en argent a fait l'objet de discussions à San Antonio et dans les autres colonies du Texas dès 1753. Finalement, les histoires avaient la mine à plusieurs endroits, y compris sur la rivière San Saba. Le site était un presidio et une mission établis par les Espagnols et détruits par des Indiens hostiles en 1758. Une version de l'histoire prétendait que les veines étaient si riches que tous les colons espagnols de San Antonio à l'époque pouvaient avoir leurs propres mines, extrayant de merveilleux richesse. Bowie a entendu les histoires de richesse à avoir pour le creusement et a été intrigué. Il a sollicité la permission de conduire un groupe d'hommes sur le site.

Il a obtenu la permission, mais le gouvernement a refusé de financer l'expédition. Pour payer les fournitures et l'équipement nécessaires, Bowie s'est tourné vers son beau-père obligeant. En novembre 1831, James et Rezin Bowie menèrent un groupe de neuf autres hommes dans le pays indien à l'ouest. Le 19 novembre, ils campèrent à environ six miles à l'est de la rivière San Saba, où des belligérants les attaquèrent. Le groupe de Bowie a chassé les Indiens après une journée de combat dans une chênaie, bien qu'un des hommes ait été tué et plusieurs autres blessés. Incapable de soigner adéquatement les hommes blessés, le groupe de Bowie est retourné à San Antonio. Il a fait une autre tentative pour trouver la mine en janvier.


James Bowie est né dans le Kentucky mais a passé la majeure partie de sa vie en Louisiane. Il a travaillé comme spéculateur foncier pendant cette période. Bowie a déménagé au Texas en 1830 et est devenu citoyen mexicain et a épousé Ursula Veramendi. Elle était la fille du vice-gouverneur mexicain de la province. Bowie a rejoint la milice du Texas au début de la révolution du Texas où il a dirigé les forces lors de la bataille de Concepción et du Grass Fight. Il arriva à l'Alamo en janvier 1836 où il commanda les forces jusqu'à ce qu'il tombe malade. Bowie est décédé avec d'autres défenseurs le 6 mars.

Le 19 septembre 1827, il y a eu un duel entre deux hommes dans le Mississippi, où Bowie se trouvait à l'époque. 16 hommes ont assisté au duel. « . Cela a conduit à la popularité du couteau Bowie.


Le couteau Bowie survit

Personne ne sait ce qui est arrivé au couteau de Bowie. Très probablement, il a été récupéré par l'un des hommes qui l'a tué et soit ramené au Mexique, soit perdu ou re-balayé lors de la bataille de San Jacinto, au cours de laquelle l'armée de Santa Ana a été vaincue.

C'était le « vrai » Bowie. C'était probablement un gros couteau, avec une lourde lame de 10 pouces, plus ou moins. Il avait probablement un faux bord concave, aiguisé, et des quillons jumeaux. C'était une arme, pas un outil, et ses copies sont devenues extrêmement populaires dans le Sud et à la frontière. La demande est devenue si importante que les couteliers anglais de Sheffield sont devenus un fournisseur majeur de Bowies que nous connaissons d'au moins 40 fabricants. Il y avait 40 autres entreprises américaines qui les fabriquaient, et quelques petits couteliers tels que Will & Finck à San Francisco et Searles à Baton Rouge qui produisaient de très bons Bowies.

Et il y avait des milliers d'incalculables produits par les forgerons. Ceux-ci étaient gros, grossiers et lourds. Les soldats confédérés aimaient être photographiés avec des Bowies colossaux coincés dans leurs ceintures, mais je pense que c'était surtout pour l'appareil photo. De toutes les blessures infligées pendant la guerre civile, 0,04 % ont été causées par des armes blanches, ce qui inclut les épées et les baïonnettes. Je soupçonne que mettre un Yank à la baïonnette ou le tuer à mort était un peu trop sinistre pour tous, sauf pour les Rebs les plus dévoués.

De plus, un Bowie n'était utile que comme une arme, et si vous étiez un fantassin Secesh faisant des marches de 30 milles à 4 milles à l'heure, jour après jour, sans assez à manger, la dernière chose dont vous aviez besoin était de 3 livres de temps en temps. acier utile coincé dans votre ceinture.

Après la fin de la guerre civile et l'essor du revolver à cartouche, le Bowie dans sa forme originale est devenu une relique. Mais il continue de prospérer. Le Ka-Bar, qui est un Bowie très réduit, est dans l'inventaire de nos forces armées depuis 1943. C'est un outil d'abord et une arme ensuite. Le couteau de combat polyvalent Randall Model 1 a été à peu près le même temps et a servi dans toutes les guerres auxquelles nous avons participé. C'est aussi un Bowie.

Les collectionneurs adorent les Bowies. Si vous allez sur le site Web d'Arizona Custom Knives, qui en est le plus grand fournisseur, vous pouvez voir toutes sortes de Bowies de toutes sortes de forgerons. Il y en a des simples et des fantaisies, des grands et des petits, des moches et des gracieux. Tous sont, j'en suis certain, de bien meilleure qualité que tout ce dont Jim Bowie a porté ou rêvé.

Si vous souhaitez en posséder un, je vous suggère le Western Cutlery Model W49, qui est le grand Bowie de cette entreprise (maintenant disparue). C'est un excellent couteau. Il y en a beaucoup dans le coin, et certains peuvent être achetés à bon marché. Les Marine Raiders l'ont délivré à leurs membres sous le nom de V49 pendant la Seconde Guerre mondiale, et Robert Redford en porte un dans Jérémie Johnson. A partir de là, le ciel est la limite. Si vous souhaitez un Bowie des légendaires forgerons Bill Moran, ou D.E. Henry, vous devrez contracter une deuxième hypothèque pour la payer.

Bowie, selon les normes d'aujourd'hui, n'était pas un gars admirable, et si Cancel Culture découvre un jour son existence, il est foutu. Mais si vous admirez le courage, personne n'en avait plus. Et personne n'a remis en question le sien… et a vécu.


Comment Bowie est-il mort à l'Alamo ?

