Combat de Foz de Arouce, 15 mars 1811

Combat de Foz de Arouce, 15 mars 1811


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Combat de Foz de Arouce, 15 mars 1811

Le combat de Foz de Arouce du 15 mars 1811 fut le moins réussi des actions d'arrière-garde du maréchal Ney lors de la retraite de Masséna du Portugal au printemps 1811. Après une marche nocturne du 14 au 15 mars, la majeure partie de l'armée française avait franchi la rivière Ceira à Foz de Arouce, et avait campé sur les hauteurs au-dessus du village.

Ney avait reçu l'ordre de faire traverser la rivière à toutes ses troupes et de détruire le pont derrière lui, mais Ney a désobéi à cet ordre et a gardé trois brigades sur la rive sud de la rivière (toute la division de Marchand et une brigade de celle de Mermet, contenant le 25e Léger et la 27e Ligne). Ce déploiement risquait la catastrophe, car le Ceira était en crue et la seule issue possible pour les hommes de Ney était de traverser le pont endommagé de Foz de Arouce.

La poursuite de Wellington le 15 mars a été retardée par une combinaison d'un épais brouillard et d'incendies que les Français avaient allumés dans la ville de Miranda de Corvo. La 3e et la division légère n'atteignirent les positions françaises sur la Ceira qu'à quatre heures de l'après-midi, et voyant les Français déployés en force, décidèrent de camper et d'attendre que le reste de l'armée les rattrape le lendemain.

Wellington lui-même est arrivé juste avant le crépuscule et a décidé de tenter de surprendre les Français. Les hommes de Ney ne s'attendaient clairement pas à une attaque aussi tardive dans la journée et ont été pris par surprise. La division légère attaque la droite française et la 3e division sa gauche. Le plus grand succès a été obtenu par certaines compagnies du 95th Rifles, qui ont réussi à atteindre le centre de Foz de Arouce, et ont menacé de s'emparer du pont.

En entendant des coups de feu à l'arrière, la 39e ligne française a éclaté et a tenté de traverser le pont. Leur route a été bloquée par de la cavalerie française, tentant de retraverser la rivière pour prendre part au combat, et l'infanterie a été obligée d'essayer d'utiliser un gué. La rivière était trop haute pour cela, et un nombre important de Français ont été emportés et noyés. Pire encore peut-être pour leur moral, l'aigle du régiment a été perdu, emporté par les eaux (il a ensuite été récupéré par les alliés et envoyé à Londres).

Ney a réussi à récupérer la situation, chargeant le 95th Rifles avec le troisième bataillon de la 69th Ligne, et les forçant à battre en retraite. Avec le passage du pont sécurisé, les Français ont pu se retirer sur la rive nord de la rivière, bien qu'ils aient essuyé des tirs d'artillerie des deux côtés alors qu'ils traversaient le pont !

Les Britanniques n'ont subi que 71 pertes lors des combats de Foz de Arouce. Les pertes françaises étaient beaucoup plus lourdes, quelque part entre 250 et 400. Seules l'heure tardive et la lumière déclinante empêchaient les Britanniques d'infliger des pertes beaucoup plus lourdes aux Français en retraite.

Le combat de Foz de Arouce mit effectivement fin à la poursuite rapprochée des Français. Wellington laissa ses hommes se reposer le lendemain, en partie pour permettre l'arrivée d'un convoi de ravitaillement et en partie parce qu'il était convaincu que Masséna n'avait d'autre choix que de se retirer jusqu'en Espagne, car entre Foz de Arouce et la frontière il n'y avait pas de zones où l'armée française pouvait espérer trouver suffisamment de ravitaillement pour rester longtemps. Les Français tenteront brièvement de prendre position sur la rivière Alva, mais sans succès.

Page d'accueil napoléonienne | Livres sur les guerres napoléoniennes | Index des sujets : Guerres napoléoniennes


L'histoire

Déjà à l'époque du Comté de Coimbra à la fin du Xe siècle, le lieu appartenait au district de Lousã.

Pendant les guerres napoléoniennes sur la péninsule ibérique, le 15 mars 1811, les troupes luso-britanniques et l'armée d'invasion française en retraite du général André Masséna se sont rencontrées ici. Une pierre commémorative rappelle l'événement.


Combat de Foz de Arouce, 15 mars 1811 - Histoire

Quinta de Foz de Arouce
Un producteur leader de Beiras, Portugal

La Quinta de Foz de Arouce est un peu étrange, dans la mesure où elle produit l'un des meilleurs vins du Portugal, mais ce n'est pas dans une région viticole bien connue. Il est situé près de Coimbra dans les Beiras, juste au sud de la région de Bairrada, et les vins sont élaborés à partir du cépage rouge Bairrada, Baga. Le village de Foz de Arouce fut le théâtre d'une célèbre bataille entre l'armée anglo/portugaise et les Français lors de la guerre d'Espagne, qui eut lieu en mars 1811.

Les vignobles sont protégés de l'influence atlantique par deux montagnes, la Serra da Lous et la Serra da Penela. La Serra de Miranda est également à proximité. Les sols sont un mélange de schistes et d'alluvions. Le domaine fait 60 hectares, dont 15 hectares de vignes. Le bloc de vieilles vignes (Vinha de Santa Maria) fait 3 hectares, dont 9 hectares de vignes plus jeunes (5 ans) et 3 hectares de vieilles vignes récemment replantées. Les raisins rouges représentent 14,5 hectares sur les 15, et la répartition est de 80% Baga, 20% Touriga. 0,5 hectares sont des raisins blancs (principalement Cerceal, avec un peu de Fernão Pires et Bical).

La propriété appartient au comte de Foz de Arouce, qui est le beau-père du célèbre vigneron de l'Alentejo, João Portugal Ramos, beau-père. Ramos fait les vins, et ils sont vraiment bons. Peut-être en raison de la nature isolée de la Quinta, ils sont un peu hors du radar de nombreuses noix de vin portugaises, mais ils vieillissent brillamment et montrent le cépage Baga sous son plus beau jour.

Quinta de Foz de Arouce Branco 2005 Beiras
Principalement Cerceal. Beau vin blanc concentré, frais et intense avec une pointe de citron vert, presque épicée et un soupçon de réduction d'allumettes. Tendu avec une réelle intensité et potentiel, ce vin est frais et possède une belle acidité. 90/100

Quinta de Foz de Arouce Tinto 1992 Beiras
Juste Baga utilisé ici. C'est un beau vin présentant des arômes floraux parfumés avec des notes de cerise douce et de prune, ainsi qu'un soupçon de terre. La bouche est douce et élégante, évoluant magnifiquement avec une structure épicée et terreuse se mariant bien avec le fruit concentré. Finale longue et épicée. 94/100

Quinta de Foz de Arouce Vinhas Velhas de Sta Maria 2003 Beiras
C'est le premier millésime de cette nouvelle mise en bouteille, qui sépare le fruit de la vieille vigne des jeunes vignes. Assez doux et pur avec des baies rouges et des cerises presque luxuriantes, ainsi qu'une légère pointe d'acidité. La bouche a de beaux tanins fermes mais soyeux avec une belle acidité et une longue finale épicée. Assez serieux. Commence à s'épanouir et vraiment élégant. 93/100

Quinta de Foz de Arouce Vinhas Velhas de Sta Maria 2005 Beiras
Joli nez doux, serré, épicé avec de subtiles notes terreuses. La bouche est pure et concentrée avec une structure serrée et plus terreuse. Tanins fermes et bonne acidité. A besoin de temps. 93/100


Texte João Barbosa | Traduction Bruno Ferreira

Je me suis promis d'écrire cette chronique il y a longtemps. Mais, comme rien ne s'est passé qui en ferait une urgence, je l'ai reporté. Maintenant est venu le temps qui le rend urgent. L'affaire concerne deux vins emblématiques provenant d'endroits « peu probables » et « impossibles ».

L'un a été élaboré avec des raisins provenant d'un lieu absolument magique, qui n'est situé nulle part. Foz de Arouce n'a le droit d'utiliser aucune appellation d'origine. Des bêtises des Portugais, qui sont capables d'accepter l'unification des lieux dans une région même s'ils ne se ressemblent pas et ne sont pas contigus

Si c'était en France, référence incontournable dans la reconnaissance de la qualité et de la différenciation, Foz de Arouce aurait le statut de micro-régions bourguignonnes. Ce serait probablement un ‘monopole’. Mais la rivière Arouce est située au Portugal, tout comme la Ceira, qui la reçoit.