Andrea Castanon de Villanueva, plus connue sous le nom de Madame Candelaria, a donné plusieurs récits différents en tant que témoin du siège de l'Alamo. Ils sont tous en conflit quant à la manière dont Bowie a été tué, mais s'accordent sur les symptômes de sa maladie. Les descriptions de l'état de Bowie par d'autres témoins concordent avec le récit de Candelaria selon lequel il souffre d'essoufflement, d'une toux continue, d'un pouls rapide et de fièvre, et d'une perte de « chair considérable ». [12] Il faut toutefois noter que la crédibilité de Candelaria doit être examinée de près, car elle n'avait aucune formation médicale ou infirmière et s'est souvent contredite lors des entrevues. Dans une interview de 1890, elle était convaincue qu'il était "très malade de la fièvre typhoïde", tandis que dans une interview de 1899, elle a déclaré que Bowie était "affligé de consomption". [13]

Généralement, il n'y a pas de symptômes respiratoires associés à la fièvre typhoïde. [14] Henderson Yoakum, un éminent avocat, historien et représentant du Congrès du Texas a présenté un argument solide réfutant la prétention de Candelaria d'avoir été l'infirmière de Bowie. Dans une lettre datée du 8 janvier 1870, adressée à un destinataire inconnu, Yoakum affirme que Juana Alsbury a soigné Bowie à l'Alamo et que Madame Candelaria n'était même pas présente au moment du siège. [15] Yoakum a déduit que Mme Alsbury aurait été le choix pour allaiter Bowie car elle était la nièce de l'ancien gouverneur Veramendi et la belle-sœur de Bowie. La note affirme qu'Alsbury n'était pas au courant d'une autre femme allaitant Bowie.

Les preuves contradictoires ne sont pas nouvelles dans l'histoire de l'Alamo, car les mythes et les légendes abondent depuis le 6 mars 1836, le jour où les troupes de Santa Anna ont renversé l'Alamo et massacré ses défenseurs. Un qui était autrefois considéré comme un fait, qui a depuis été réfuté par les historiens, est que Bowie est tombé d'un parapet, entraînant une blessure qui a causé son déclin physique. Médicalement, cela était possible si sa blessure entraînait une embolie pulmonaire. Les emboles sont souvent le résultat d'un caillot sanguin allant de la jambe aux poumons, mais ils peuvent également se développer à partir d'un dépôt graisseux se délogeant d'un os cassé. Si Bowie était tombé d'une telle hauteur, une fracture de l'une de ses côtes, ou de n'importe quel os, était hautement probable. Les embolies non traitées sont mortelles et les symptômes, qui comprennent un essoufflement, des douleurs thoraciques et une toux sanglante, se présentent soudainement. [16] Tous ces éléments correspondent à la description de la maladie de Bowie, mais aucun document n'a été trouvé pour prouver qu'il est tombé. Le seul témoignage documenté et incontesté est que Bowie était cloué au lit au moment de l'assaut sur l'Alamo.

Toutes les soi-disant infirmières de Bowie ont convenu qu'il était cloué au lit au moment du siège, mais un soldat de l'armée de Santa Anna a nié avoir vu Bowie ou quelqu'un d'autre au lit lorsque l'armée mexicaine a pris d'assaut le complexe. Dans son journal, Avec Santa Anna au Texas, José Enrique de la Pena décrit vivement la scène du matin du 6 mars 1836, comme celle d'une confusion sanglante et d'un carnage insondable. Selon de la Pena, Travis ne s'est pas retiré lorsque les troupes mexicaines ont escaladé les murs de la forteresse, il est plutôt mort au combat. Il a décrit les autres comme des « défenseurs terrifiés » qui « se sont retirés » et « ont verrouillé et renforcé les portes ». [17]


Parlez comme un Texan : la prononciation de Bowie Knife, Jim Bowie et David Bowie

Une enquête sur la prononciation impliquant deux hommes Bowie connus pour vivre en grand.

Comment, en tant que Texan, dites-vous le nom de Bowie ? Est-ce que ça rime avec Louie, ou neigeux ? Ou le dites-vous différemment selon que vous parlez du héros d'Alamo ou de la rock star britannique ?

Selon une enquête sur les dialectes de l'Université d'État de Caroline du Nord Joshua Katz, les Texans sont parmi les seuls Américains à encore faire rimer Bowie avec gluant, bien que la partie d'entre nous qui le fasse semble diminuer à mesure que la renommée de Ziggy Stardust éclipse celle du Texas, James.

Avec la saison d'Alamo à nos portes, revenons sur Jim Bowie, le couteau qu'il a rendu célèbre, et comment il a inspiré le nom d'une rock star anglaise transcendante.

Il est sûr de dire qu'aucune lame n'est plus clairement identifiée au Texas que le couteau Bowie. James Bowie le portait sur sa hanche depuis ses jours de cape et d'épée en tant que prostitué en Arkansas et en Louisiane, des années avant de venir au Texas et de consolider sa réputation nationale par sa mort à l'Alamo.

Les origines du couteau Bowie, également connu sous le nom de " cure-dent Arkansas ", sont obscures et vivement contestées. Mais il est généralement admis que si Bowie ne l'a pas inventé, il l'a rendu célèbre, même s'il y a une possibilité qu'il n'en ait jamais brandi un dans sa seule expérience dans un combat au couteau.

Ce serait le Sandbar Fight en 1827, une sorte de précurseur dans la tradition américaine violente du Shootout à l'O.K. Corral qui s'est produit près de Natchez, Mississippi. Un duel au pistolet entre deux hommes s'est transformé en une bagarre mortelle sans merci sur une petite île du fleuve Mississippi. Il s'agissait d'une douzaine de partisans duellistes, dont deux tués et deux autres grièvement blessés. Bowie faisait partie des blessés et, en fait, son refus de mourir dans ce combat était carrément raspoutine. Il a été frappé une fois sur la tête avec un pistolet lourd, a tiré dans une cuisse et un poumon, et a été poignardé au moins sept fois, mais a réussi d'une manière ou d'une autre à enfoncer mortellement l'un de ses assaillants avec un long couteau que son frère Rezin lui avait donné pour lui-même. -protection.

Alors que les détails colorés du combat se propageaient des journaux de Natchez à Philadelphie et de New York au public à l'étranger, le mythe de Jim Bowie, héros folklorique frontalier combattant au couteau, est né. Il en va de même pour une nouvelle forme de couteau : le couteau à lame longue, à pointe incurvée et à double tranchant, équipé d'une protection croisée pour les mains. Les historiens se demandent encore qui l'a inventé et prétendent que c'était Rezin Bowie, peut-être supervisant un forgeron anonyme, ou peut-être était-ce l'œuvre d'un forgeron de l'Arkansas nommé James Black. Mais comme le dit le biographe de Bowie, William C. Davis, son invention n'a pas d'importance, tout comme le fait de savoir si le couteau qu'il a utilisé dans le Sandbar Fight ressemblait réellement au type donné à son nom. Après ce jour, James Bowie était irrévocablement lié au couteau Bowie.