L'autre vin fait référence à un lieu concret, mais qui n'est pas un lieu viticole. Le Bussaco (avec deux « s ») est magnifique et possède l'un des hôtels les plus beaux et historiques du Portugal. Cependant, les raisins qui composent leurs vins sont de Bairrada et Dão. Maintenant, cela fait un plus un égal à zéro – n'ayant pas le droit d'utiliser l'appellation d'origine.

Bien que les vins soient élaborés avec les cépages Baga de Bairrada et Touriga Nacional du Dão, les vins de Buçaco (avec « Ç », pour ne pas entrer en conflit avec les diktats bureaucratiques) sont des vins dont on peut dire qu'ils reflètent leur territoire car les vignes ont été les mêmes au fil des ans. C'est comme s'ils venaient d'une seule Quinta, divisée par deux régions spécifiques. Authenticité et charisme sont au rendez-vous.

Me permettant de pousser le concept hors de l'établi, je dis que Bussaco est un terroir de cave et de bouteille. Je supposerai comme vrai la situation géographique de l'hôtel. Et donc, ce sont deux endroits vineux qui sont dans une dimension plasma - ni solide ni liquide.

En regardant la carte, Bussaco et Foz de Arouce ne sont pas loin l'un de l'autre, à seulement 36 kilomètres. Le chemin est beau et la route demande de l'attention. L'ordinateur dit que le trajet entre les deux endroits prend 50 minutes. Cependant, cela m'a pris plus d'une heure lorsque j'ai visité les deux endroits en 2011.

J'ai mentionné que les vins rouges de Buçaco sont élaborés avec du Baga et du Touriga Nacional. En effet, la vigne de Foz de Arouce est constituée de ces cépages. Le vigneron et entrepreneur viticole João Portugal Ramos est le gendre des comtes de Foz de Arouce et il y a quelques années, il a ajouté la Touriga Nacional à la plantation composée uniquement de Baga. Les Quinta de Foz de Arouce Vinhas Velhas de Santa Maria reste le même, tandis que le Quinta de Foz de Arouce est désormais le résultat de la fusion des deux cépages.

J'ai déjà fait l'éloge des vins de Foz de Arouce ici. Ce que j'apporte aujourd'hui est une édition spéciale et commémorative. C'est un vin 2007, produit pour célébrer le 200e anniversaire de la bataille de Foz de Arouce dans lequel s'est démarqué un membre de la famille du comte actuel.

La bataille de Foz de Arouce n'est pas un moment d'une importance transcendante dans le contexte de la guerre d'Espagne (III invasion française). Certains le désignent même simplement comme Combat de Foz de Arouce. C'est arrivé le 15 mars 1811 lorsque l'armée napoléonienne battait en retraite, pressée par les forces anglo-portugaises. À la tête des alliés se trouvait Arthur Wellesley (le futur duc de Wellington) et à la tête des envahisseurs Michel Ney.


Sommaire

Durant la troisième invasion napoléonienne du Portugal en 1810, l'armée française du maréchal Masséna fut arrêtée dans sa marche sur Lisbonne par les lignes de Torres Vedras, un ensemble de fortifications destiné à protéger l'accès à la capitale portugaise. Après avoir piétiné devant les lignes pendant un mois, Masséna battit en retraite sur Santarém et Rio Maior [ 1 ] . Le maréchal se dirige ensuite vers Coimbra via le Mondego afin de réunir des approvisionnements [ 2 ] .

Arrivé à Condeixa, Masséna réalisa qu'il n'avait pas les moyens de vivre dans la vallée du Mondego et décidé de poursuivre sa route vers la frontière espagnole. Son premier objectif était Celorico où il devait se joindre à la division Conroux du IX e corps. Tandis que le VIII e corps reculait sur l'axe principal Condeixa-Casal Novo-Miranda do Corvo avec les véhicules du train, le VI e corps, sous les ordres du maréchal Michel Ney, continuait de former l'arrière-garde de l' armée. Le 14 mars eut lieu le combat de Casal Novo qui n'empêcha pas les troupes françaises de poursuivre leur marche vers Celorico. Dans l'après-midi, le II e corps, qui avait emprunté un autre itinéraire, rejoignait le gros des forces de Masséna à Miranda do Corvo, ce qui porta les hommes effectifs de ce dernier à 44 000. L'armée française évoluait cependant sur un territoire montagneux et difficilement réalisable, ce qui poussa Masséna à ordonner la destruction de tout le matériel susceptible de retarder sa marche [ 3 ] .

Après avoir détruit une grande partie de ses bagages le 14 mars, l'armée française reprit sa retraite pendant la nuit. Le II e corps s'avançait en tête, suivi du VIII e corps puis du VI e corps qui continuait d'assurer l'arrière-garde. Ney ordonna d'incendier le village de Miranda do Corvo afin de retarder la progression des troupes anglo-portugaises puis repartir le 15 au matin. À l'issue de marches forcées, les II e et VIII e corps atteignirent la vallée de la Ceira à hauteur du village de Foz de Arouce et traversèrent la rivière sur un pont en partie effondré mais toujours praticable. Quelque temps plus tard, Ney arriva à son tour sur les lieux et fit franchir le cours d'eau à la division Loison et à une brigade de la division Mermet, tandis que lui-même demeurait sur la rive gauche de la Ceira avec la division Marchand, l'autre brigade de la division Mermet et la cavalerie légère du général Lamotte. De son côté, Wellington, contrarié par un épais brouillard aux premières heures du jour, ne relança la poursuite que tardivement dans la matinée du 15. Le général en chef de l'armée alliée ne souhaitait pas avancer à l'aveuglette par crainte d' être surpris par les Français et ce n'est qu'une fois la vue dégagée, et la confirmation que les troupes de Masséna déployées de l'autre côté de la rivière Eça n'étaient pas en mesure d'intervenir, qu'il ordonna de reprendre l'offensive [ 4 ] .


Documents historiques mentionnant le pont de Mucela

"23 décembre. Traversé la rivière Alva, une branche du Mondego, un ruisseau très rapide, confiné de chaque côté par des rochers perpendiculaires. Le pont de pierre est une structure noble de trois grandes arches, les piliers s'élevant du vaste gouffre en contrebas ont effet imposant et prouver que l'architecte devait être un maître de l'art. Les Français dans leur retraite laissèrent une arrière-garde de plus d'un millier d'hommes pour défendre l'approche du pont, tandis que leurs ingénieurs étaient occupés à faire sauter l'arc central Ce garde s'efforça alors de rejoindre l'armée par une autre route, mais ne pouvant trouver un autre passage sur l'Alva, dut retourner sur ce pont et s'efforcer de se frayer un passage par-dessus la faille en coupant quelques gros pins poussant à proximité. Au deuxième jour de leur tâche laborieuse, ils furent attaqués par l'avant-garde britannique et espagnole. Ils combattirent avec le désespoir des hommes sans espoir de secours, et très peu survécurent pour déposer les armes. Les pins que ces pauvres les camarades abattus accélérèrent grandement le travail de nos ingénieurs, et lorsque nous passâmes sur nous, nous les trouvâmes bien traqués par l'artillerie et la cavalerie de l'armée combinée. En traversant Hambly et moi avons dûment suivi l'injonction de notre regretté hôte, le bon Padre George, comme nous l'avons surnommé, et avons particulièrement remarqué une bonne maison carrée de trois étages, se tenant à un demi-coup de mousquet du pont, et entre cela et une route à côté de la rivière, et qui portait une confirmation évidente des circonstances suivantes racontées par le padre. Le défunt propriétaire, animé d'un zèle patriotique mal dirigé, barricadait les parties inférieures et, d'en haut, entretenait un feu mortel sur l'équipage employé à faire sauter l'arc central du pont. Exaspérés par une telle témérité, certains des soldats français ont montré un front audacieux, comme s'ils étaient sur le point de prendre d'assaut la petite citadelle, pendant ce temps, une autre partie a volé à l'arrière de la maison, et en découvrant un bâtiment inférieur a obtenu une entrée. Ils firent leur prisonnier sur leur route, puis se montrèrent de vrais Français en recourant à l'instinct du tigre et du singe, que leur avait assigné leur compatriote Voltaire : ils privèrent leur malheureuse victime de ses oreilles, de son nez, de ses lèvres. , ses paupières, lui ont creusé les yeux et l'ont laissé au bord de la route dans cet état angoissant, jusqu'à ce que la mort vienne à son soulagement. Nous avons été rejoints ce jour-là par deux autres frères officiers. En passant devant une hutte solitaire et déserte, le lieutenant Hunter remarqua quelques fragments de vêtements, qui semblaient très frais, et l'incita à chercher autour de lui lorsqu'il découvrit dans le fossé d'un champ voisin, le cadavre nu d'un Anglais. C'était une leçon trop forte pour être perdue, nous avons donc fait aller nos hommes examiner les restes de l'homme assassiné et en termes forts, avons souligné le sort auquel ils devaient s'attendre s'ils quittaient leurs rangs et devenaient maraudeurs. Cela a eu un très bon effet pour le reste de notre marche. Nous avons pris nos quartiers à Sobreira et [Vale de] Sao Martinho.

se que o Vale do Mondego et Coimbra fo o principal objectivo. A pressão inglesa obriga a força francesa a ir para Celorico e a posicionarem nessa zona e na Guarda.