Après la bagarre, le couteau Bowie a pris sa propre vie. Ces couteaux ressemblaient aux fusils d'assaut de leur époque : populaires et controversés. À une époque où les pistolets n'étaient pas fiables et difficiles à recharger, c'était l'arme idéale pour le combat rapproché et portable, fiable, facile à utiliser de manière répétitive et très meurtrière. C'était un véritable engouement accompagné de nombreuses effusions de sang, et plusieurs États du Vieux Sud les ont interdits dans les années qui ont suivi le combat.

Selon la Texas State Historical Association, entre les années 1830 et la guerre de Sécession, des dojos de combat au couteau Bowie sont apparus partout à la frontière, du Mississippi et de l'Arkansas au Texas. Les Héraut de la rivière Rouge de Natchitoches, en Louisiane, a rapporté, &ldquoTout l'acier dans [ce] pays, il semblait avoir été immédiatement converti en couteaux Bowie.&rdquo Les entreprises sidérurgiques britanniques ont reconnu l'opportunité et ont inondé le marché américain de couteaux, dont certaines lames étaient gravées de slogans sanguinaires et patriotiques. comme &ldquoPatriot&rsquos Self Defender,&rdquo &ldquoDeath to Abolition,&rdquo &ldquoDeath to Traitors,&rdquo &ldquoAmericans Never Surrender»,&rdquo et, selon la Texas State Historical Association, même la déclaration purement sociopathique &ldquoI&rsquo a pris l'inspiration du croupier Aquaze Ripper. en se nommant Le couteau Bowie, avec la devise, &ldquoVous touchez, et nous transperce.&rdquo

Plus d'un siècle plus tard, des mots similaires ont été prononcés par un Anglais né David Robert Jones. &ldquoLe nom Bowie m'attirait juste quand j'étais plus jeune,» David Bowie a dit un jour à William Burroughs, écrivain culte de Beat Generation (et ancien producteur de pot texan). &ldquoJ'étais dans une sorte de philosophie lourde quand j'avais seize ans, et je voulais un truisme sur le fait de couper à travers les mensonges et tout ça.&rdquo

Deux ans plus tard, Bowie a dit Personnes qu'il a choisi le nom parce que c'était « le couteau américain ultime », et a affirmé que la personnalité qu'il avait créée en lui était « le moyen d'expression pour un conglomérat de déclarations et d'illusions. Je n'ai aucune confiance en David Jones en tant que personnalité publique.&rdquo

L'hommage à Bowie était le seul fandom d'Alamo de l'autre côté de l'étang. John Wayne & rsquos 1960 film et Jim Bowie, une émission télévisée des années 1950, a suscité un engouement pour Alamo au début des années 1960 en Grande-Bretagne. Phil Collins a une obsession singulière pour le lieu. Les Rolling Stones se sont drapés de drapeaux confédérés et britanniques avant eux lors d'une tournée en 1975. Donovan, autrefois présenté sous le nom de &ldquotthe British Bob Dylan&rdquo, a écrit une chanson intitulée &ldquoRemember the Alamo&rdquo (dans laquelle il prononce le nom de James Bowie&rsquo à la manière &ldquosnowy&rdquo). Et, bien sûr, il y a eu le fiasco d'Ozzy Osbourne en matière de stupidité ivre.

Lorsque le chanteur a adopté le nom de combattant d'Alamo, il l'a prononcé &ldquoBow-ey&rdquo pour rimer avec &ldquoshowy.&rdquo Ceci est vérifié de manière confuse par le fait qu'il a nommé son fils Zowie Bowie, mais a prononcé ce prénom comme &ldquoZo&rdquo plutôt que &ldquoZow-ee .&rdquo

Même ainsi, la moitié de l'Angleterre prononçait son nom de scène comme s'il rimait avec &ldquowow-ee.&rdquo C'était assez pour embrouiller même David lui-même.

En 2000, un intervieweur de la BBC lui a demandé s'il se sentait plus comme &ldquoBowie [prononcé comme &lsquowow-ee&rsquo] ou comme David Jones, le garçon du sud de Londres ?&rdquo

&ldquoDe moins en moins comme Bowie [comme &lsquoboh-ee&rsquo], Bowie [comme &lsquowow-ee&rsquo], Bowie [comme &lsquoboo-ee&rsquo] &ndash je ne sais même plus comment le prononcer, j'ai répondu qu'il avait perdu la trace,&rdquo il &ldquoJ'ai toujours pensé que c'était &lsquoboh-ee,&rsquo je pensais que c'était un nom écossais, ça doit être &lsquoboh-ee,&rsquo mais personne en Ecosse ne le prononce comme ça, ils le prononcent &lsquoboo-ee&rsquo je pense.&rdquo

En effet, comme dans la liqueur écossaise Drambuie. &ldquoDram&rdquo signifie boire en gaélique écossais, et &ldquoBuie&rdquo (rime avec gluant) est une variante de buidhe, le même mot racine qui nous donne le nom de famille Bowie. Selon la légende de l'entreprise, le nom de la liqueur à base de whisky écossais au miel et aux herbes signifie "la boisson qui satisfait", donc dans ce sens, avec "ldquodram" signifiant boisson, "ldquobuie" doit signifier la satisfaction. Selon l'histoire du nom de famille pour le nom Bowie, ce même mot racine signifie &ldquofair-haired&rdquo (qui décrit à la fois Bowies, James et David).

Aujourd'hui, il y a peu de similitudes entre le chanteur et le héros folk américain, au-delà d'une propension à vivre grand. (Il n'y a aucune preuve d'une décennie de consommation de cocaïne de la part de James Bowie, mais il était connu pour goûter plus d'un ou cinq drams à la fois et aimait jouer.) Le Texan Bowie est considéré par certains comme un conquérant impérialiste, et il est universellement reconnu qu'il n'était pas seulement un propriétaire d'esclaves, mais aussi un passeur d'esclaves, une profession considérée comme déplaisante même dans le sud d'Antebellum. C'est loin de David Bowie, créateur bisexuel et androgyne d'hymnes qui ont le plus résonné avec les enfants de théâtre (et les enfants de théâtre dans l'âme) des deux côtés de l'Atlantique.

Mais il y a une dernière grande qualité d'image qu'ils avaient en commun : ils étaient tous les deux aussi nerveux à leur manière que le couteau auquel James a donné son nom et dont David a pris le sien. C'est vrai, quelle que soit la façon dont vous tranchez le nom & ldquo Bowie & rdquo & mdash que nous, les Texans, qui pouvons à nouveau posséder légalement des couteaux Bowie après l'année dernière, le House Bill 1935, prononçons correctement.


En 1819, Bowie a combattu dans la longue expédition, une tentative de prendre le contrôle du Texas espagnol. En 1827, il se bat en duel avec Norris Wright, le chef de la paroisse des Rapides. Il a réussi à tuer Wright malgré le fait qu'il ait été grièvement blessé. L'incident est devenu connu sous le nom de Sandbar Fight et il a reçu beaucoup d'attention. Le type spécifique de couteau qui Bowie utilisé est devenu très célèbre. En 1830, il s'installe au Texas. Il a rejoint la révolution du Texas en 1835. Il est devenu le commandant d'un groupe de soldats volontaires. Il a combattu dans la bataille de Concepcion et dans le Grass Fight.

Bowie tomba malade avant la bataille de l'Alamo et ne put plus exercer ses fonctions de commandant. Il est mort lors de l'attaque des Mexicains le 6 mars 1836. Son corps a été brûlé sur un bûcher funéraire avec les autres soldats. Un an plus tard, le général Juan Seguin inhuma les cendres dans la cathédrale de San Fernando.


James Bowie

Un nom lié à jamais à la bataille d'Alamo est James Bowie. Bien que n'étant pas encore un nom familier comme "Crockett" au moment de la bataille, Bowie et ses exploits avaient acquis une renommée dans certains milieux. Sa mort le 6 mars 1836 lui assura cependant une place dans l'histoire comme l'une des figures les plus intéressantes du Texas.

De nombreux Américains de la première heure ont été attirés par la frontière occidentale de la nouvelle république, parmi lesquels les Bowies. Les parents de James avaient vécu dans le Tennessee avant de déménager dans le Kentucky, où James est né en 1796. De nouveau en 1800, la famille a traversé le fleuve Mississippi dans le Missouri et s'est installée dans ce qui était alors la Louisiane espagnole. À la suite de l'achat de la Louisiane en 1803, les Bowies se sont de nouveau déplacés, cette fois dans le sud-est de la Louisiane. N'étant pas encore un État, la Louisiane conserve encore une atmosphère de frontière.

James s'est rapidement lancé seul, avec l'intention de laisser sa marque dans le monde. Dans le sud d'avant-guerre, deux produits pourraient conduire à la richesse et à la respectabilité : la terre et les esclaves. James Bowie a spéculé dans les deux. Peu de temps après, il avait acquis le titre sur des milliers d'acres dans tout le territoire de la Louisiane et de l'Arkansas. La spéculation à gros enjeux était une entreprise risquée et tout en amassant une petite fortune, Bowie se faisait également des ennemis. En 1826, Bowie a été blessé par balle par un rival dans le hall d'un hôtel d'Alexandrie, un événement qui s'est avéré être un tournant pour lui.

James et son frère aîné, Rezin, partageaient une relation extrêmement étroite. Soucieux de la sécurité de son frère, Rezin a donné à James un couteau de boucher à longue lame. Le « Bowie Knife », comme on l'appelait, a acquis sa réputation l'année suivante entre les mains de James près de Natchez lors d'un incident connu sous le nom de Sand Bar Fight. Bien que abattu à deux reprises et poignardé à plusieurs reprises, James était toujours capable de repousser ses agresseurs. L'incident a fait de l'homme et du couteau des légendes alors que la nouvelle du combat mortel se répandait. La demande pour le « Bowie Knife » a augmenté alors que d'autres voulaient posséder une arme aussi redoutable.

James Bowie a immigré au Texas en 1830 après que les autorités américaines eurent déterminé que bon nombre de ses revendications territoriales étaient enracinées dans la fraude. Un homme charmant et énergique dans la mi-trentaine, Bowie a visité San Antonio de Béxar où il a rencontré Ursula de Veramendi, la fille de Juan Martín de Veramendi, vice-gouverneur de l'État mexicain de Coahuila y Tejas. James et Ursula se sont mariés en 1831. Ainsi, Bowie s'était allié à l'une des familles les plus puissantes du Texas et à la communauté Tejano. Tragiquement, sa jeune épouse et ses parents sont morts à Monclova en 1833 lorsqu'une épidémie de choléra a balayé le nord du Mexique.

S'appuyant sur ses anciennes compétences, Bowie spécula sur les terres du Texas. Il a également recherché une mine d'argent perdue qui se trouverait près des ruines d'une ancienne mission espagnole, Santa Cruz de San Sába. Bien qu'il n'ait jamais trouvé le trésor insaisissable, Bowie a gagné l'admiration de ses concitoyens lorsque lui et son petit groupe de prospecteurs ont résisté pendant plusieurs jours à une grande bande d'Indiens hostiles qui ont attaqué leur camp. Le titre de « combattant indien » n'a fait qu'ajouter à sa réputation.

Le rôle de Bowie dans la révolution du Texas s'étend au-delà de sa participation bien connue à la bataille d'Alamo. Pendant le siège de Béxar en octobre 1835, Bowie a servi dans l'état-major de Stephen F. Austin, commandant de la « Federal Army of Texas ». Le matin du 28 octobre, les troupes des colonels Bowie et James W. Fannin ont repoussé une plus grande force de soldats mexicains, remportant la bataille de Concepcíon. Le 26 novembre, les troupes de Bowie ont aidé à capturer un troupeau de chevaux mexicains dans ce qui devait être appelé le Grass Fight. Bowie quitta l'armée et manqua donc la bataille de Béxar (5-10 décembre 1835) au cours de laquelle les Texans battirent le général Martín Perfecto de Cos et forcèrent la garnison mexicaine à se retirer sous le Rio Grande.

En janvier 1836, Bowie retourna à San Antonio à la demande du général Sam Houston. Une fois sur place, lui et le lieutenant-colonel James C. Neill, commandant de l'Alamo, ont convenu que l'endroit devait être défendu car il était clair que l'armée mexicaine prévoyait de réoccuper le Texas. « Le colonel Neill et moi-même sommes parvenus à la résolution solennelle que nous préférons mourir dans ces fossés plutôt que de céder ce poste à l'ennemi », informa Bowie au gouvernement provisoire.