Bataille de Redinha ou Pombal

Combattants à la bataille de Redinha ou Pombal: Britanniques et Portugais contre les Français.

Commandants à la bataille de Redinha ou Pombal: Lieutenant-général vicomte Wellington (anciennement sir Arthur Wellesley et plus tard duc de Wellington) contre le maréchal André Massena, prince d'Essling et duc de Rivoli.

Village de Pombal : Bataille de Redinha ou Pombal a combattu le 12 mars 1811 dans la guerre d'Espagne : photo par Thomas Staunton St Clair

Taille des armées à la bataille de Redinha ou Pombal:

La plupart des Wellington 50 000 soldats britanniques et portugais se sont rassemblés sur le champ de bataille, où ils ont affronté le corps de Ney d'environ 10 000 soldats français.

Vainqueur de la bataille de Redinha ou Pombal :

Redinha était une action indécise. Ney se retire devant l'avancée de Wellington et les Français reprennent leur retraite.

Contexte de la bataille de Redinha ou Pombal :

En septembre 1810, le maréchal Masséna lance la deuxième invasion française du Portugal.

Wellington se replia devant l'avancée de l'armée française, infligeant une défaite significative aux Français à la bataille de Busaco le 27 septembre 1810, avant de se replier sur Lisbonne, derrière le système soigneusement construit de redoutes défendant la ville, appelé les lignes de Torres Vedras.

Surpris par les lignes de Torres Vedras, dont il n'avait reçu aucun préavis, Masséna resta hors de Lisbonne, incapable de franchir l'inexpugnable système de défense, son armée mourant de faim et de maladie, jusqu'à ce que, le 3 mars 1811, Masséna ordonna à son armée française de se replier sur la frontière espagnole.

Bataille de Redinha ou Pombal a combattu le 12 mars 1811 dans la guerre péninsulaire

Massena a laissé Wellington deviner la route qu'il emprunterait, jusqu'à ce qu'il devienne clair que la majeure partie de son armée remontait la côte ouest du Portugal, le long de la route côtière de l'Atlantique menant à Coimbra, où il avait l'intention de traverser le fleuve Mondego et dirigez-vous vers le nord-est pour la ville frontalière espagnole de Ciudad Rodrigo.

Le 9 mars 1811, Masséna était à Pombal, avec l'intention de se replier sur Coimbra et de traverser le fleuve Mondego, où il commencerait sa marche vers la frontière espagnole le long du fleuve.

Les différentes formations de Masséna se sont positionnées dans les villes et villages autour de Pombal.

Le 11 mars 1811, la division légère britannique prend d'assaut le pont de Pombal, mais est repoussée par une contre-attaque lancée par Ney.

Wellington ordonna une nouvelle attaque pour l'après-midi, mais les troisième et quatrième divisions britanniques n'atteignirent Pombal que tard dans la journée et l'attaque fut abandonnée.

De plus, le 11 mars 1811, le Génie français Montbrun a mené une recherche de gués sur le fleuve Mondego sans succès, rapportant à Massena que Coimbra était détenue par la milice portugaise de Trant.

Carte de la bataille de Redinha ou Pombal combattue le 12 mars 1811 dans la guerre d'Espagne : carte de John Fawkes

Récit de la bataille de Redinha ou Pombal :

Tôt le 12 mars 1811, Ney, commandant les dernières troupes françaises, quitte Venda da Cruz et se replie sur Redinha.

Ney positionne ses deux divisions d'infanterie, Mermet et Marchand, sur un plateau au sud de la rivière Redinha et de la ville de Redinha, avec plusieurs régiments de cavalerie et 14 canons.

Le plateau était approché par le sud par un défilé qui limitait l'accès au plateau de cette direction.

Royal Dragoon avec 2 fantassins : Bataille de Redinha ou Pombal combattu le 12 mars 1811 dans la guerre d'Espagne

Wellington, ses divisions étant montées, suivit Ney au point du jour, mené par une avant-garde des Royal Dragoons, la King's German Legion 1 st Hussars, la Light Division et la Pack’s Portuguese Brigade.

La Division Légère se déploie devant le flanc droit de Ney et, repoussant les tirailleurs français, avance sur le plateau, où elle subit un feu nourri et est chargée par la cavalerie française.

Sur la droite britannique, la division Picton avance sur le plateau, mais est également stoppée.

Au centre de Wellington, la brigade portugaise de Pack n'a pas appuyé son attaque.

Wellington, voyant qu'il semblait y avoir de fortes réserves françaises de l'autre côté de la rivière Redinha, arrêta l'assaut pour attendre l'arrivée de plus de troupes britanniques.

La quatrième division britannique est retardée par le défilé, pendant lequel Ney retire la division Marchand du côté nord de la rivière Redinha, où elle occupe les hauteurs surplombant la ville.

Finalement, Wellington a formé sa ligne à partir de la droite, la troisième division de Picton, la brigade de Pack, la quatrième division avec la division légère à gauche.

La ligne de Wellington déborde les troupes françaises sur le plateau.

La cavalerie formait une seconde ligne avec le reste de l'armée en réserve.

Un signal de trois coups de canon ordonna l'attaque britannique.

Alors que les Britanniques avançaient, les Français ont tiré une salve de leurs canons et se sont retirés, l'infanterie sur le pont de Redinha au-dessus de la rivière et la cavalerie sur la droite.

Ney a laissé l'ordre de battre en retraite trop tard pour que le mouvement soit exécuté facilement et il a fallu l'habileté de Mermet en tant que commandant pour extraire sa division sans perte indue.

Les tirs d'artillerie française depuis les positions au-dessus de Redinha couvraient à la fois le pont de Redinha et le gué au-dessous de la ville, empêchant Wellington de poursuivre sa poursuite.

Bataille de Redinha ou Pombal a combattu le 12 mars 1811 dans la guerre péninsulaire

Ney s'est retiré de sa position derrière Redinha et en a pris une autre sur un terrain élevé deux ou trois milles plus haut sur la route.

Picton a tenté de contourner la gauche de Ney, mais Ney a de nouveau désengagé son corps et s'est éloigné vers le corps principal de Massena, mettant fin à la bataille.

Pertes britanniques à la bataille de Redinha ou Pombal :
Les pertes totales britanniques et portugaises dans la bataille de Redinha étaient de 205 hommes tués, blessés ou portés disparus.

Les pertes françaises dans la bataille de Redinha étaient de 227 hommes tués, blessés ou portés disparus.

Fusilier français : Bataille de Redinha ou Pombal a combattu le 12 mars 1811 dans la guerre d'Espagne

Suivi de la bataille de Redinha ou Pombal :

La route préférée de Masséna pour la retraite française vers l'Espagne était via Coimbra et, traversant le fleuve Mondego, pour prendre la route au nord-est sur la rive nord du Mondego.

Les Français ont eu besoin de 36 heures pour construire un pont sur le fleuve Mondego à Coimbra et ainsi accéder à la rive nord.

La poursuite rapprochée de Wellington a privé Massena des 36 heures pour construire ce pont et a obligé les Français à emprunter la route directement à l'est par Miranda de Corvo, une alternative moins satisfaisante qui a conduit à quelques échappées de justesse pour les divisions françaises.

D'autres combats intenses ont eu lieu jusqu'à ce que les Français soient autorisés à réparer le pont sur la rivière Alva et à s'éloigner jusqu'à la frontière espagnole.

Médaille et honneur de bataille pour la bataille de Redinha ou Pombal:

La bataille de Redinha ou Pombal n'est pas un honneur de bataille britannique ni un fermoir sur la Médaille du service général militaire britannique 1848.

Anecdotes et traditions de la bataille de Redinha :

  • Un incident a eu lieu à Foz d'Arouce le 15 mars 1811, lors de la retraite de Ney de Miranda de Corvo, au cours duquel les soldats français du corps de Ney ont paralysé 500 chevaux et mules de bagages pour les empêcher d'être pris et utilisés par les Britanniques et les Portugais. Les soldats britanniques, en rencontrant ces animaux dans leur état de mutilation, étaient si furieux qu'on suppose que s'il y avait eu des combats le lendemain, aucun quartier n'aurait été fait aux troupes françaises.