Le départ de Neill de l'Alamo le 11 février 1836 a ouvert la voie à une lutte potentiellement sérieuse pour le commandement. Neill avait laissé William Barret Travis, un lieutenant-colonel de la nouvelle armée du Texas, en charge de la garnison, mais la majorité des hommes voulaient que le populaire « colonel » Bowie les dirige. Après la tenue d'une élection, les deux officiers se sont installés sur un commandement conjoint avec Travis en charge des réguliers et Bowie en charge des volontaires. C'est ainsi qu'en était la situation le 23 février 1836, lorsque l'armée du général Antonio López de Santa Anna arriva à San Antonio.

Ironiquement, le deuxième jour du siège, l'homme qui s'était forgé une réputation de combattant féroce, tomba malade et fut confiné dans son lit, trop malade pour participer à la plus grande bataille de sa vie. Pendant des années, les historiens se sont interrogés sur la nature exacte de sa maladie, la plupart s'accordant à dire qu'il s'agissait d'une forme de pneumonie. La plupart conviendraient également que l'association de Bowie à la bataille d'Alamo garantissait son statut de pionnier légendaire.


James Bowie - Histoire

Sur la photo à droite, une reconstitution de la forge de James Black dans le vieux Washington State Park. Ce n'est pas précis dans tous les détails historiques, mais c'est authentique, typique d'une forge des années 1830 dans cette partie de la frontière et il est construit à l'endroit exact où se trouvait la boutique de James Black lorsque Jim Bowie a franchi la porte et lui a tendu un modèle en bois du couteau qu'il voulait que Black fabrique.

Quatre semaines plus tard, en janvier 1831, Black avait fabriqué le couteau pour Bowie et il avait également fabriqué un deuxième couteau, une modification du design de Bowie. Il a dit qu'il avait toujours cru qu'un couteau devait être fabriqué « à des fins particulières », quoi que cela signifie. Il a dit à Bowie de payer le prix convenu et de prendre le couteau qu'il préférait. Bowie a choisi le design de Black, qui était comme le sien, mais à double tranchant le long de la courbe à partir du point. En d'autres termes, le haut de la lame est aiguisé vers la pointe. Cela a dû être l'innovation qui a séduit Bowie, car il pouvait encore utiliser la majeure partie de l'épaisseur du dos de la lame pour parer et avoir un bord aiguisé supplémentaire pour le dos tranchant.

Immédiatement après, lors du voyage de retour de Bowie au Texas (il venait de devenir citoyen du Texas, qui était alors le Mexique), il a été attaqué par trois hommes qui avaient été embauchés pour le tuer. Il les a tués tous les trois avec son nouveau couteau. Cette rencontre a immédiatement rendu célèbre le Bowie Knife et James Black. À partir de ce moment-là, tout voyageur passant par le sentier du Chihuahua s'arrêterait à la boutique de Black et demanderait un couteau "Comme celui de Bowie". Finalement, cela a été abrégé en Bowie (dites "BOO-ee") Knife.

Après la bataille de l'Alamo cinq ans plus tard, le couteau a accompagné son propriétaire dans le royaume de la légende. S'il a été récupéré, il a probablement été approprié par un soldat mexicain anonyme comme trophée de guerre. Parce que le couteau a disparu, cependant, les couteliers modernes se livrent à une certaine interprétation concernant ce qu'est exactement un couteau Bowie. Bowie était après tout un pionnier et un célèbre combattant au couteau bien avant 1831 et possédait sans aucun doute de nombreux couteaux au cours de sa carrière. Le design de Black peut être considéré comme la dernière étape de l'évolution du couteau idéal de M. Bowie. N'importe lequel des couteaux de cette chaîne évolutive pourrait être appelé un couteau Bowie, et la conception a continué d'évoluer après la mort de Bowie.

Le couteau illustré à gauche porte la marque de James Black sur la lame et a été fabriqué et vendu comme un couteau Bowie. Black a cessé de fabriquer des couteaux en 1839, il semble donc probable que ce design soit assez proche de celui du couteau personnel de Jim Bowie. (Remarque : cette image provient du livre de Mandy Medearis, Washington, Arkansas : History on the Southwest Trail. )

L'habileté de Black était sans égal. Le gouverneur Jones a écrit : « Je suis certain que Black possédait le secret de Damas. Il m'a souvent dit que personne ne lui avait appris sa méthode de trempe de l'acier, mais que cela lui était venu d'une manière mystérieuse qu'il ne pouvait pas expliquer. Ce secret, il le gardait pour lui. Il a trempé ses lames derrière un rideau de cuir, à l'abri des regards curieux des badauds et même de ceux de ses propres partenaires.

À son soixante-dixième anniversaire (en 1870), il a décidé de transmettre son secret d'acier à la famille qui l'avait soigné tout au long de son infirmité et de sa vieillesse. Mais il n'était plus forgeron en exercice depuis 1839 et il avait oublié tous ses secrets. La seule chose dont il se souvenait était qu'il y avait dix étapes distinctes.

ENCORE UNE AUTRE BIOGRAPHIE BIZARRE ARKANSAS

Black's biography reads like a Dickens novel. Born 1 May, 1800 in Hackensack, New Jersey, he ran away from home at the age of eight because he didn't get along with his stepmother. He ended up in Philadelphia. He wouldn't tell authorities any information about himself, lest they send him back to his unhappy home. They judged him by his build to be eleven years old and they apprenticed him to a silversmith. When he reached the official age of 21 (the actual age of 18) he was released from his indenture and he joined the westward migration into the new territories.

He held a number of jobs along the way, ferryman, deckhand on a steamer, all adventurous stuff. Then one day he met Elijah Stuart, they became friends and decided to make a go of it in the new territories. The two of them made their way to this place, which was then fourteen miles from Mexico. Stuart built a tavern and Black took a position with a blacksmith named Shaw. His thirteen years as a silversmith in Philadelphia came in handy. While the Shaws handled the coarse work like horse shoes and wagon wheels, Black worked exclusively on guns and knives.

Parenthetical note: It was at Elijah Stuart's tavern that a group of gentlemen including Crockett, Bowie and Travis plotted to take Texas from Mexico.

Things were just peachy for James Black for the longest time. Black was even made a partner in the business. Eventually, though, Black fell in love with the boss' daughter, Anne. Shaw, for some yet unknown reason, was violently opposed to any match and forbade the marriage. Black reasoned that he could win Shaw's approval if he were his own man, so he made a settlement with Shaw, accepting a note in lieu of cash for his share of the partnership. He borrowed against that note to build a cabin, a smithy, dam and a mill at the Rolling Fork of the Cossatot. The company grew and prospered.

Then one day the sheriff came and threw them off the land, declaring it to be Indian land and that Black's new company had no right to be on it. Also turns out the note given to Black by Shaw wasn't worth squat. It was a dissolution of partnership without regard to financial settlement. He had been screwed.

Black got even by marrying Anne. Shaw just got angrier and angrier.

Black set up his own smithy and as trade grew and orders piled up he took Shaw's son, his brother-in-law, into his business. Old Shaw must have thought his family was being dismantled and stripped from him. Black never shared his secrets with young Shaw, probably to insure that old Shaw never got his hands on them.

Anne and James had three boys and a girl before Anne died in 1838, and her death didn't improve Black's relationship with old Shaw. In the summer of 1839 Black fell ill, and while he lay helpless in bed, old Shaw crept into the house and attacked him with a club. The family dog attacked old Shaw and drove him away, saving Black's life, but the clubbing had damaged Black's eyes.

Black headed back to Philadelphia to consult with learned physicians about his eyesight. He was diverted to Cincinnati, where an unprincipled medical quack took his money and left his eyesight further damaged. Black continued on to Philadelphia, where legitimate physicians were unable to help him.

He returned home to discover that old Shaw had sold all his (Black's) property and skipped town with the cash.

For two years, Black lived with the Buzzard brothers on their plantation until a man named Isaac Newton Jones, a surgeon from Bowie(!) County Texas adopted him into his own family. Black lived with the Jones family for thirty years. His children were adopted into other pioneer families. It was to young Daniel Webster Jones, son of Isaac, that Black tried and failed to present his metallurgical secrets in 1870.

Incidentally, that kid became Governor of Arkansas in 1890 and served for two terms.

THE ARKANSAS TOOTHPICK

Pictured here is one of the master knifesmiths at Lile's Handmade Knives in Russellville. In his right hand is a Bowie and in his left is an Arkansas Toothpick.

James Black is often credited with the invention of the Arkansas Toothpick, although this connection is somewhat weaker and is possibly due to confusion between the Arkansas Toothpick and the Bowie Knife. Arkansas Toothpicks and Bowie Knives manufactured in England were both sold as Bowie Knives. Still, Black was renowned for making throwing knives and if he did not invent the Arkansas Toothpick, he certainly contributed to its development and doubtless manufactured hundreds of them.

The Arkansas Toothpick is essentially a long, heavy, balanced dagger, slung in a holster across the back, drawn over the shoulder and flung optimistically at a distant enemy. When I say long, I mean a blade of fifteen to twenty-three inches. The Bowie Knife was also enormous. It was said that a Bowie had to be sharp enough to use as a razor, heavy enough to use as a hatchet, long enough to use as a sword and broad enough to use as a paddle.

OLD WASHINGTON HISTORIC STATE PARK

The plan hatched in 1958 by James Pilkington and Talbot Feild is to turn the whole town of Washington into a historical preserve something akin to Colonial Williamsburg. As property becomes available, it is purchased for the park. As money becomes available historic buildings are restored. So far there are over 40 restored sites, buildings, points of interest and museums that can be visited. Here you'll find one of the best gun collections in the country, a print shop with antique presses, a black history museum, the Confederate State Capitol building, Elijah Stuart's Tavern and much more.

They offer guided tours, interpretive services (that means they'll tell you the histories of all the buildings) and the park hosts occasional events like mountain man rendesvous and Civil War reenactments. Find Old Washington twelve miles north of Hope on highway 4.

On Saturday (4 Nov 06) I attended a reenactment weekend at Old Washington State Park where I spoke with their resident knifesmith at the blacksmith shop. I don't know if he came up with this theory himself or if it is something that is going around knifesmith circles, but he told me that he believes the classic design of bowie knife is Bowie's own design and not that of James Black.

At first I thought this was just one of those notions that crops up from time to time only later to be forgotten, but as I was driving home I realized that even if you delete all the parts of his theory that are speculative, he still has a pretty good case. Here goes:

There's a knife known to have come from Black's shop that has the words "Bowie no. 1" engraved on it. It's got a long, heavy blade and a sharpened clip, but unlike the classic bowie, it has an offset coffin handle with silver rivets. Black made lots of knives over the years with offset coffin handles and silver rivets. That was his typical style. What are the chances that Bowie's design would reflect Black's typical style AND that Black's modified design would be done in an atypical style?

Second point. Two classic bowies have turned up which very likely came from Black's shop -- one from the site of the Mexican camp near the Alamo, the other in a California collection. A third knife matching the description of the large coffin handled design was described in the posession of a Mexican who accompanied the Zebulon Pike expedition. That Mexican was a veteran of the battle of the Alamo.

This knifesmith concluded that Bowie had bought BOTH designs from Black and that in telling the story Black mentioned (without lying, exactly) only that Bowie had bought his design, allowing potential customers and later historians to conclude that the Black design was the classic Bowie. The only one who might authoritatively contradict him had been killed at the Alamo.

Those are the essential elements of the argument. I haven't gone to any trouble to check this story out, but if the facts presented in the previous three paragraphs are accurate, I'd have to agree with the knifesmith, that the classic bowie probably is Bowie's own design.

The proof of the theory hinges on that Mexican veteran's knife and how well it can be linked to Bowie and the Alamo. That's the difference between proven and not proven. Don't forget that Black made thousands of knives in his career and they circulated all over the southwest. Also, people copied his designs and forged his maker's mark. The evidence is tantalizing, but still circumstantial.

SOURCES

"Billy," Old Washington Historic State Park interpretive services.

Chadwick, Susan. Bowie Knife, The , Texas Monthly WWW Ranch. 1998.

Medearis, Mary. Washigton, Arkansas: History on the Southwest Trail . (c)1976 by the author. Etter Printing Company, Hope, AR 71801.


James BOWIE (1739-1789)

Rezin Pleasant BOWIE Sr., (1762-1821) was born on September 8, 1762, in Orange County, North Carolina. Rezin Sr., was the son of James BOWIE (1739-1789) born in Maryland & Jeanne MIRABEAU (1732-?) born in South Carolina. Rezin Sr., was wounded while fighting in the American Revolution and in 1782, married the young woman who had nursed him back to health. Her name was Elvira Catesby JONES (1766-1837) born in Savannah, Georgia. They were married on August 3, 1782, in Burke County, Georgia.