Références pour la bataille de Redinha ou Pombal:

Voir la longue liste de références donnée à la fin du Peninsular War Index.

La bataille précédente de la guerre péninsulaire est la bataille de Campo Maior

La prochaine bataille de la guerre péninsulaire est la bataille de Sabugal


Combat de Foz de Arouce, 15 mars 1811 - Histoire

Photographies du champ de bataille :

Quelques photos de nos visites des champs de bataille de la campagne de Waterloo tels que Ligny, Quatre Bras, Wavre et Mont St Jean .

Quelques photos de nos différentes visites en Espagne, dont Albuera, Badajoz, La Corogne, Salamanque et Vitoria.

Quelques photos de nos visites sur la côte est de l'Espagne, y compris des endroits comme Barcelone, Gérone, Pampelune, Rosas, Saragosse, Tarragone et Tortosa.

Quelques images de nos visites des champs de bataille des campagnes 1813-1814 dont Bidassoa, Nivelle, Orthez et Toulouse.

Quelques photos de nos différentes visites au Portugal, y compris des endroits comme Rolica, Vimeiro, Torres Vedras et Bussaco.

Quelques photos de nos différentes visites de sites et de musées au Royaume-Uni, y compris Fishguard également notre ville natale de Portsmouth.

Quelques photos de nos différentes visites de sites en France dont Paris, Ille d'Aix et Rochefort.

Certains les événements clés de la guerre d'Espagne sont répertoriés ici par ordre chronologique :

1807
4 novembre. Bataille de Pancorbo. France (Lefebvre) contre Espagne (Blake). Français.

1808
16 février. Chute de Pampelune. France (Darmaignac) contre Espagne. Victoire française.
29 février. Chute de Barcelone. France (Lecchi) contre Espagne. Victoire française.
6 juin. Première bataille du Bruch. France (Schwartz) contre Espagne (France). Espanol.
7 juin. Bataille du pont d'Alcolea. France (Dupont) contre Espagne (Echavarri). Français.
20 juin. Premier siège de Gérone. France (Duhesme) contre Espagne (Junte composée par delRey/Bolvar). Victoire espagnole.
14 juin. Deuxième bataille du Bruch. France (Chabran) contre Espagne (Pamies). Espanol.
15 juin - 15 août. Premier siège de Saragosse. France (Lefebvre) contre Espagne (une Junte/de Lazan). Victoire espagnole.
26 juin 28 juin. Première bataille de Valence. France (Moncey) contre Espagne (Saint-Marq). Victoire espagnole.
14 juillet. Bataille de Medina del Rio Seco. France (Bessières) contre Espagne (Cuesta/Blake). Victoire française.
16 juillet. Combat de Mengibar. France (Gobert) contre Espagne (Reding). Victoire espagnole.
22 juillet. Bataille de Bailín. France (Dupont) vs Espagne (Castaños). Victoire espagnole.
27 juillet 20 août. Deuxième siège de Gérone. France (Duhesme) contre Espagne (Del Palaccio). Victoire espagnole.
15 août. Bataille de Roliña (Roleia). France (Delaborde) contre Grande-Bretagne/Portugal (Wellington). Victoire britannique/portugaise.
21 août. Bataille de Vimeiro. France (Junot) contre Grande-Bretagne/Portugal (Wellington). Victoire britannique/portugaise.
29 octobre. Bataille de Zornosa. France (Lef bvre) contre Espagne (Blake). Victoire française.
5 novembre. Bataille de Valmaceda. France (Vilatte) contre Espagne (Blake). Victoire espagnole.
6 novembre 5 décembre. Siège de Rosas. France (Saint-Cyr) contre Espagne (Reding). Français.
7 novembre. Combat de Guènes. France (Villette) contre Espagne (Blake). Victoire française.
10 novembre. Bataille de Gamonal. France (Bessières/Soult) vs Espagne (Belvedere) Français.
10-11 novembre. Bataille d'Espi osa. France (Victor) contre Espagne (Blake). Victoire française.
14 novembre. Chute de Reynosa. France (Soult) contre Espagne (Blake). Français.
23 novembre. Bataille de Tudela. France (Lannes) vs Espagne (Castaños). Français.
30 novembre. Bataille de Somosierra. France (Napoléon) contre Espagne (San Juan). Français.
24 novembre. Chute de Madrid. France (Napoléon) contre Espagne (Castelar). Français.
16 décembre. Bataille de Cardadeu. France (Saint-Cyr) contre Espagne (Reding). Français.
20 décembre. Première bataille de Saragosse. France (Moncey) contre Espagne (Palafox). Français.
20 décembre 20 février 1809. Deuxième siège de Saragosse. France (Moncey/Lannes) contre Espagne (Palafox). Français.
21 décembre. (Cavalerie) Combat de Sahagun. France (Debelle) contre la Grande-Bretagne (Page/Henry). Britanique.
21 décembre. Molins de Rey. France (Saint-Cyr) contre Espagne (Reding). Français.
29 décembre. Combat de Bénévente. France (Lefévre-Desnouettes) contre Grande-Bretagne (Page/Henry). Britanique.

1809
13 janvier. Bataille d'Uclès. France (Victor) contre Espagne (Venegas). Français.
16 janvier. Bataille de Corogne (Bataille de La Corogne, Bataille d'Elvin). France (Soult) contre Grande-Bretagne (Moore). Français. Mort de Moore.
18 février. Bataille d'Igualda. France (Saint-Cyr) contre Espagne (Castro). Français.
19 février. Bataille de Valls. France (Saint-Cyr) contre Espagne (Reding). Français.
20 février. Deuxième bataille de Saragosse. France (Lannes) contre Espagne (Palafox). Français.
14 mars. Bataille de Chaves. France (Soult) contre Espagne (Silveira). Français.
17 mars. Bataille de Meza de Ibor. France (Victor) contre Espagne (Del Paarque). Français.
20 mars. Bataille de Braga. France (Soult) contre Portugal (Eben). Français.
21 mars. Bataille de Miajadas. France (Subervie/Bordesoulle) contre Espagne (Henestrosa). Espanol.
29 mars. Bataille de Medellín. France (Victor) contre Espagne (Cuesta). Français.
29 mars. Première bataille de Porto. France (Soult) contre Portugal (Parreiras/Vittoria). Français.
18-19 avril. Bataille d'Amarante. France (Loison) contre Portugal (Silveira). Français.
25 avril. Bataille d'Amarante. France (Loison) contre Portugal (Silveira). Français.
24 mai 11 décembre. Troisième siège de Gérone. France (Verdier/Augereau) contre Espagne (Alvarez). Français.
5-19 mai. Bataille de Monzon. France (Habert) contre Espagne (Perena). Espanol.
11 mai. Combat de Grijon. France (Mermet) contre Grande-Bretagne (Wellington). Britanique.
12 mai. Deuxième bataille de Porto. France (Soult) contre Grande-Bretagne (Wellington). Britanique.
14 mai. Bataille d'Alcantara. France (Victor) contre Portugal (Mayne). Indécis.
21 mai. Bataille d'Alcaniz. France (Suchet) contre Espagne (Blake). Espanol.
22 mai. Combat près de Santiago. France (Maucune) contre Espagne (Carrera). Espanol.
8 juin. Bataille de la rivière Oitaben (bataille de Ponte Sampaio). France (Ney) contre Espagne (Norona). Espanol.
15 juin. Bataille de Marie. France (Suchet) contre Espagne (Blake). Français.
18 juin. Bataille de Belchite. France (Suchet) contre Espagne (Blake). Français.
27 juin. Combat de la Casa de Salinas. France (Lapisse) contre Grande-Bretagne (Wellington). Indécis. (Wellington a été presque capturé).
28-29 juillet. Bataille de Talavera. France (Joseph/Victor) contre Grande-Bretagne/Espagne (Wellington/Cuesta). Victoire britannique/espagnole.
8 août. Bataille d'Arzobispo. France (Soult) contre Espagne (Albuquerque). Français.
11 août. Bataille d'Almonacide. France (Sebastiani) contre Espagne (Venegas). Français.
18 octobre. Bataille de Tamames. France (Marchand) contre Espagne (Del Parque). Espanol.
19 novembre. Bataille d'Ocaïa. France (Soult) contre Espagne (Areizago). Français.
29 novembre. Bataille d'Alba de Tormes. France (Kellerman) contre Espagne (Del Parque). Français.

1810
20 février. Bataille de Vich. France (Souham) contre Espagne (O Donnell). Français.
19-20 mars. Combat de Barba del Puerco. France (Ferey) contre Grande-Bretagne (Beckwith). Britanique.
21 mars 21 avril. Siège d'Astorga. France (Junot) contre Espagne (Santocildes). Français.
25 mars. Bataille d'El Ronquillo. France (Gazan) contre Espagne (Ballesteros). Français.
13 avril - 13 mai. Siège de Lérida. France (Suchet) contre Espagne (Conde). Français.
15 avril. Bataille de Zalamena. France (Mortier) contre Espagne (Ballesteros). Français.
20 avril. Combat de Margalef. France (Harispe) contre Espagne (O Donnell). Français.
16-24 mai. Siège de Mequinenza. France (Suchet) vs Espagne (Carbone). Français.
26 mai. Bataille d'Arecena. France (Mortier) contre Espagne (Ballesteros). Français.
20 mai 10 juillet. Siège de Ciudad Rodrigo. France (Ney>Massña) vs Espagne (Herrasi) Français.
10 juillet. Combat de Barquilla. France contre Grande-Bretagne (Craufurd). Français.
24 July. Combat of the Coa River. France (Ney) vs. Britain (Craufurd). French.
11 August. Combat of Villagarcia. France (Girard) vs. Spain (La Romana). French.
15-27 August. Siege of Almeida. France (Ney) vs. Portugal (Cox). French.
14 September. Battle of la Bispal. France (Schwartz) vs. Spain (O Donnell). Espanol.
27 September. Battle of Bussaco (Bu aco). France (Mass na) vs. Britain/Portugal (Wellington). British/Portuguese victory. (Wellington able to repell assaults of Ney s and Reynier s corps. But was forced nevertheless to withdraw).
13 October. Siege of Fuengirola. France (Sebastiani) vs. Britain (Blayney). French victory. (The British besieging the French).
3 November. Battle of Baza. France (Milhaud) vs. Spain (Blake). French.
16 December 1810 2 January 1811. Siege of Tortosa. France (Suchet) vs. Spain (Lilli).
11 November 1810 23 January 1811. First Siege of Olivenza. France (Soult) vs. Spain (Herck). French.

1811
15 January. Combat of Pla (Valls). France (Orsatelli Eugenio) vs. Spain (Sarsfield). Espanol.
24 January (or 21). Battle of Villanueva de los Castillejos. France (Gazan) vs. Spain (Ballasteros). French.
26 January 10 March. First Siege of Badajoz. France (Soult) vs. Spain (Imaz). Espanol.
19 February. Battle of Gebora. France (Mortier, possibly Soult) vs. Spain (Medizabal). French.
5 March. Battle of Barrosa. France (Victor) vs. Britain/Spain (Graham). British/Spanish.
11 March. Combat of Pombal. France (Ney) vs. Britain. British.
12 March. Combat of Redinha. France (Ney) vs. Britain ( Wellington). British.
14 March. Combat of Casal Novo. France (Marchand) vs. Britain (Erskine). British.
14-21 March. Siege of Campo Mayor. France (Mortier) vs. Portugal (Talaya). French.
15 March. Combat of Foz de Arouce. France (Ney) vs. Britain (Erskine). British.
15-16 March. Siege of Albuquerque France (Latour-Maubourg) vs. Spain (Cagigal). French.
19 March. Battle of Monjuch. France (Mathieu) vs. Spain (Campoverde). French.
25 March. Combat of Campo Mayor. France (Latour-Maubourg) vs. Britain (Long). British.
29 March. Guarda. France (Loison) vs. Britain ( Wellington). British.
3 April. Battle of Sabugal. France (Reynier) vs. Britian/Portugal ( Wellington). British/Portuguese victory.
9-14 April. Second Siege of Olivenza. France vs. Britian (Beresford). British.
10-19 April. Siege of Figueras. France (MacDonald) vs Spain ( Martinez). French.
12 April 10 May. Blockade of Almeida. France (Brennier) vs. Britain ( Campbell) French escaped.
22 April 12 May. Second Siege of Badajoz. France (Phillipon) vs. Britain (Beresford). The French are the besieged. French victory.
3 May. Battle of Figueras. France (Baraguay d Hilliers) vs. Spain (Campoverde). French.
3 May 28 July. France (Suchet) vs. Spain (Contreras). French.
5 May. Battle of Fuentes de O oro. France (Mass na) vs. Britain/Portugal (Wellington). British/Portuguese victory.
16 May. Battle of Albuera. France (Soult) vs. Britain/Portugal/Spain (Beresford). British/Portuguese/Spanish victory.
19 May 10 June. Third Siege of Badajoz. France (Phillipon) vs. Britain (Wellington). French.
25 May. Combat of Usagre. France (Latour-Maubourg) vs. Britain (Lumley). British.
5-7 June. Operations around Almeida. France (Marmont) vs. Spain (Spencer). French.
22 June. Cavalry combats near Elvas. France (Latour-Maubourg) vs. Britain (Long/Von Alten). French.
23 June. Battle of Benavides. France (Valletaux) vs. Spain (Santoclides). Espanol. Death of General Valletaux.
2 July. First Combat on the River Orbigo. France (Serras/Bonnet) vs. Spain (Santoclides). Espanol.
18 July. Second Combat on the River Orbigo. France (Serras/Bonnet) vs. Spain (Santoclides). French.
25 July. Battle of Monserrat. France (Suchet) vs. Spain. French.
15 September 25 October. Siege of Saguntum. France (Suchet) vs. Spain (Blake). French.
25 September. Combat of Carpio de Azaba. France (Watier) vs. Britain (Graham) British.
25 September. Combat of El Bodon. France (Montbrun) vs. Spain (Picton). French.
27 September. Combat of Aldea da Ponte. France (Thiebault/Souham) vs. Britain (Wellington). Undecided.
25 October. Battle of Saguntum. France (Suchet). Spain (Blake). French.
28 October. Battle of Arroyo dos Molinos. France (Girard) vs. Britain/Portugal (Hill). British/Portuguese victory.
29 October 2 February 1812. Spanish Raid into France (Valleys of Cerdagne). France vs. Spain (Eroles). Espanol.
5 November. First Combat of Bornos. France (Semele) vs. Spain (Ballasteros). Espanol.
8 December 4 January 1812. Siege of Tarifa. France (Victor) vs. Britain (Skerrett). British.
24 December. Battle of Murviedro. France vs. Spain (Hill). French.
25 December 1811 8 January 1812. Siege of Valencia. France (Suchet) vs. Spain (Blake). French.
29 December. Combat of Membrillo. France (Neveux) vs. Britain (Hill). French.

1812
9 January. Battle of Valencia. France (Suchet) vs. Spain (Blake). French.
8-19 January. Siege of Ciudad Rodrigo. France (Barrie) vs. Britain/Portugal (Wellington). British/Portuguese victory. The French are the besieged. Wellington storms the city on 19 January 1812.
20 January 2 February. Siege of Peniscola. France (Severolli) vs. Spain (Navarro). French.
24 January. Combat of Altafulla. France (Mathieu) vs. Spain (Eroles). French.
1 February. Action of Los Poblaciones. France (Conroux) vs. Spain (Ballasteros). French.
11 April. Combat of Villagarcia. France (Drouet) vs. Britain (Stapleton-Cotton). British.
14 April. Rout of Guarda. France (Marmont) vs. Portugal (Trant/Wilson). French.
19 April. Fourth Siege of Badajoz. France (Phillipon) vs. Britain/Portugal (Wellington). British/Portuguese victory. Somewhat unclear. Apparently there was also a Siege of Badajoz from 17 March-6 April 1812 ending with the storming of the fortress.
18 mai. Battle of the Bridge of Almaraz. France (Aubert) vs. Britain (Hill). British.
1 June. Second Combat of Bornos. France (Conroux or Soult?) vs. Spain (Ballasteros). français
11 June. Combat of Maguilla. France (Lallemand) vs. Britain (Slade). French.
15 June 18 August. Siege of Astorga. France vs. Spain (Santoclides). Espanol.
17-27 June. Siege of the Salamanca Forts. France (Duchemin) vs. Britain (Wellington). British.
21 June. Siege of Lequeito. France (Gillord) vs. Britain (Popham). British.
7 July. Siege of Castro. France vs. Britain (Popham). British.
18 July. Combat of Castrejon. France (Marmont) vs. Britain (Cotton). French.
18 July. Combat of Castrillo. France (Clausel) vs. Britain ( Wellington). British.
21 July. Battle of Castalla. France (Delort) vs. Spain (O Donnell). French.
22 July. Battle of Salamanca. France (Marmont) vs. Britain/Portugal/Spain (Wellington). British/Portuguese/Spanish victory. Marmont wounded.
22 July 2 August. Siege of Santander. France (Dupreton) vs. Britain (Popham). British.
23 July. Battle of Garcia Hernandez. France (Foy) vs. Britain (Wellington). British.
11 August. Combat of Majalahonda. France (Treillard) vs. Britain (D Urban). French.
13 August. Capture of Bilbao. France vs. Spain (Mendizabal). Espanol.
14 August. Capture of Valladolid. France (Clausel) vs. Spain (Santclides). French.
27-29 August. Capture of Bilbao. France (Caffarelli) vs. Spain (Mendizabal). French.
19 September 21 October. Siege of Burgos. France (Dubreton) vs. Britain/Portugal (Wellington). French. (some say siege lasted until 30 October). The French are the besieged. Wellington abandons the siege.
23 October. Combat of Venta del Pozo. France (Faverot) vs. Britain (Stapleton-Cotton). French.
23-28 October. Combat of Villadrigo. France (Faverot) vs. Britain (Stapleton-Cotton). British.
28 October. Battle of Tordesillas. France (Guingret) vs. Britain. French.
30 October. Combat of the Puente Larga. France (Soult) vs. Britain (Skerrett). British.
25 October. Combat of Villa Muriel. France (Maucune) vs. Britain (Oswald). French.
10-11 November. Combat of Alba de Tormes. France (Soult) vs. Britain (Howard). British.
17 novembre. Combat of San Mu oz. France (Soult) vs. Britain (Wellington). Undecided.