Rezin Sr., & Elvira had ten children: Lavinia BOWIE (1783-1783) David BOWIE (1884-1803) John Jones BOWIE (1785-1859) Sarah BOWIE (1786-1815) Martha BOWIE (1791-1845) Mary BOWIE (1792-1842) and Rezin Pleasant BOWIE Jr., (1793-1841).

Rezin Sr., was the father of Mary Bowie (1792-1842 ) the sister of Jim BOWIE (1795-1836) of Alamo fame. Mary BOWIE (1792-1842) married Abraham BIRD, (1784-1860) the son of Captain Abraham BIRD (1756-1821) & Mary JONES (1761-1844). Abraham was the half third cousin twice removed of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954) .

Rezin Pleasant BOWIE Jr., (1793-1819) was born on September 8, 1793, in Elliott Springs, Sumner County, Tennessee. Rezin was the son of Rezin Pleasant BOWIE Sr., (1762-1 821) born in Orange County, North Carolina & Elvira Catesby JONES (1766-1837) born in Savannah, Georgia. Rezin Jr., was an inventor and designer of the Bowie knife. He also served three terms in the Louisiana Legislature. He died on January 17, 1841 at Hollywood Plantation, East Baton Rouge, Louisiana. Rezin Jr.&rsquos older sister, Mary BOWIE (1792-1842) married Abraham BIRD, (1784-1860) the son of Captain Abraham BIRD (1756-1821) & Mary JONES (1761-1844). Abraham was the half third cousin twice removed of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954) .

James "Jim" Bowie (1796&ndash1836), According to Wikipedia, the free encyclopedia: James "Jim" Bowie (April 10, 1796 &ndash March 6, 1836), a 19th-century American pioneer, slave trader, land speculator, and soldier, played a prominent role in the Texas Revolution, culminating in his death at the Battle of the Alamo. Stories of him as a fighter and frontiersman, both real and fictitious, have made him a legendary figure in Texas history and a folk hero of American culture.

Born in Kentucky, Bowie spent most of his life in Louisiana, where he was raised and later worked as a land speculator. His rise to fame began in 1827 on reports of the Sandbar Fight. What began as a duel between two other men deteriorated into a melee in which Bowie, having been shot and stabbed, killed the sheriff of Rapides Parish with a large knife. This, and other stories of Bowie's prowess with the knife, led to the widespread popularity of the Bowie knife.

Bowie's reputation was cemented by his role in the Texas Revolution. After moving to Texas in 1830, Bowie became a Mexican citizen and married the daughter of the vice governor of the province. His fame in Texas grew following his failed expedition to find the lost San Saba mine, during which his small party repelled an attack by a large Indian raiding party. At the outbreak of the Texas Revolution, Bowie joined the Texas militia, leading forces at the Battle of Concepción and the Grass Fight. In January 1836, he arrived at the Alamo, where he commanded the volunteer forces until an illness left him bedridden. Bowie died with the other Alamo defenders on March 6. Despite conflicting accounts of the manner of his death, the "most popular, and probably the most accurate" accounts maintain that he died in his bed after emptying his pistols into several Mexican soldiers.

Jim Bowie (1795-1836) the only known oil painting portrait painted from lf)e painted by artist George Peter Alexander Healy (1818 1894) Date circa 1820.

James BOWIE (1739-1789)

(Descendants)

Linton Research Fund Inc., Publication © 2009

LINTON & BIRD Chronicles, Volume VI, Issue 2, Summer © 2011, ISSN 1941-3521

First Generation

James BOWIE (1739-1789) was born in 1739 in Maryland and died in 1789 in the newly established county of Burke in the Colony of Georgia. at age 50. James married Jeanne MIRABEAU (1722-?) circa 1760. Jeanne was born in 1722 in South Carolina and died in Burke County, Georgia.

James & Jeanne had one known child:

je. Rezin Pleasant BOWIE Sr. was born on September 8, 1762 in Orange County, North Carolina. and died on October 3, 1819 in Opelousas, Saint Landry Parish, Louisiana at age 57.

Second Generation (Children) 1

Rezin Pleasant BOWIE Sr. (1762-1819) (James 1) was born on September 8, 1762 in Orange County, North Carolina. and died on October 3, 1819 in Opelousas, Saint Landry Parish, Louisiana at age 57. Rezin married Elvira Ap Catesby JONES on August 3, 1782 in Burke Co., GA. Elvira was born on April 3, 1766 in Savannah, GA. and died on October 30, 1837 in Shreveport, Caddo Parish, Louisiana at age 71.

Rezin Sr., & Elvira had ten known children:

je. Lavinia BOWIE (1783-1783) was born in 1783 in Richmond County, Georgia. and died in 1783 in Burke County, Georgia.

ii. David BOWIE (1884-1803) was born in 1784 in Washington County, Georgia. and died in 1803 at age 19.

iii. John Jones BOWIE (1785-1859) was born in 1785 in Washington County, Georgia. and died on June 22, 1859 in Bowie Plantation, Chicot County, Arkansas, at age 74.

iv. Sarah BOWIE (1786-1815) was born in 1786 in Washington County, Georgia. and died in 1815 in Opelousas, Saint Landry Parish, Louisiana at age 29.

v. Martha BOWIE (1791-1845) was born in 1791 in Burke County, Georgia. and died in 1845 in Shreveport, Caddo Parish, Louisiana at age 54.

vi. Mary BOWIE (1792-1842) was born on May 4, 1792 in Sumner, TN. and died on August 10, 1842, in Hollywood Plantation, East Baton Rouge, Louisiana at age 50.

vii. Rezin Pleasant BOWIE Jr., (1793-1841) was born on September 8, 1793 in Elliott Springs, (near Gallatin) Sumner County, Tennessee. Rezin Jr., married Margaret NEVIL, on September 15, 1814 in the Saint Landry Parish Roman Catholic Church. Rezin Jr., was probably best known as the inventor of the Bowie knife, made famous when used by his brother Jim in the 1827 "Sandbar Fight" on the banks of the Mississippi. He served in the War of 1812, and later was a three term Louisiana legislator. He was involved with his brothers in slave trade and land speculation in the Territory of Louisiana and the Republic of Texas. Rezin Jr., died on January 17, 1841, in Port Gibson, Claiborne County, Mississippi at age 47. He was originally buried in San Gabriel Catholic Church Cemetery in Louisiana, but about ten years later his remains were moved to the cemetery behind Saint. Joseph Catholic Church in Port Gibson, Mississippi, a church built between 1849 and 1851 largely through the funding of Elvie Bowie Moore, Bowie's daughter. (bio by: Natalie Maynor)

viii. James BOWIE was born on April 10, 1795 in Logan County, KY. and died on March 6, 1836 in Alamo, San Augustine County, Republic of Texas, at age 40.

ix. Stephen BOWIE was born in 1797 in Elliott Springs, Tennessee. and died on January 29,1833 in Adams County, Mississippi. at age 36.