1813
[?]-11 February. Siege of Tafalla. France vs. Spain (Mina). Espanol. The French are the besieged.
10-11 February. Combat of Poza. France (Palombini) vs. Spain (Longa). Undecided.
20 February. Raid on Bejar. France (Foy) vs. Britain (Col. Harrison). British.
31 March. Combat of Lerin. France (Gaudin) vs. Spain (Mina). Espanol.
11 April. Combat of Yecla. France (Harispe) vs. Spain (Mijares). French.
11-12 April. Siege of Villena. France (Suchet) vs. Spain. French.
12 April. Combat of Biar. France (Suchet) vs. Britain (Adam). British.
12-13 April. Battle of Castalla. France (Suchet) vs. Britain (Murray). British.
29 April 12 May. Siege of Castro-Urdiales. France (Foy) vs. Spain (Alvarez). French.
2 June. Combat of Morales. France (Digeon) vs. Britain (Grant). British.
3-15 June. Siege of Tarragona. France (Bertoletti) vs. Britain (Murray). French.
13 June. Combat of Carcagente. France (Suchet) vs. Spain (Del Parque). French.
18 June. Combat of Osma. France (Reille) vs. Britain (Graham). British.
18 June. Combat of San Milan. France (Maucune) vs. Britain (Von Alten). British.
21 June. Battle of Vittoria. France (Joseph/Jourdan) vs. Britain/Portugal/Spain (Wellington). British/Portuguese/Spanish victory.
23 June. Combat of La Salud. France (Decaen) vs. Spain (Eroles). Espanol.
24 June. First Combat of Villafrance. France (Foy) vs. Britain (Graham). Undecided.
25 June 31 October. Blockade of Pamplona. France (Casson) vs. Spain (de Espa a). Espanol.
26 June. Combat of Tolosa. France (Foy) vs. Britain (Graham). British.
[?] July. Combat of Maya. France (Gazan) vs. Britain (Wellington). British.
11 July. Capture of Saragossa. France (Paris) vs. Spain (Mina). Espanol.
7 July 8 September. Siege of San Sebastian. France (Rey) vs. Britain (Wellington). British. (some say dates 26 August 8 September).
25 July. Battle of Roncesvalles. France (Reille) vs. Britain/Portugal (Cole). French.
25 July. Battle of Maya. France (D Erlon) vs. Britain/Portugal (Stewart). French.
26 July 31 August. Siege of San Sebastian. France (Rey) vs. Britain/Portugal (Graham). British/Portuguese victory.
26-28 July. First Battle of Sorauren. France (Soult) vs. Britain/Portugal (Wellington). British/Portuguese victory.
30 July 1 August. Second Battle of Sorauren. France (Soult) vs. Britain/Portugal (Wellington). British/Portuguese victory.
30 July 15 August. Blockade of Tarragona. France (Suchet) vs. Britain (Bentinck). French.
31 July. Combat of Venta de Urroz. France (D Erlon) vs. Britain (Hill). British.
1 August. Combat of Sumbilla. France (Clausel) vs. Britain (Cole). British.
1 August. Combat of Yanzi. France (D Erlon) vs. Spain/Britain (Longa/Alten/Cole). Spanish/British victory.
2 August. Battle of Lizaso. France vs. Britain/Portugal. [?] victory.
19 August. Combat of Amposta. France (Robert) vs. Spain (Del Parque). French.
31 August. Battle of San Marcial. France (Soult) vs. Britain/Spain (Wellington). British/Spanish victory.
13 September. Combat of Ordal. France (Suchet) vs. Britain (Adam). French.
14 September. Second Combat of Villafranca. France (Suchet) vs. Britain (Bentinck). French.
7 October. Passage of the Bidassoa. France (Soult) vs. Britain (Wellington). British.
7 October. Combat of the Bridge of Vera. France (Vandermaesen) vs. Britain (Captain Cadoux). French.
10 November. Battle of Nivelle. France (Soult) vs. Britain (Wellington). British.
9 December. Battle of Villefranque. France (D Erlon) vs. Britain (Hill). British.
9-12 December. Battle of Nive. France (Soult) vs. Britain (Wellington). British.
10 December. Combat of Anglet. France (Soult) vs. Britain (Hope). British.
10 December. Combat of Arcangues. France (Clausel) vs. Britain (Alten). British.
10 December. First Combat of Barrouillet. France (Reille) vs. Britain (Hope). British.
12 December. Second Combat of Barrouillet. France (Soult) vs. Britain (Hill). British.
13 December. Battle of Saint Pierre. France (Soult) vs. Britain (Hill). British.

1814
16 January. Combat of Molins de Rey. France (Mesclop) vs. Britain (Clinton). Undecided.
23 February 26 April. Siege of Bayonne. France (Thouvenot) vs. Britain (Hope). French.
15 February. Combat of Garris. France (Harispe) vs. Britain (Wellington). British.
15 February. Combat of Arriverayte. France (Harispe) vs. Britain (Hilll). British.
25 February. Storm of Saint Etienne. France vs. Britain (Hope). British.
27 February. Battle of Orthez. France (Soult) vs. Britain (Wellington). British.
2 March. Combat of Aire. France (Clausel) vs. Britain (Hill). British.
17 March. Daunia s Riad. France (Captain Daunia) vs. Britain. French.
19 March. Combat of Vic-Bigorre. France (D Erlon) vs. Britain (Picton). Undecided.
20 March. Combat of Tarbes. France (D Erlon) vs. Britain (Wellington). British.
24 March. Combat of Etauliers. France (L Huillier) vs. Britain (Dalhousie). British.
6 April. Napoleon s abdication.
8 April. Combat of Croix D Orade. France (Soult) vs. Britain (Wellington). British.
10 April. Battle of Toulouse. France (Soult) vs. Britain/Spain (Wellington). British/Spanish victory.
14 April. Battle of Bayonne. France (Thouvenot) vs. Britain (Hope). Undecided.
16 April. Battle of Barcelona. France (Habert) vs. Spain (Sarsfield). Espanol.

1815
16 June Battle of Quatre Bras
16 June Battle of Ligny
18 June Battle of Wavre
18 June Battle of Waterloo .

Send mail to PNS1814 with questions or comments about this web site.
Copyright 2005 - 2021 Portsmouth Napoleonic Society


The Lordz Forum

How would you rank Napoleon's Marshals? We have twenty-six Marshals altogether but four of them were retired (as well as an almost-Marshal who died while his baton was on its way).

The ranking is based on skills as a military commander, both tactically and strategically, as well as dependability, loyalty, and overall usefulness to Napoleon and the First Empire.

This is not a ranking of Napoleon's best generals, for many probably merited batons but never got them, such as Desaix who died at Marengo, Joubert who died at Novi, or any of Davout's Iron three: Gudin, Friant, or Morand.

My personal ranking would be below:

1. Davout
2. (tie) Massena, Lannes, and Suchet (and St. Hilaire had he lived)
3. (tie) Soult, Berthier, St. Cyr
4. (tie) Augureau, Bessieres, Grouchy, Murat, Ney, Poniatowski
5. (tie) Marmont, Victor, MacDonald, Oudinot, Jourdan, Serurier
6. (tie) Bernadotte, Brune, Kellerman, Lefebvre, Moncey, Mortier, Perignon

Anyone have thoughts? Happy to discuss the reasons.