X. David BOWIE was born in 1798 in Louisiana and died in 1816 in Mississippi, at age 18.

Third Generation (Grandchildren)

Mary BOWIE (1792-1842) (Rezin Pleasant Sr. 2, James 1) was born on May 4, 1792 in Sumner, Tennessee. and died on August 10, 1842 in Hollywood Plantation, East Baton Rouge, Louisiana at age 50. Mary married Abraham BIRD, son of Captain Abraham BIRD et Mary JONES, in 1815 in Hollywood Plantation, East Baton Rouge, Louisiana Abraham was born in 1784 on Craney Island, Rockingham County, Virginia. Abraham died in October 1860, at Hollywood Plantation, East Baton Rouge, Louisiana at age 76. Abraham was the half third cousin twice removed of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954) .

Mary & Abraham five known children: 2 3

je. Abraham BIRD was born in 1810 in Shenandoah (now Page) County, Virginia. 4

ii. Thompson W. BIRD was born in 1812 in Shenandoah (now Page) County, Virginia.

iii. Virginia BIRD was born in 1812 in Shenandoah (now Page) County, Virginia.

iv. John Abraham BIRD was born in 1816 at Hollywood Plantation, in East Baton Rouge Parish, Louisiana and died on September 20, 1866 in East Baton Rouge Parish, Louisiana at age 50.

v. Mary BIRD was born on April 1, 1819 in East Baton Rouge, Louisiana.

Fourth Generation (Great-Grandchildren)

John Abraham BIRD (1816-1866) (Mary BOWIE 3, Rezin Pleasant Sr. 2, James 1) was born in 1816 at Hollywood Plantation, East Baton Rouge Parish, Louisiana and died on September 20, 1866 in East Baton Rouge Parish, Louisiana at age 50. John married Winifred PIPES, the daughter of Charles PIPES and Winnifred HUEY, on June 15, 1840 in Baton Rouge Parish, Louisiana Winifred was born in 1825 in Ouachita Parish, Louisiana He had a residence in 1850 West Baton Rouge, Louisiana and died in November 1873 in West Baton Rouge Parish, Louisiana at age 48.

John & Winifred had two known children: 5 6

je. Angelina Adelia BIRD was born on June 14, 1842 in Belmont Plantation, West Baton Rouge Parish, Louisiana and died on December 7, 1929 in Baton Rouge, Louisiana at age 87.

ii. Mary BIRD was born on June 6, 1849 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

Fifth Generation (Great-Great-Grandchildren) 7 8

Angelina Adelia BIRD (1842-1929) (John Abraham BIRD 4, Mary BOWIE 3, Rezin Pleasant Sr. 2, James 1) was born on June 14, 1842 in Belmont Plantation, West Baton Rouge Parish, Louisiana and died on December 7, 1929 in Baton Rouge, Louisina1 at age 87. Angelina married James Louis LOBDELL Sr. on July 30, 1857 in West Baton Rouge Parish, Louisiana. James was born on February 16, 1832 in Baton Rouge, Louisiana and died in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

Angelina & James had ten known children: 9 10

je. John Bird LOBDELL was born on July 3, 1858 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

ii. Mary Belle LOBDELL was born on September 13, 1860 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

iii. James Louis LOBDELL Jr. was born on September 7, 1863 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

iv. Carrie Louise LOBDELL was born on December 20, 1865 in West Baton Rouge Parish, Louisiana and died on August 15, 1926 at age 60.

v. Angelina Julia LOBDELL was born on October 29, 1869 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

vi. Pearl Winifred LOBDELL was born on September 5, 1871 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

vii. Eva May LOBDELL was born on September 5, 1875 in West Baton Rouge Parish, Louisiana and died in Texas.

viii. Lavenia Bird LOBDELL was born on January 1, 1879 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

ix. William Abraham LOBDELL was born on October 14, 1882 in West Baton Rouge Parish, Louisiana and died on August 31, 1947 at age 64.

X. Jayne Lydia LOBDELL was born on June 29, 1886 in West Baton Rouge Parish, Louisiana.

2. Ancestry.com, 1850 United States Federal Census (Ancestry.com. 1850 United States Federal Census [database on-line]. Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations, Inc., 2009. Images reproduced by FamilySearch. Original data: Seventh Census of the United

3. All children are the half 4 th cousin once removed of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954)

4. Ancestry.com, 1850 United States Federal Census (Ancestry.com. 1850 United States Federal Census [database on-line]. Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations, Inc., 2009. Images reproduced by FamilySearch. Original data: Seventh Census of the United

5. Ancestry.com, 1850 United States Federal Census (Ancestry.com. 1850 United States Federal Census [database on-line]. Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations, Inc., 2009. Images reproduced by FamilySearch. Original data: Seventh Census of the United

6. All children are the half 5 th cousin of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954)

7. Edmund West, comp, Family Data Collection - Individual Records (Provo, UT, USA: The Generations Network, Inc., 2000).

8. All children are the 5th cousins twice removed of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954)

9. Edmund West, comp, Family Data Collection - Individual Records (Provo, UT, USA: The Generations Network, Inc., 2000).

10. All children are the half 5 th cousins once removed of Jeff Augustus "Gus" BIRD (1893-1954)


Voir la vidéo: James Bowie


Commentaires:

  1. Channing

    Quels grands conversationnistes :)

  2. Arnold

    A mon avis tu te trompes. Je peux défendre ma position. Écrivez-moi en MP, on s'en occupe.

  3. Elan

    Je m'excuse, mais cela ne me convient pas. Y a-t-il d'autres variations?

  4. Achir

    Regardez ma maison!

  5. Alistair

    Très bien.

  6. Maubar

    Thème incomparable, il m'intéresse beaucoup :)

  7. Kana

    pas nouveau,

  8. Meldon

    chtoli de conte de fées?



Écrire un message