Re: Rating Napoleon's Best Marshals

Publier par General Drouot » Sat May 14, 2011 3:41 pm

Re: Rating Napoleon's Best Marshals

Publier par Wym. » Sat May 14, 2011 5:37 pm

Personally I would put him at least joint 1st? his military achievement's was nothing short of spectacular, banishing one Marshal after the other(with strong support of the Spanish/Portuguese guerillas,note the Spanish army was next to useless,but the Portuguese army with British influence was useful)on his march from Lisbon to Paris,granted My knowledge of the French empire is limited atm as I've only studied the British involvement(I'm finding Simon Scarrow's book 'the generals' about Wellesley&Napoleon a very good read atm thou)lol I didn't realize the were 26 Marshal's

Re: Rating Napoleon's Best Marshals

Publier par Lord Fullin » Sat May 14, 2011 11:00 pm

Rankings are always unfair.

Davout will rank first as the only only undefeated commander of the Napoleonic Wars.

But then, what is the criteria?

I prefer Ney and Murat for their elan and flamboyancy.

Its very difficult to asses , but i think your ranking is quite accurate in general. I will add General Dupont. a brilliant General that was in the fast track to marshalate wasnt for the Baylen affaire he would have been a great Marshal .

Re: Rating Napoleon's Best Marshals

Publier par Wym. » Sun May 15, 2011 9:10 am

Arthur Wellesley's Military Record

15 Sep 1794 War of the First Coalition Battle of Boxtel Battle Dutch Republic Lieutenant-Colonel Indecisive

27 Mar 1799 Fourth Anglo-Mysore War Battle of Mallavelly Battle India Colonel Victory

6 Apr 1799 Fourth Anglo-Mysore War Battle of Sultanpet Tope Battle India Colonel Victory

4 May 1799 Fourth Anglo-Mysore War Battle of Seringapatam Battle India Colonel Victory

23 Sep 1803 Second Anglo-Maratha War Battle of Assaye Battle India Major-General Victory

28 Nov 1803 Second Anglo-Maratha War Battle of Argaon Battle India Major-General Victory

15 Dec 1803 Second Anglo-Maratha War Siege of Gawilghur Siege India Major-General Victory

29 Aug 1807 English Wars Battle of Køge, part of the Battle of Copenhagen Battle Denmark Major-General Victory

17 Aug 1808 Peninsular War Battle of Roliça Battle Portugal Lieutenant-General Victory

21 Aug 1808 Peninsular War Battle of Vimeiro Battle Portugal Lieutenant-General Victory

10–11 May 1809 Peninsular War Battle of Grijó Battle Portugal Lieutenant-General Victory

12 May 1809 Peninsular War Second Battle of Porto, also known as the Battle of Douro Battle Portugal Lieutenant-General Victory

27–28 Jul 1809 Peninsular War Battle of Talavera Battle Spain Lieutenant-General Victory

27 Sep 1810 Peninsular War Battle of Bussaco Battle Portugal Lieutenant-General Victory

11 Mar 1811 Peninsular War Battle of Pombal Skirmish Portugal Lieutenant-General Defeat

12 Mar 1811 Peninsular War Battle of Redinha Battle Portugal Lieutenant-General Defeat

15 Mar 1811 Peninsular War Combat of Foz de Arouce [5] Skirmish Portugal Lieutenant-General Victory

29 Mar 1811 Peninsular War Combat of Guarda [6][7] Skirmish Portugal Lieutenant-General Victory

3 Apr 1811 Peninsular War Battle of Sabugal Battle Portugal Lieutenant-General Victory

3–6 May 1811 Peninsular War Battle of Fuentes de Oñoro Battle Portugal Lieutenant-General Indecisive

18 May–17 Jun 1811 Peninsular War Second Siege of Badajoz [8] Siege Spain General Indecisive

25 Sep 1811 Peninsular War Combat of El Bodón [9] Skirmish Spain General Indecisive

27 Sep 1811 Peninsular War Combat of Aldea da Ponte [10] Skirmish Spain General Indecisive

7–20 Jan 1812 Peninsular War Siege of Ciudad Rodrigo Siege Spain General Victory

16 Mar–6 Apr 1812 Peninsular War Third Siege of Badajoz Siege Spain General Victory

18 Jul 1812 Peninsular War Combat of Castrillo [11] Skirmish Spain General Victory

17–27 Jun 1812 Peninsular War Siege of the Salamanca Forts [12] Siege Spain General Victory

22 Jul 1812 Peninsular War Battle of Salamanca Battle Spain General Victory

19 Sep–21 Oct 1812 Peninsular War Siege of Burgos Siege Spain General Defeat

25 Oct 1812 Peninsular War Combat of Villa Muriel [13] Skirmish Spain General Defeat

10–11 Nov 1812 Peninsular War Combat of Alba de Tormes [14] Skirmish Spain General Indecisive

17 Nov 1812 Peninsular War Combat of Huebra, San Muñoz [15] Skirmish Spain General Indecisive

10–12 June 1813 Peninsular War Second Siege of Burgos [16] Siege Spain General Victory

21 Jun 1813 Peninsular War Battle of Vitoria Battle Spain General Victory
7 Jul–8 Sep 1813 Peninsular War Siege of San Sebastian Siege Spain Field Marshal Victory

26–28 Jul 1813 Peninsular War First Battle of Sorauren, part of the Battle of the Pyrenees offensive Battle Spain Field Marshal Victory

30 Jul–1 Aug 1813 Peninsular War Second Battle of Sorauren Battle Spain Field Marshal Victory

2 Aug 1813 Peninsular War Combat of Echalar [17][18] Skirmish Spain Field Marshal Victory

7 Oct 1813 Peninsular War Battle of the Bidassoa, also known as the Battle of La Rhune Battle France Field Marshal Victory

10 Nov 1813 Peninsular War Battle of Nivelle Battle France Field Marshal Victory

9–12 Dec 1813 Peninsular War Battle of the Nive Battle France Field Marshal Victory

15 Feb 1814 Peninsular War Battle of Garris Battle France Field Marshal Victory

27 Feb 1814 Peninsular War Battle of Orthez Battle France Field Marshal Victory

20 Mar 1814 Peninsular War Battle of Tarbes [19][20] Battle France Field Marshal Victory

8 Apr 1814 Peninsular War Combat of Croix d'Orade [21][22] Skirmish France Field Marshal Victory

10 Apr 1814 Peninsular War Battle of Toulouse Battle France Field Marshal Indecisive

16 Jun 1815 Hundred Days Battle of Quatre Bras Battle Belgium Field Marshal Indecisive

18 Jun 1815 Hundred Days Battle of Waterloo Battle Belgium Field Marshal Victory

Re: Rating Napoleon's Best Marshals

Publier par General Drouot » Sun May 15, 2011 3:12 pm

Of course, rankings are always unfair but they can still be useful in just stimulating debate. And the criteria again is about the skill as a military commander, both strategically and tactically. It's not perfect but nothing in war or history ever is.

With all respect to the Duke of Wellington's accomplishments in the Penninsula, I think his record has been distorted by the numerous English writings, TV shows, etc. that focus too much on this campaign, which was an important but still secondary theatre in the Napoleonic wars (kind of like the Italian front in WWII-Europe or the Burma front in WWII-Pacific). I would encourage people to read the historical records of all sides: British, French, Austrian, Russian, Prussian, and others to get the most balanced assessment of the military generals.

Wellington's campaigns in Spain and Portugal are impressive, and I fully think that Wellington deserves to be rated among Napoleon's best marshals, but maybe not THE best. IMO, Wellington's core strengths are in defensive tactics and logistics, but he rates poorer in strategic attack, rapid marching, and discipline.

It's most useful to compare with the marshals he actually fought directly, namely Massena, Marmont, and Soult (and Ney and Bessieres under Massena). His victory at Salamanca shows to me how Wellington rates higher than Marmont, though Marmont was outmaneuvering him prior to the Battle. Wellington also defeated Soult repeatedly, but by this time enjoyed superior numbers against Soult's raw conscripts, and never seemed to manage the complete destruction of Soult which perhaps a better commander might have pulled off. I think Wellington was most evenly matched with Massena, with Fuentes de Onoro and Bussaco being bloody near-draws with Wellington enjoying being on the defensive. Wellington deserves credit for building the Lines of Torres Vedras to starve Massena out, not in the least persuading the Portuguese to burn their crops. Also, Massena by this time was old and tired, and suffered from gross insubordination by his junior commanders Ney and Bessieres at critical points in battle. Also, Ney showed on unexpected talent for defensive fighting himself and gave Wellington a bloody nose at Redhina.

Winning the battle at Waterloo was also impressive, but this too is overrated. He was outmaneuvered by Napoleon but hung onto an excellent defensive terrain using his trade-mark reverse slope defense while enjoying even numbers until superior numbers in the form of Blucher's Prussians arrived to crush Napoleon. Even then, Wellington was being forced back and was almost on the point of retreat when Blucher arrived. Objectively, in the grand scheme of things, is resisting an equal-sized army while in excellent defensive terrain for about six hours that impressive relative to say Davout at Auerstadt, when he first defended against then attacked and crushed the cream of the Prussian army twice his numbers?

In my view, his greatest accomplishment was in India, where in conjunction with his older brother, Arthur Wellesley outfought and defeated multiple superior armies in a brilliant campaign with a tiny army. This compares best with some of the accomplishments of Napoleon and his Marshals. Wellington's most enduring military accomplishment was the completion of the British conquest of India begun by Clive of India half-a-century earlier.

So I stick to my point, Wellington ranks very high among the likes of Massena or Soult, but not tied for first place with Davout. Thanks for reading this long post.

Re: Rating Napoleon's Best Marshals

Publier par Wym. » Sun May 15, 2011 3:59 pm

Wellesley's historical success's are undeniable he was a military genies,as was Nelson at sea,Wellesley was generally vastly outnumbered or allied to weak nations like the Spanish (at Talavera the Spanish routed themselves. yes themselves after 20000 Spaniards fired at French Dragoons 3/4 of a mile away lol,the sound of 20000 muskets with the accompanying smoke etc scared them witless,the entire Spanish contingent routed on-mass lol,luckily Wellesley new of the VV poor military ability and put them in a heavily fortified position's,leaving the Brits in the open)
All the history books of all the nations tell the same story m8?Yes the French Generals had incredible success throughout central/eastern Europe. but French success ended when one man a military genius landed in Lisbon and started his long march north,prior to Wellesley's involvement in continental Europe France was virtually undefeated. until of course they fought Wellesley,the list of Wellesley's battles I've posted are historically correct and can be found in any one of the vast independent historical studies of the 1770's to the 1820's

It's impossible for me to argue if Wellesley was a better commander than any one of the French Generals. as I do not know nearly enough about the French Empire of the era?its undeniable that like Hitler,Napoleon was a military heavy weight(if not a genius) of the time compared to the other continental powers he marched were he wanted defeating all in his way. apart from Britain. with the British Navy ruling the seas and Wellesley on land Napoleon met a very very worthy if not unbeatable adversary??

History tells the whole story?? after reading nearly 100 books on the subject(sad I know lol) they all tell the same story,Napoleon's French Empire with all its countless victories was doomed. with Britain having the 'fattest purse' in the world, ruling all the Sea's, all the Trade route's,the wealthiest Colonies and with Wellesley at the head of the best trained/equip'd army of the era, Napoleons days were numbered


Palouse Wargaming Journal

The extra two battalions will no doubt make an interesting difference and nice to see that there is full justification for this balancing tweak. I do like that church.

I like the church too! It will likely feature in many a future Peninsular War battle.

Just excellent - looking forward to report - i enjoyed the one in May very much. The perennial conundrum of skirmishers is very familiar - my best compromise to date (nothing particularly original) is an element of abstraction in the form of unit weightings in favour of those with better skirmish abilities, plus - where necessary - employ skirmishers in larger "units" at brigade level. I should know this, but what rules are you using?

Tony! Glad you enjoyed the earlier account of the FdA battle. Hopefully, this upcoming account will prove equally entertaining.

For this battle, the rules are of my own doing with the core concept of Combat Effectiveness (CE) derived from Howard Whitehouse's "Old Trousers." Even after years of tweaking, Howard would likely recognize some of his key concepts.

In the interest of speeding play, I utilized a skirmisher abstraction of a linear differential. That is, each battalion has an inherent skirmisher rating. In ranged fire, the difference between these two ratings is added (or subtracted) from the Firing unit's die roll. Having a superior skirmishing capability enhances one's chance to inflict a degradation of the the target's Combat Effectiveness. Conversely, a firing unit, with an inferior skirmishing capability wrt it target, is less likely to cause a CE degradation.

I think the abstraction of the skirmishers for this game worked wonderfully. The simplified rules really helped streamline the game and not bog this down.

Jake, glad the skirmisher change worked for you!

I was reading another blog this morning, the single base represents the battalion. Basically only skirmishers and artillery can fire. Infantry have their Fire all rolled up in the close combat calculations. An interesting way to differentiate between line and skirmisher, while still playing at the higher level of command.

Norm - that's familiar - "Big Battalions" and "Grande Armee" both used this approach, and I adopted it for my own rules for a while. Which blog were you reading, if I might ask?(!)

Norm, I have seen rules where ranged fire was limited to only skirmishers and artillery. My own, higher level Napoleonic rules in which each stand represents about 1,000 men, only artillery has ranged fire. Everything else is considered Close Combat. Skirmishers are abstracted and each BMU is given a Skirmish Rating based upon their effectiveness in skirmishing. Mustafa's Grande Armee does something similar wrt skirmishers.

Tony, yes, "Grande Armee" does something very similar but I have not tried "Big Battalions."

Your Napoleonic rules are based upon Commands & Colors, no?

I have some house rules which used to live on a computer, but I've been working to get them working with dice - simplified the game a lot - computers are happy to check morale and the routers and test the weather and handle off-table or concealed units until the cows come home, so I'm aiming for a simpler game. I use C&CN for big battles.

Well that took some hunting down, I was being lazy above and hoping to get away with it :-)

Anyway it is a post on the Lead Adventure Forum, link below, it is all worth looking at, but post 40 is specifically my source. Jon says his rules are a mash-up between Black Powder and Lion Rampant, that alone should peek interest.


Combat of Foz de Arouce, 15 March 1811 - History

Lt. Col. John Gomersall's Napoleonic War

Massena's Retreat from Portugal
Mar - April 1811
See Redinha Battle Plan

On 4th March, Massena began his retreat sending Marchand to Leira. Wellington must have been aware that this move was imminent as on the same day an order was issued to Pack:

“Brigadier General Pack and Major General Howard’s Brigade, to move towards Azambuja. These arrangements are ordered with the view of being prepared to follow the enemy should he move off…. Lord wellington wishes you therefore to be prepared to advance by the bridge of Calhorice.”

On 6th March Wellington found Santarem deserted and immediately dispatched the Light Division and the 1st Division in hot pursuit through the burned out villages of Alcobaca and Batalha, they were at Leira by 9th, Venda Nova by 10th and caught up with Ney’s rear guard at Pombal on the 11th. The French left devastation in their wake, to quote Oman:

“Picton, not a man easily to be moved by sentiment wrote: ‘Nothing can exceed the devastation and cruelties committed by the enemy during his retreat: he has set fire to all the villages and murdered all the peasantry for leagues on each side of his march.’”

Pack was sent off further to the north east through Alcanhede, Zebreira, Pialvo to meet up with the Light and First Divisions at Pombal on the 11th March where the enemy was engaged. An action also took place at Redinha

He received a sympathetic response from Sir George Murray, on the 27th March, but no material help:

“I have shown the letter I received from you to Lord Wellington who intends making a representation to Lisbon upon the deficiency in the supply of the Portuguese troops. In the meantime, I am sorry however that I can hold out to you no prospect of assistance from the British Commissariat and indeed great embarrassment has been experienced up to this date in bringing forward provisions for the British troops and other corps which it is obliged to furnish and considerable privations have been and are still experienced.
Lord Wellington recommends that you should march your brigade to Coimbra unless your prospects of being supplied have improved and for my own part I am inclined to think that you will not miss much service by not being up at present with the front of the army.”

In Haliday’s book: ‘The present state of Portugal and the Portuguese Army’ published in 1812, he confirms the parlous state of the Portuguese supply system:

“The commissariat department of the Portuguese Army was conducted ‘till lately upon principles so bad, that although the expense was enormous and beyond all calculation, the army on almost every occasion was actually starved. On the advance from Santarem to Almeida in the spring of 1811, the Portuguese Army was often without bread for weeks together and frequently without meat ….”


Voir la vidéo: Fortnite


Commentaires:

  1. Kenryk

    tu as raison ce n'est pas le bon moment

  2. Nejinn

    À mon avis, vous vous trompez. Je propose d'en discuter.

  3. Gorn

    Il y a quelque chose dans ce domaine. Je le saurai, merci beaucoup pour votre aide dans cette affaire.

  4. Zacharie

    Compte tenu de la crise actuelle, votre message sera utile à beaucoup de gens, pas tous les jours que vous rencontrerez une telle approche.



Écrire un message